Médecins généralistes : les motifs de réclamation des patients en 2020

Le 28.09.2021
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

En 2020, les 54 516 sociétaires médecins généralistes de la MACSF ont adressé 311 déclarations, soit une sinistralité de 0,57 % contre 0,78 % en 2019.

Ces déclarations se répartissent en 2 procédures administratives, 54 procédures civiles, 41 procédures ordinales, 26 procédures pénales, 105 réclamations amiables et 83 saisines d'une CCI.

Les 34 392 médecins généralistes libéraux ont adressé 264 déclarations. Leur sinistralité s’établit à 0,77 %, contre 0,94 % en 2019.

SOMMAIRE

L'analyse de l'expert >
Retard diagnostique >
Iatrogénie >
Prise en charge >
Geste >
Non déplacement, non-assistance à personne en péril >
Déontologie >
Divers >
Dommage corporel >

L'analyse de l'expert

Docteur Thierry Houselstein, Médecin généraliste, diplômé de Réparation Juridique du Dommage Corporel, d’expertise médicale et d’assurance de personnes, titulaire d’un MBA Economie de la Santé (Paris Dauphine), Directeur médical du groupe MACSF, membre du Comité Exécutif et Responsable des relations institutionnelles.

Dans une situation sanitaire extrêmement difficile, les médecins généralistes ont poursuivi leur activité avec, malheureusement, son lot de réclamations.

Les motifs de celles-ci sont très hétérogènes, rendant compte de la difficulté de l’exercice en médecine générale.

Pivot du système de soins, le généraliste voit sa responsabilité recherchée pour des retards ou erreurs de diagnostic, ceci concernant toutes les fonctions ou organes, avec une charge émotionnelle plus marquée lorsqu’il s’agit de lésions tumorales.

Les reproches concernant plus directement la prise en charge des pathologies et des patients représentent le second motif de mise en cause, témoignant du rôle central du médecin traitant.

Les complications liées à des prescriptions ou des actes techniques sont en légère diminution.

Enfin, un point de vigilance doit être rappelé concernant le suivi de patients au décours d’une prise en charge hospitalière ou en postopératoire. La montée en puissance de l’ambulatoire conduit de plus en plus le médecin traitant à être sollicité par un patient en cas de survenue de suites inhabituelles ou anormales.

Comme toujours, il est important de rappeler l’importance de la traçabilité des différentes actions entreprises, des prescriptions ou des consignes données, notamment de re consulter en cas d’évolution anormale. 

En 2020, les médecins généralistes ont, plus que jamais, joué un rôle pivot dans la prise en charge de leurs patients et ont su s’adapter aux conditions et aux nouveaux modes d’exercice imposés par la crise sanitaire. Le Dr Carole Gerson, Médecin conseil MACSF, nous révèle si cet exercice si particulier a pu donner lieu à des mises en cause spécifiques. 

Retard diagnostique

Cancer/tumeur

> Broncho-pulmonaire

  • Retard au diagnostic d’un cancer broncho-pulmonaire d’évolution rapidement défavorable.

> Digestif

  • Deux sociétaires mis en cause pour absence de réalisation d’explorations complémentaires ou de demande d’avis spécialisés suite à la mise en évidence de lésions pancréatiques sur une IRM. Cancer pancréatique pluri-métastatique.
  • Réclamation concernant le retard diagnostique d’un cancer du pancréas à l’origine d’une prise en charge palliative.
  • Réclamation concernant le retard au diagnostic d’un cancer du côlon (2).

> Sein et gynécologique

  • Réclamation concernant le retard diagnostique d’une tumeur du sein (4).
  • Réclamation concernant le retard au diagnostic d’une tumeur utérine découverte au stade pluri-métastatique. Traitement palliatif, décès.
  • Réclamation concernant un retard au diagnostic d’un cancer des ovaires découvert au stade métastatique.

> ORL

  • Réclamation concernant le retard de diagnostic d’une tumeur de l’oropharynx (2).
  • Réclamation concernant un retard au diagnostic d’un carcinome de la pointe du nez.

> Osseux

  • Réclamation concernant le retard au diagnostic d’un myélome (7).
  • Réclamation concernant un retard de diagnostic d’un carcinome épidermoïde du pouce nécessitant une exérèse délabrante.

