Chirurgiens orthopédistes et traumatologues/Chirurgiens du rachis/Neurochirurgiens : les motifs de réclamation des patients en 2020

Le 28.09.2021
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

En 2020, les 1 356 sociétaires chirurgiens orthopédistes et traumatologues de la MACSF ont adressé 294 déclarations, soit une sinistralité de 21,68 % contre 27,35 % en 2019. Ces déclarations se répartissent en 5 procédures administratives, 59 procédures civiles, 4 procédures ordinales, 84 réclamations amiables et 142 saisines d'une CCI. Les 564 chirurgiens orthopédistes et traumatologues libéraux ont adressé 252 déclarations. Leur sinistralité s’établit à 44,68 %, contre 54,92 % en 2019.

Les 311 sociétaires neurochirurgiens de la MACSF ont adressé 85 déclarations, soit une sinistralité de 27,33 % contre 41,97 % en 2019. Ces déclarations se répartissent en 14 procédures civiles, 1 procédures administrative, 1 procédure pénale, 24 réclamations amiables et 45 saisines d'une CCI. Les 116 neurochirurgiens libéraux ont adressé 77 déclarations. Leur sinistralité s’établit à 66,38 %, contre 85,37 % en 2019.

SOMMAIRE

L'analyse de l'expert >
Diagnostic et prise en charge >
Chirurgie du membre supérieur >
Chirurgie du membre inférieur >
Neurochirurgie >
Complications anesthésiques >
Autres >

L'analyse de l'expert

Docteur Nicolas Chanzy, Ancien interne des Hôpitaux de Paris, ancien chef de clinique assistant à la Faculté de Paris, Chirurgien orthopédiste en établissement de santé privé, également attaché à l’hôpital Saint Antoine (Paris). Exerce parallèlement une activité d’expertise médico-légale aux côtés des sociétaires MACSF.

La photographie de la sinistralité en orthopédie et traumatologie en 2020 est globalement superposable à celle de l’année 2019 avec toujours un accroissement des demandes d’expertise amiable probablement en raison d’avis d’incompétence de plus en plus fréquemment rendus par les CCI.

La survenue d'infections associées aux soins conduisent, comme toujours, à de nombreuses réclamations. Il est hélas encore non exceptionnel que les experts retiennent une responsabilité du chirurgien pour défaut d’adressage du patient en CRIOA ou absence tracée de prise d’avis auprès d’un infectiologue spécialisé en pathologie ostéo articulaire.

Nous rappelons ainsi, à toutes fins utiles, que la MACSF met à la disposition de ses sociétaires chirurgiens-orthopédistes et et chirurgiens du rachis une ligne téléphonique 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 (HOTLINE ISO), les mettant en relation avec une équipe d’orthopédistes et d’infectiologues permettant de répondre à la prise en charge de leurs patients dans les situations d’urgence. 

Des pertes de chance sont-elles à déplorer en chirurgie orthopédique du fait de la crise sanitaire ? Quels ont été les avantages et les limites de la téléconsultation, notamment en post-opératoire ? Eléments de réponse avec le Dr Nicolas Chanzy.

Le Dr Chanzy évoque l’évolution de la sinistralité des chirurgiens du rachis et les faits saillants de l’année 2020, notamment à travers un dossier riche d’enseignements sur les précautions à prendre en pré-opératoire.

Prévention des litiges par une traçabilité rigoureuse dans le dossier médical, rôle de l’expert judiciaire, importance de l’accompagnement du neurochirurgien lors des expertises : retrouvez les conseils et l’analyse du Dr Carole Gerson, Médecin conseil MACSF.

