Gynécologues (Gynécologie-obstétrique/Gynécologie médicale) : les motifs de réclamation des patients en 2020

Le 28.09.2021
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

En 2020, les 3 589 sociétaires gynécologues de la MACSF ont adressé 69 déclarations, soit une sinistralité de 1,92 % contre 2,32 % en 2019.

Ces déclarations se répartissent en 1 procédure administrative, 18 procédures civiles, 5 procédures ordinales, 4 procédures pénales, 24 réclamations amiables et 17 saisines d'une CCI.

Les 1 337 gynécologues libéraux ont adressé 42 déclarations. Leur sinistralité s’établit à 3,14 %, contre 3,54 % en 2019.

SOMMAIRE

L'analyse de l'expert >
Prise en charge de la grossesse >
Accouchement >
Diagnostic anténatal >
Diagnostic >
Prescription d'ANDROCUR® >
Geste technique >
Chirurgie gynécologique >

L'analyse de l'expert

Docteur Fabienne Lerman, Gynécologue-obstétricienne, consultante MACSF.

Dans nos esprits, l’année 2020 c’est l’année Covid. Et c’est également en 2020 que la réglementation évolue concernant par exemple l’autoconservation des ovocytes ou la délivrance des certificats de virginité.

De même, le devoir d’information pour un accouchement par voie  basse, même s’il constitue un événement naturel et non un acte médical, devient obligatoire.

Enfin, après les mises en cause pour méningiome dans les suites de l’administration d’ANDROCUR®, viennent les premières mises en cause après administration prolongée de LUTERAN® et de LUTENYL®.

Prise en charge de la grossesse

  • Fausse couche tardive au décours d’une amniocentèse, diagnostic de rétinoblastome congénital.
  • Mort fœtale in utero du jumeau 1 à 36,5 semaines d’aménorrhée au cours d’une grossesse gémellaire obtenue par FIV et double don de gamètes. Naissance par césarienne du jumeau 2 en bonne santé apparente.
  • Retard de diagnostic d’une grossesse extra-utérine à l’origine d’une rupture de trompe.
  • Prescription de CYTOTEC® pour suspicion de fausse couche spontanée qui s’est avérée être une grossesse évolutive.

Accouchement

  • Deux sociétaires mis en cause pour survenue d’une dystocie d’engagement aux épaules imposant une fracture de la clavicule pour extraction de l’enfant, pesant 4890 g. Paralysie du plexus brachial.
  • Souffrance fœtale pré-partum nécessitant une extraction par césarienne en urgence. Lésions anoxo-ischémiques à l’origine d’une infirmité motrice cérébrale.
  • Décès néonatal dans les suites de lésions anoxo-ischémiques sur dystocie d’engagement aux épaules d’un fœtus macrosome chez une mère diabétique de type I.

Diagnostic anténatal

  • Absence de diagnostic échographique anténatal :
  • d’une asymétrie de longueur fémorale,
  • d’une transposition des gros vaisseaux,
  • d’une hernie de la coupole diaphragmatique droite à l’origine d’une HTAP.

Diagnostic

Cancer

  • Erreur d’interprétation histologique d’un frottis cervico-vaginal réalisé pour métrorragies à l’origine d’un retard diagnostique et thérapeutique d’un cancer du col utérin.
  • Retard de diagnostic et de prise en charge d’un cancer du sein.

Autre

  • Erreur de diagnostic alléguée à l’origine d’un retard de prise en charge d’un fibrome utérin.

Prescription d'ANDROCUR®

  • Découverte de méningiomes après prise prolongée d’acétate de cyprotérone (3).

Geste technique

  • Pose d’un DIU compliquée par une perforation utérine avec migration du stérilet nécessitant une cœlioscopie pour retrait (2).
  • Pose d’un implant contraceptif de type EXPLANON®. Migration secondaire nécessitant son retrait sous anesthésie locale.
  • Pose d’implants de stérilisation de type ESSURE® avant le 18 septembre 2017 entrant dans le cadre du comité de suivi de femme porteuse de ce dispositif (2).

Chirurgie gynécologique

  • Réalisation d’une cœlioscopie diagnostique avec adhésiolyse pour douleurs pelviennes, chez une patiente à quatre semaines d’aménorrhée. IVG.
  • Abcès pelvien au décours d’une ligature tubaire sur plaie du colon nécessitant une reprise chirurgicale.
  • Oubli d’un fragment métallique du système d’extraction après annexectomie bilatérale sous cœlioscopie. Reprise chirurgicale.
  • Décès 3 jours après la mise en place de bandelettes TOT avec douleurs abdominales conduisant à une reprise mettant en évidence une perforation vésicale.
  • Oubli d’un champ au cours d’une hystérectomie par laparotomie pour fibrome ayant nécessité une reprise chirurgicale à J3 pour péritonite.

 

Retour au Rapport annuel sur le risque des professionnels de santé


 > Découvrez notre dossier thématique consacré aux médecins <

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Les solutions MACSF
RCP-PJ

Indispensable pour vous défendre en cas de mise en cause, le contrat RCP-PJ facilite le règlement de vos litiges d'ordre privé ou professionnel.

Formations

Nos juristes et médecins vous proposent un large choix de formations adaptées à votre situation professionnelle.

Le plus : elles sont illustrées par l'analyse des situations réelles issues de nos dossiers.

À lire aussi

Décisions de justice et avis CCI

Retrouvez l'analyse des décisions de justice (civiles et pénales) et des avis des commissions de conciliation et d’indemnisation (CCI) rendus...

La communauté MACSF

Un forum avec des professionnels de santé prêts à échanger sur vos pratiques professionnelles, votre mode d’exercice ou votre matériel…

Solliciter la communauté

L'application MACSF

Accédez à votre espace personnel et toutes ses fonctionnalités sur votre mobile !

Les newsletters

Recevez toute l’actualité sur votre profession/spécialité ainsi que nos offres dédiées.

S'abonner