> Prostate

  • Retard de diagnostic d’un cancer de la prostate découvert au stade Gleason 9 n’ayant pas bénéficié de surveillance du PSA en dépit d’antécédents familiaux.

> Divers

  • Retard de diagnostic d’un cancer du rein découvert au stade métastatique.
  • Retard de diagnostic d’un cancer de vessie nécessitant une cystoprostatectomie avec Bricker.
  • Retard de diagnostic d’une tumeur cérébrale.

Pathologie cardiovasculaire

  • Réclamation concernant un retard de diagnostic d’un anévrisme de l’aorte thoracique, symptomatologie considérée initialement à tort en rapport avec une paralysie récurrentielle. Fissuration, décès.
  • Réclamation concernant la découverte de lésions carotidiennes bilatérales sténosantes. Endartériectomie compliquée d’un hématome cervical puis d’un AVC massif, décès.
  • Réclamations concernant la survenue d’un AVC au décours d’une consultation de suivi pour renouvellement du traitement habituel :
  • Hémorragie méningée sur rupture d’anévrisme survenue un mois après la consultation. Décès.
  • Hémorragie cérébrale massive à l’origine d’un locked in syndrome un mois après la dernière consultation.
  • Réclamation concernant un retard de diagnostic de plusieurs heures d’un syndrome coronarien aigu.
  • Réclamation concernant le décès d’une patiente vivant en EHPAD, au décours d’une ischémie aiguë du membre inférieur passée inaperçue.
  • Réclamation concernant le décès d’un patient par arrêt cardio-respiratoire dans les heures qui ont suivi une consultation pour gonalgie.
  • Patient décédé d’une cardiopathie ischémique méconnue quelques jours après une consultation pour dyspnée.
  • Réclamation concernant un retard de diagnostic d’un infarctus du myocarde.

Pathologie neurologique

Traumatismes

> Adultes

  • Subluxation de C1-C2 consécutive à un AVP avec traumatisme rachidien cervical, diagnostic établi à distance face à la persistance de douleurs cervicales.

> Enfants

  • Fracture de P3 du 4e doigt de la main droite passée inaperçue.

Urgences abdomino-pelviennes

  • Grossesse extra-utérine rompue nécessitant une intervention chirurgicale en urgence dans les suites d’une consultation pour douleurs abdomino-pelviennes.
  • Décès dans les suites d’une ischémie mésentérique passée inaperçue, visite à domicile 48 heures plus tôt par le médecin traitant.
  • Retard de diagnostic d’une torsion testiculaire à l’origine d’une orchidectomie (3).
  • Retard de diagnostic d’une torsion de l’ovaire nécessitant une salpingectomie avec ovariectomie (2).
  • Décès dans les suites d’un syndrome occlusif passé inaperçu.
  • Péritonite stercorale par perforation colique sur obstacle tumoral.
  • Décès par péritonite appendiculaire après plusieurs consultations pour syndrome douloureux abdominal.

Divers chez l'enfant

  • Réclamation concernant un retard diagnostique d’une torsion testiculaire.
  • Retard de diagnostic de 16 mois d’une luxation congénitale de hanche.

Autres

> Infection

  • Réclamation concernant un retard de diagnostic d’un hygroma du genou surinfecté nécessitant une intervention chirurgicale et une antibiothérapie prolongée.
  • Réclamation concernant un retard de diagnostic supposé d’une tuberculose cutanée.
  • Décès d’une méningo-encéphalite bactérienne deux jours après une consultation auprès du médecin traitant.
  • Retard de diagnostic d’une méningite à l’origine d’une cécité monoculaire.

> Divers

  • Réclamation concernant la découverte d’un diabète de type II au stade de complications devant une baisse d’acuité visuelle ayant conduit à découvrir une rétinopathie diabétique sévère (2).
  • Réclamation concernant un hypothétique retard de diagnostic d’une maladie de Cushing.
  • Retard de diagnostic d’une insuffisance rénale découverte au stade terminal nécessitant une dialyse. Patient en attente de transplantation.