Diagnostic et prise en charge

  • Lésion du nerf médian passée inaperçue lors de la prise en charge d’une plaie de l’avant-bras par écrasement. Tentative de greffe nerveuse à distance non concluante.
  • Syndrome douloureux régional complexe au décours d’une infiltration réalisée pour entorse du pouce.
  • Phlegmon du pouce dans les suites de la prise en charge médicale d’un panaris nécessitant de multiples interventions chirurgicales.
  • Rupture de la coiffe des rotateurs diagnostiquée à distance d’un traumatisme de l’épaule.
  • Arthrite septique du genou gauche suite à une série d’infiltrations nécessitant un lavage articulaire et antibiothérapie prolongée.
  • Retard diagnostique allégué d’une spondylodiscite chez un patient admis pour lombalgies avec tableau de hernie discale.
  • Retard allégué de diagnostic et de prise en charge d’un sarcome.
  • Découverte d’un lymphome de type B un mois après une infiltration réalisée pour poussée inflammatoire de gonarthrose. Retard de diagnostic évoqué.
  • Plaie avec la scie vibrante lors de l’ablation d’une immobilisation par plâtre.
  • Plaie de main au cours d’une ligamentoplastie sous arthroscopie. Mécanisme non identifié, pas de mention dans le dossier d’un quelconque accident.
  • Retard de prise en charge allégué d’une rupture traumatique du ligament latéral externe du coude gauche.

Chirurgie du membre supérieur

Épaule

  • Déficit du nerf musculo-cutané au décours d’une arthroscopie diagnostique de l’épaule réalisée sous anesthésie locorégionale (2).
  • Mise en place d’une prothèse totale inversée d’épaule compliquée par :
  • un étirement du plexus brachial,
  • un épisode de luxation.
  • Mise en place d’une prothèse totale d’épaule dont les suites sont marquées par :
  • une arthrite septique nécessitant une reprise chirurgicale avec une antibiothérapie prolongée (3),
  • des épisodes de luxation à répétition nécessitant le changement du matériel (3).
  • Mauvais résultat fonctionnel d’une suture de la coiffe des rotateurs sous arthroscopie.
  • Arthrite septique au décours de la mise en place d’une butée d’épaule pour luxation récidivante. Reprise chirurgicale et traitement antibiotique prolongé.
  • Rupture de coiffe secondaire à une acromioplastie pour conflit sous-acromial associé à des calcifications.
  • Deux sociétaires mis en cause pour résultat insuffisant d’une résection acromio-claviculaire dans les suites d’une disjonction. Reprise chirurgicale.
  • Capsulite rétractile au décours d’une arthroscopie pour acromioplastie.
  • Échec thérapeutique d’une chirurgie de l’épaule pour omarthrose avec tentative d’ablation de fragments ostéochondraux.

Coude

  • Paralysie du nerf interosseux postérieur au décours d’une pose itérative de prothèse de coude.

Poignet

  • Récidive après exérèse d’un kyste synovial du poignet.
  • Oubli d’une compresse au cours d’une intervention chirurgicale pour ostéosynthèse par plaque d’une fracture du poignet.
  • Synovectomie des extenseurs compliquée par :
  • un enraidissement global de la main,
  • un syndrome douloureux régional complexe.
  • Infection du site opératoire au décours d’une exérèse d’un kyste du poignet nécessitant une reprise chirurgicale et un traitement antibiotique.
  • Deux sociétaires mis en cause dans la survenue d’une infection du site opératoire après prise en charge chirurgicale d’une luxation rétro-lunaire du carpe.
  • Infection du site opératoire après arthrodèse carpo-métacarpienne nécessitant une reprise et une antibiothérapie prolongée.

Canal carpien

  • Neurolyse du nerf médian compliquée par :
  • une lésion du nerf interdigital,
  • une hypoesthésie du pouce,
  • un phlegmon nécessitant un débridement chirurgical.