Iatrogénie

> Anticoagulants

  • AVC après modification de la posologie du traitement AVK chez une patiente traitée au long cours pour une ACFA.
  • Décès lié à une hémorragie digestive chez une patiente traitée au long cours par AVK dans les suites d’une chirurgie de Bentall.

> Autres

  • Réclamation de la part d’une patiente considérant que la prescription de VASTAREL® pour des vertiges a été inefficace et a généré des acouphènes.
  • Choc anaphylactique à l’origine d’un arrêt cardiorespiratoire conduisant à un état pauci relationnel dans un contexte de prise d’AUGMENTIN® pour une angine.
  • Réclamation concernant la survenue d’un AVC après prise d’une pilule contraceptive sans tenir compte des antécédents cardiovasculaires.
  • Atrophie au point d’injection et dépigmentation dans les suites d’une infiltration de KENACORT® (3).
  • Insuffisance surrénalienne après prescription inadaptée de corticoïdes.
  • Troubles divers et variés de la sphère digestive au décours de la prise d’un traitement antibiotique par Amoxicilline et Doxycycline pour maladie de Lyme.
  • Insuffisance rénale dans les suites de la prise d’un traitement anti-inflammatoire.
  • Hépatite fulminante sous ANDROCUR® prescrit pour un cancer de la prostate.
  • Raptus suicidaire allégué en lien avec la prise de SOLIAN®.
  • Insuffisance rénale consécutive au traitement anti-inflammatoire au long cours prescrit pour une spondylarthrite ankylosante.
  • AVC cérébelleux attribué à la prise de TADALAFIL®.
  • Symptomatologie riche et variée attribuée à la poursuite de prescription de la "nouvelle formule" de LEVOTHYROX®.
  • Réclamation concernant la survenue d’une paralysie sciatique suite à une injection intramusculaire de KENACORT®.
  • Deux sociétaires mis en cause pour un non-respect du schéma vaccinal contre l’hépatite B chez un nourrisson à l’origine de troubles cutanés avec développement de nodules.
  • Découverte d’un méningiome après prise prolongée d’ANDROCUR® (3).
  • Syndrome coronarien aigu dans les suites d’une vaccination anti grippale. Mort subite.
  • Symptomatologie fonctionnelle à type de myalgies diffuses après vaccination contre l’hépatite B.
  • Arrêt cardiaque non récupéré au décours de la prise d’Amoxicilline chez une patiente allergique.
  • Fausse couche au décours d’une prescription d’Azithromycine pour une angine chez une patiente prise en charge en PMA.
  • Lésions tendineuses achilléennes dans les suites de la prise de fluoroquinolones.
  • Embolie pulmonaire chez une patiente sous contraceptif oral de 3e génération.
  • Patient sous bêtabloquant exposé professionnellement au froid ayant présenté des acrocyanoses puis engelures nécessitant l’amputation de l’extrémité de deux doigts.

Prise en charge

Prise en charge de cancer

  • Réclamation concernant l’absence de prise en charge d’une môle hydatiforme évoluant vers un choriocarcinome au stade métastatique.
  • Réclamation concernant le décès d’une patiente dans les suites d’une prise en charge pour cancer du sein par chimiothérapie. Retard au diagnostic allégué.
  • Absence de prise en compte de résultats des examens complémentaires effectués mettant en évidence des métastases dans le cadre du suivi d’un cancer ORL.
  • Erreur d’interprétation d’un scanner du rachis sollicité face à la découverte d’une adénopathie périphérique dans le cadre du suivi d’un mélanome. Métastases osseuses. Mise en cause systématique.
  • Thrombose d’une chambre implantable mise en place trois ans plus tôt pour chimiothérapie en traitement d’un adénocarcinome vaginal métastatique. Syndrome cave supérieur.
  • Deux sociétaires mis en cause dans le décès d’une patiente après une intervention chirurgicale pour un méningiome hémorragique. Retard de prise en charge allégué.
  • Décès au décours d’un choc septique d’une patiente atteinte d’un lymphome de MALT.
  • Deux sociétaires mis en cause pour retard de prise en charge allégué d’un hémangioblastome devant un tableau neurologique d’évolution progressive sur 3 ans. Persistance de séquelles neurologiques après exérèse.
  • Décès d’un patient de 81 ans dans les suites d’un lymphome B agressif rapidement évolutif. Retard de prise en charge allégué.
  • Infections opportunistes multiples au cours du traitement d’un cancer pulmonaire lié à l’amiante.
  • Prise en charge en HAD d’un adénocarcinome colique avec cure de chimiothérapie pendant la période de confinement sanitaire. Dégradation de l’état général et hospitalisation en état de choc. Décès.
  • Réclamation concernant le décès d’un patient dans les suites d’une prise en charge d’un cancer de l’œsophage.