Main

  • Nécrose du 5e doigt de la main droite au décours d’une chirurgie pour correction d’une maladie de Dupuytren. Amputation.
  • Nodule fibreux péri-cicatriciel au décours d’une cure chirurgicale d’un doigt à ressaut.
  • Survenue d’un phlegmon au décours d’une cure chirurgicale d’un panaris de l’index.
  • Survenue d’un syndrome douloureux régional complexe au décours de la pose d’une prothèse trapézo-métacarpienne pour rhizarthrose.
  • Amputation post-traumatique d’un doigt, non réimplantable, le patient considérant que tout n’a pas été mis en œuvre pour sauver ce doigt.
  • Infection du site opératoire après cure chirurgicale d’un doigt à ressaut nécessitant une reprise et traitement antibiotique prolongé.
  • Résultat qualifié d’insuffisant d’une prothèse de l’inter-phalangienne proximale du majeur.
  • Échec thérapeutique d’un Mallet Finger traité orthopédiquement.
  • Retard diagnostique allégué d’une morsure de chien opérée 24 heures plus tard. Amputation du doigt.
  • Oubli d’un corps étranger métallique au cours d’une exploration de lésions traumatiques de l’interphalangienne distale de l’index droit nécessitant une reprise chirurgicale à distance.
  • Syndrome douloureux régional complexe au décours d’une téno-synovectomie des fléchisseurs de la main. Impotence fonctionnelle.
  • Rétraction du 4e rayon de la main droite à la suite d’une prise en charge d’une maladie de Dupuytren.

Fracture du membre supérieur

  • Persistance d’un déficit fonctionnel après chirurgie de fracture de la 2e phalange du 4e doigt de la main droite. Retard de prise en charge allégué.
  • Déplacement secondaire d’un clou utilisé en traitement d’une fracture de l’humérus nécessitant une reprise chirurgicale.
  • Raideur séquellaire dans les suites d’un traitement orthopédique d’une fracture de l’épicondyle médial du coude droit.
  • Paralysie radiale au décours d’une ostéosynthèse d’une fracture du tiers proximal du radius.
  • Subluxation du coude séquellaire d’une réduction ostéosynthèse d’une fracture complexe de l’extrémité supérieure du cubitus.
  • Cal vicieux au décours de la prise en charge orthopédique d’une fracture du poignet nécessitant une reprise chirurgicale.
  • Infection au décours d’une fracture du tiers supérieur de l’humérus traitée par ostéosynthèse. Nécessité de mise en place d’une prothèse totale d’épaule.
  • Rupture du long fléchisseur du pouce au décours d’une ostéosynthèse par plaque d’une fracture du poignet. Arthrodèse de l’articulation interphalangienne.
  • Paralysie radiale au décours d’un enclouage d’une fracture de l’humérus (2).
  • Résultat qualifié d’insuffisant de la prise en charge chirurgicale d’une fracture de la tête radiale.

Chirurgie du membre inférieur

Hanche

> Prothèse

  • Chirurgie prothétique de hanche, les suites sont marquées par :
  • une arthrite septique nécessitant une reprise chirurgicale avec traitement antibiotique prolongé (10),
  • une brûlure au niveau d’une épaule,
  • une inégalité de longueur des membres inférieurs (7),
  • un ostéome,
  • un déficit du nerf sciatique (5),
  • un résultat insuffisant (3),
  • un syndrome du psoas (3),
  • des douleurs résiduelles,
  • une luxation de la prothèse (2),
  • une malposition du cotyle nécessitant une reprise chirurgicale,
  • une fracture du fémur,
  • une fracture du trochanter à l’origine d’une pseudarthrose,
  • une hémorragie nécessitant un pontage artériel,
  • une mobilisation de l’implant inférieur,
  • une bursite de l’éventail fessier,
  • une faillite de l’implant en alumine,
  • un déficit du nerf fémoral (4),
  • une métallose,
  • une prothèse inadaptée à la morphologie,
  • une antéversion excessive du cotyle.

> Divers

  • Fracture du fémur sur orifice de forage pour injection de moelle osseuse indiquée pour une nécrose de hanche.
  • Syndrome douloureux régional complexe au décours d’une chirurgie de réparation d’une désinsertion partielle du quadriceps.

Genou

> Prothèse

  • Chirurgie prothétique de genou, les suites sont marquées par :
  • une arthrite septique nécessitant une ou plusieurs interventions chirurgicales et un traitement antibiotique prolongé (18),
  • un défaut d’intégration de l’implant fémoral justifiant une reprise chirurgicale,
  • une déviation en valgus,
  • un descellement de l’implant tibial nécessitant une reprise chirurgicale (2),
  • un claquage de vessie,
  • un déficit du nerf crural,
  • une rupture du tendon rotulien,
  • des épisodes de descellements aseptiques,
  • la persistance de douleurs et une raideur du genou,
  • un syndrome douloureux régional complexe (2),
  • une rupture du tendon rotulien,
  • une rupture du drain de redon.

> Autres chirurgies du genou

  • Ostéotomie tibiale de valgisation compliquée par :
  • un déficit du nerf musculo-cutané,
  • une souffrance du nerf sciatique poplité externe.
  • Ligamentoplastie du LCA sous arthroscopie compliquée par :
  • une arthrite septique nécessitant un lavage articulaire et une antibiothérapie prolongée (3),
  • un échec thérapeutique avec persistance d’une distension ligamentaire,
  • une brûlure au niveau de la plaque de bistouri électrique,
  • un flessum,
  • un cyclope syndrome.
  • Ostéotomie tibiale de varisation compliquée par un excès de correction.
  • Erreur de côté lors de la réalisation d’une arthroscopie à visée diagnostique.
  • Arthrite septique au décours d’une arthrolyse du genou nécessitant plusieurs lavages articulaires et une antibiothérapie prolongée.
  • Arthrite septique au décours d’une cure d’hygroma nécessitant plusieurs lavages articulaires laissant persister une raideur du genou (2).
  • Nécrose condylienne au décours d’une arthroscopie réalisée à visée diagnostique.
  • Erreur de côté lors d’une arthroscopie du genou pour méniscectomie (2).
  • Résultat allégué insuffisant d’une section de l’aileron rotulien externe pour dysplasie de rotule.

Cheville

  • Arthrite septique au décours d’une arthrodèse de cheville nécessitant une ablation du matériel. Évolution favorable.
  • Erreur de côté lors d’une intervention pour ostéochondrite de l’astragale gauche.
  • Escarre talonnière sur immobilisation par botte de marche dans les suites d’une tendinoplastie du tendon d’Achille.
  • Arthrite septique au décours d’une prothèse totale de cheville nécessitant le changement du matériel prothétique et un traitement antibiotique de longue durée.
  • Pseudarthrose au décours d’une arthrodèse de la cheville pour instabilité. Nécessité d’une reprise chirurgicale et d’une antibiothérapie prolongée.
  • Arthrite septique au décours de la réalisation d’un arthroscanner dans les suites d’une entorse de la cheville traitée de façon orthopédique. Lavage articulaire et antibiothérapie.
  • Syndrome douloureux régional complexe au décours d’une ostéosynthèse de fracture bi-malléolaire.
  • Survenue d’une arthrose au décours d’une fracture-luxation de cheville traitée par ostéosynthèse.
  • Infection du site opératoire au décours d’une chirurgie réparatrice du tendon d’Achille nécessitant une reprise chirurgicale et une antibiothérapie prolongée.
  • Échec d’une tentative d’ablation d’un harpon mis en place pour une suture du tendon d’Achille un an plus tôt. Déficit du nerf sural et du nerf plantaire.
  • Échec d’une arthrolyse de cheville sur arthrose post-traumatique.
  • Infection du site opératoire au décours d’une ligamentoplastie de cheville. Reprise chirurgicale et antibiothérapie prolongée.

Pied

> Hallux

  • Chirurgie d’hallux valgus compliquée par :
  • un résultat insuffisant (3),
  • des métatarsalgies,
  • des douleurs résiduelles en lien avec une vis inadaptée (2),
  • un syndrome douloureux régional complexe,
  • un sepsis.
  • Syndrome douloureux régional complexe au décours d’une cure chirurgicale d’un névrome de Morton.
  • Déficit du nerf sciatique au décours d’une prothèse du premier rayon du pied sous bloc poplité.

> Divers

  • Faillite d’une mèche lors de la réalisation d’une cure de pseudarthrose de fracture de métatarses. Fragment de mèche laissé en place.
  • Résultat qualifié insuffisant d’une ostéotomie percutanée de Weil.