Prise en charge cardiovasculaire

  • Arrêt cardio-respiratoire dans un contexte de syndrome coronarien aigu survenu dans les suites immédiates d’une consultation auprès du médecin traitant (3).
  • Arrêt cardio-respiratoire au cabinet du médecin traitant, réanimation inefficace, décès à l’arrivée du SMUR.
  • Décès d’un patient polyvasculaire et diabétique, soins allégués inappropriés.
  • Deux sociétaires mis en cause pour syndrome coronarien aigu 24 heures après une consultation au cabinet pour douleurs thoraciques.
  • Retard au diagnostic d’une occlusion artérielle du membre inférieur. Amputation (3).
  • Décès par embolie pulmonaire massive au décours d’une consultation pour sensation de plénitude gastrique.
  • Retard de diagnostic d’une rupture d’anévrisme carotidien ayant conduit à une embolisation. Persistance de séquelles neurologiques.
  • Réclamation concernant le retard au diagnostic d’une lésion ischémique de jambe à l’origine d’une amputation transtibiale.

Suivi de grossesse

  • Prescription d’EXFORGE® pour hypertension artérielle chez une patiente enceinte. Mort fœtale in utero.

Prise en charge en établissement

> Hospitalisation/soins de suite

  • Réclamation concernant la qualité des soins délivrés ayant conduit à une sortie contre avis médical.
  • Patient admis en réanimation pour une pyélonéphrite sur terrain diabétique. Évolution défavorable avec choc septique, décès.

> En EHPAD

  • Décès d’une patiente quelques heures après son retour d’hospitalisation pour une pneumopathie.
  • Décès d’une patiente grabataire, les ayants droit contestent la prise en charge réalisée (4).
  • Réclamation de la part des ayants droit pour non-assistance à personne âgée, maltraitance et fraude à la sécurité sociale.
  • Décès d’une patiente d’un choc septique à point de départ urinaire.

Infections diverses chez l'adulte

  • Décès au décours d’une pneumopathie hypoxémiante dans un contexte de traitement immunosuppresseur prescrit pour une SEP.
  • Décès d’un choc septique dans les suites de la prise en charge d’une infection urinaire par antibiothérapie per os sans ECBU.
  • Choc septique sur pyocholécyste 48 heures après une visite à domicile pour syndrome douloureux abdominal. Décès.
  • Amputation des quatre extrémités dans les suites d’une méningite à méningocoque avec purpura fulminans et défaillance multiviscérale. Retard de prise en charge allégué.
  • Décès à J3 d’une détresse respiratoire chez un patient maintenu à domicile pour suspicion de Covid dans un contexte de BPCO.
  • Deux sociétaires mis en cause pour retard au diagnostic d’une péritonite appendiculaire initialement diagnostiquée comme une gastro-entérite dans un contexte de Covid.
  • Deux sociétaires mis en cause dans la survenue du décès d’une patiente présentant un tableau de désaturation avec hyperthermie conduisant le médecin de garde à appeler une ambulance pour hospitalisation. Arrêt cardio-respiratoire non récupéré avant l’arrivée du transport.
  • Évolution défavorable d’une angine nécessitant une hospitalisation en réanimation et trois interventions chirurgicales.
  • Décès au décours d’une méningite à méningocoque. Retard de prise en charge évoqué (2).
  • Décès suite à un transfert en réanimation pour une grippe. Syndrome de détresse aiguë respiratoire (2).
  • Angine compliquée de multiples abcès amygdaliens qui nécessiteront plusieurs interventions chirurgicales.
  • Spondylodiscite avec épidurite à l’origine d’un tableau de tétraplégie survenue 48 heures après la dernière consultation avec le médecin traitant pour douleurs cervicales. Pas de récupération neurologique.

Infection chez l'enfant

  • Décès d’un enfant de deux ans d’une déshydratation aiguë sur gastro-entérite 2 heures après son passage à la maison médicale.
  • Décès dans les suites d’une endocardite infectieuse à Staphylococcus aureus secondaire à une rétention urinaire. Défaillance polyviscérale, décès.
  • Pansinusite avec ethmoïdite aiguë et abcès orbitaire chez un enfant vu à trois reprises pour hyperthermie.
  • Syndrome de détresse respiratoire aiguë sévère sur grippe A H1N1. Retard de prise en charge allégué.

Prise en charge neurologique

  • Réclamation concernant un retard de diagnostic d’une sciatique paralysante à l’origine d’un déficit du nerf sciatique poplité externe permanent (2).
  • Réclamation concernant le retard de diagnostic d’un syndrome de Guillain-Barré laissant persister des séquelles neurologiques.
  • Réclamation concernant l’absence de diagnostic d’un dysfonctionnement de valve de dérivation ventriculo-péritonéale chez un enfant.
  • Erreur de diagnostic face à des vertiges attribués à des vertiges positionnels paroxystiques bénins. AVC quelques heures plus tard.

Prise en charge postopératoire

  • Retard au diagnostic d’une fistule anastomotique dans les suites d’une chirurgie bariatrique à type de by-pass, après le retour à domicile. Hospitalisation en réanimation avec plusieurs reprises chirurgicales (2).
  • Lésion urétérale passée inaperçue au cours d’une colectomie gauche pour cancer. Survenue d’une insuffisance rénale, diagnostiquée quelques mois plus tard par sténose complète de l’uretère avec rein gauche non fonctionnel.
  • Réimplantation urétérale gauche après lésion iatrogène lors de l’exérèse de nodules endométriosiques. Après le retour à domicile, rétention vésicale, retard à la prise en charge allégué. Auto-sondages.
  • Décès après le retour à domicile par méningite secondaire à une brèche ostéoméningée iatrogène au cours de l’exérèse d’un macro-adénome hypophysaire.
  • Arthrite septique survenue au décours d’une arthroscopie du genou chez un patient polypathologique.
  • Infection du site opératoire au décours d’une ostéosynthèse par plaque d’une fracture des deux os de l’avant-bras nécessitant une reprise chirurgicale et une antibiothérapie prolongée.
  • Arthrite septique au décours de la mise en place d’une prothèse totale de hanche nécessitant une reprise chirurgicale et une antibioprophylaxie prolongée.
  • Patient décédé au décours d’une hospitalisation pour dépose d’une plaque prothétique abdominale infectée. Retour à domicile puis nouvelle hospitalisation pour pneumopathie avec décompensation polyviscérale.
  • Paraparésie au décours de l’exérèse d’un méningiome médullaire. Retard de prise en charge évoqué.
  • Retard de prise en charge d’une infection du site opératoire dans les suites d’une chirurgie du rachis cervical.

Prise en charge rhumatologique

  • Réclamation concernant l’absence de diagnostic et de prise en charge d’une ostéoporose sévère, révélée par des fractures vertébrales ayant nécessité une vertébroplastie.
  • Déficit neurologique persistant dans les suites d’une sciatique paralysante, retard de prise en charge allégué.
  • Réclamation concernant l’indication d’une méniscectomie dont les suites se sont avérées douloureuses.
  • Retard de diagnostic d’une spondylodiscite à l’origine d’une dégradation de l’état de santé. Hospitalisation, fausse route. Décès.