Fracture du membre inférieur

  • Fracture de rotule dans les suites précoces d’une mise en place de prothèse totale de genou. Ostéosynthèse compliquée d’un déplacement secondaire du foyer de fracture à l’origine d’une perte de l’appareil extenseur.
  • Défaut de consolidation d’une fracture du talus traitée orthopédiquement nécessitant une prise en charge chirurgicale à distance.
  • Retard de cicatrisation avec nécrose cutanée au décours d’une chirurgie d’une fracture complexe de la cheville.
  • Arthrite septique de la cheville dans les suites d’une ostéosynthèse d’une fracture de la malléole externe.
  • Infection du site opératoire dans les suites d’une ostéosynthèse de fracture du tibia nécessitant une intervention chirurgicale et une antibiothérapie prolongée (3).
  • Pseudarthrose après traitement orthopédique d’une fracture du péroné nécessitant une intervention chirurgicale.
  • Infection du site opératoire sur fracture de jambe traitée par ostéosynthèse. Évolution favorable après reprise chirurgicale et antibiothérapie prolongée (2).
  • Infection au décours de l’ablation de matériel d’ostéosynthèse mis en place pour une fracture du tibia.
  • Mobilisation du foyer de fracture d’un plateau tibial traité par ostéosynthèse, nécessitant une reprise chirurgicale réalisée par une autre équipe.

Neurochirurgie

Crâne

  • Ischémie du noyau gris caudé dans les suites d’une ventriculo-cisterno-stomie réalisée pour hydrocéphalie triventriculaire. Mouvements choréiques de l’hémicorps gauche.
  • Brèche durale au cours de l’exérèse d’un adénome hypophysaire par voie trans-sphénoïdale. Reprise chirurgicale.

Rachis

> Prise en charge

  • Retard au diagnostic allégué pendant un an d’une spondylarthropathie ankylosante avec traitement symptomatique de lésions étiquetées comme discarthrosiques.

> Rachis cervical

  • Cure de hernie discale cervicale par voie antérieure dont les suites sont marquées par :
  • Une dysphonie (2),
  • Une dissection carotidienne controlatérale à l’origine d’un AVC,
  • Un syndrome de Schneider à l’origine d’une tétraparésie,
  • Une tétraplégie,
  • Un hématome épidural nécessitant une reprise chirurgicale,
  • Une rupture du sus-épineux épaule droite,
  • La découverte post-opératoire d’un syndrome de Parsonage-Turner,
  • Une hémorragie per-opératoire.
  • Syndrome de Brown-Séquard au décours d’une laminectomie par voie postérieure pour une myélopathie cervicarthrosique en regard de C3-C4.
  • Décès du patient par suffocation sur hématome cervical compressif au décours d’une chirurgie du rachis cervical avec mise en place d’une prothèse discale.
  • Arthrodèse du rachis cervical compliquée par :
  • une infection du site opératoire nécessitant une reprise chirurgicale et un traitement antibiotique prolongé,
  • le décès du patient,
  • une occlusion de l’artère vertébrale droite.
  • Persistance d’une étroitesse du canal cervical après lamino-arthrectomie associée à une arthrodèse C4-C5. Nécessité d’une reprise chirurgicale.
  • Colite à Clostridium difficile d’évolution favorable au décours d’une chirurgie de canal cervical étroit.
  • Hématome compressif au décours d’une cure chirurgicale de myélopathie cervicarthrosique avec décompression C5-C6. Récupération incomplète laissant persister des troubles de la marche.
  • Deux sociétaires mis en cause pour résultat insuffisant au décours de la mise en place d’une prothèse cervicale C4-C5. Ablation de la prothèse par un autre praticien et réalisation d’une arthrodèse.

> Rachis lombaire - arthodèse

  • Arthrodèse du rachis lombaire compliquée par :
  • Une camptocormie.
  • Une infection du site opératoire nécessitant une reprise chirurgicale et un traitement antibiotique prolongé (15),
  • Une malposition des vis pédiculaires (5),
  • Une hémorragie par lésion vasculaire (2),
  • Un syndrome de la queue de cheval (5),
  • Une insuffisance d’impaction d’un plateau vertébral,
  • Des troubles sensitifs ou moteurs des membres inférieurs (5),
  • Une mobilisation de la cage intersomatique (3),
  • Des douleurs résiduelles (7),
  • Un déficit neurologique radiculaire (4),
  • Une migration de la cage intersomatique à l’origine d’un déficit neurologique,
  • Une sténose urétérale,
  • Des troubles de la statique vertébrale induits,
  • Un méningocèle,
  • Un AVC hémorragique cérébelleux.

> Rachis lombaire - chirurgie de hernie discale

  • Cure chirurgicale de hernie discale lombaire dont les suites sont marquées par :
  • Des douleurs neuropathiques,
  • Un syndrome de la queue de cheval (9),
  • La persistance de lombosciatalgies (3),
  • Une spondylodiscite nécessitant une reprise chirurgicale et antibiothérapie prolongée (6),
  • Une récidive herniaire précoce,
  • Un syndrome de Brown-Séquard,
  • Un déficit périnéal avec troubles de l’érection,
  • Un méningocèle nécessitant une reprise chirurgicale (3),
  • Une souffrance de la racine C5 responsable d’un déficit du membre supérieur.
  • Détresse respiratoire aiguë sur syndrome grippal post-opératoire dans les suites d’une chirurgie pour sciatique paralysante. Surinfection bactérienne. Décès.
  • Erreur de niveau d’une intervention chirurgicale de hernie discale initialement programmée en L4-L5 réalisée au niveau inférieur. Reprise chirurgicale.

Divers

  • Lamino-arthrectomie pour recalibrage du canal lombaire compliquée par :
  • une infection du site opératoire avec nécessité de reprise chirurgicale et une antibiothérapie prolongée (2),
  • un mauvais résultat fonctionnel (3),
  • un hématome épidural laissant persister des séquelles neurologiques,
  • un méningocèle.
  • Cimentoplastie pour traitement d’une fracture de vertèbre compliquée par :
  • une méningo-encéphalite à Staphylococcus aureus,
  • un résultat insuffisant avec douleurs résiduelles,
  • le décès du patient.
  • Infection au décours de l’exérèse d’un kyste de Tarlov sacré. Antibiothérapie prolongée.
  • Paraplégie sensitivo-motrice au décours de la pose d’une électrode épidurale de stimulation médullaire.

Complications anesthésiques

  • DRESS syndrome au cours d’une intervention chirurgicale orthopédique chez un patient connu pour être allergique à la Pénicilline et dont l’antibioprophylaxie a été réalisée avec AUGMENTIN®.

Divers

  • Arthrite septique au décours d’une infiltration de corticoïdes pour gonarthrose. Nécessité de deux lavages avec antibiothérapie prolongée.
  • Résultat qualifié d’insuffisant d’une neurolyse du nerf sciatique réalisée dans un contexte de syndrome de Volkmann avec transfert tendineux.

 

Retour au Rapport annuel sur le risque des professionnels de santé


Découvrez notre dossier thématique consacré aux chirurgiens orthopédistes et traumatologues <

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Les solutions MACSF
RCP-PJ

Indispensable pour vous défendre en cas de mise en cause, le contrat RCP-PJ facilite le règlement de vos litiges d'ordre privé ou professionnel.

Formations

Nos juristes et médecins vous proposent un large choix de formations adaptées à votre situation professionnelle.

Le plus : elles sont illustrées par l'analyse des situations réelles issues de nos dossiers.

À lire aussi

Décisions de justice et avis CCI

Retrouvez l'analyse des décisions de justice (civiles et pénales) et des avis des commissions de conciliation et d’indemnisation (CCI) rendus...

La communauté MACSF

Un forum avec des professionnels de santé prêts à échanger sur vos pratiques professionnelles, votre mode d’exercice ou votre matériel…

Solliciter la communauté

L'application MACSF

Accédez à votre espace personnel et toutes ses fonctionnalités sur votre mobile !

Les newsletters

Recevez toute l’actualité sur votre profession/spécialité ainsi que nos offres dédiées.

S'abonner