Traumatisme

  • Réclamation concernant un défaut de prise en charge d’une morsure de chien avec infection nécessitant un débridement chirurgical.
  • Luxation du coude passée inaperçue dans les suites d’un AVP. Intervention chirurgicale compliquée par une paralysie ulnaire et un syndrome douloureux régional complexe.
  • Séquelles douloureuses dans les suites d’une lésion musculaire du mollet compliquée initialement d’une thrombose veineuse profonde.
  • Décès d’un patient au décours d’une chute avec fracture de L2 et hémorragie digestive haute dans un contexte d’éthylisme chronique.
  • Décès de cause indéterminée d’un patient dans un contexte post-traumatique (2).
  • Amputation d’un orteil dans les suites d’un trouble trophique d’évolution délétère sur un terrain de diabète déséquilibré.
  • Réclamation concernant une prise en charge inadaptée de troubles trophiques du pied chez un patient diabétique déséquilibré.
  • Découverte d’une arthrose radio-cubitale inférieure à distance d’un traumatisme du poignet dans le cadre d’un accident de travail. Les radiographies initiales n’avaient pas retenu de lésion post-traumatique.
  • Syndrome douloureux régional complexe au décours d’une fracture du 3e métatarsien traitée orthopédiquement.
  • Retard de diagnostic d’un syndrome des loges imposant des aponévrotomies de décharge.
  • Retard de diagnostic et de prise en charge d’un hématome sous-dural secondaire à un traumatisme crânien.
  • Arthrite septique au décours d’une ostéosynthèse pour fracture de doigts.
  • Lésion tendineuse passée inaperçue lors de l’exploration d’une plaie de doigt nécessitant une reprise chirurgicale.
  • Tableau de tétraparésie sur spondylodiscite survenue quelques jours après le passage au service des urgences pour cervicalgies.
  • Hématome sous-dural un mois après un traumatisme crânien ayant nécessité une évacuation chirurgicale. Suites marquées par un AVC sylvien étendu. Mise en cause de tous les acteurs de la prise en charge.
  • Corps étranger passé inaperçu lors de la prise en charge d’un traumatisme de la main. Reprise chirurgicale.
  • Surinfection d’un hématome de cuisse traité par des soins locaux nécessitant finalement un parage chirurgical.
  • AVC hémorragique au décours d’un traumatisme de cheville immobilisé avec traitement anticoagulant.
  • Déplacement secondaire d’un foyer de fracture du tiers inférieur du radius nécessitant plusieurs interventions. Raideur séquellaire.
  • Retard de diagnostic d’une fracture du pilon tibial, un diagnostic d’entorse ayant été initialement retenu.
  • Retard allégué de prise en charge d’une fracture du 5e métacarpien.

Divers

  • Réclamation concernant le décès d’une patiente, dont la cause n’a pu être précisée, survenue 48 heures après une visite à domicile.
  • Retard de diagnostic d’un diabète inaugural conduisant le patient en réanimation :
  • Défaillance multiviscérale, décès (1).
  • Déficit du nerf sciatique poplité externe (1).
  • Décès dans un contexte d’acidocétose d’une patiente à domicile sous perfusions sous-cutanées dans un contexte d’opposition aux soins. Traitement modifié par l’époux au profit d’une alimentation sucrée.
  • Réclamation concernant les conditions de prise en charge d’une hyperthyroïdie à l‘aide de compléments alimentaires à base d’iode.
  • Deux sociétaires mis en cause pour retard de diagnostic allégué d’une maladie bipolaire ayant eu des conséquences physiques et pécuniaires.
  • Réclamation concernant les conditions de prise en charge de brûlures du second degré sur environ 10 % de la surface corporelle avec autorisation de retour à domicile.
  • Réclamation concernant la prescription d’un traitement basé sur des analyses biologiques qui n’étaient pas celles de la patiente.
  • Réclamation concernant le retard de diagnostic d’une acromégalie.

Geste

Esthétique

  • des brûlures du premier ou du second degré (6).
  • une pigmentation cutanée (3).
  • Réclamation concernant l’aspect esthétique peu satisfaisant après injections :
  • de Botox,
  • de RADIESSE®.
  • Cicatrice atrophique après une séance unique de laser pour angiome intersourcilier.
  • Brûlure du second degré au décours de séances de laser :
  • pour détatouage.
  • pour traitement d’un angiome.

Divers

  • Migration d’un implant contraceptif ayant nécessité une extraction chirurgicale (2).
  • Infection cutanée à mycobactérie atypique dans les suites de séances de mésothérapie à visée rhumatologique.
  • Arthrite septique au décours d’une visco-supplémentation du genou pour gonarthrose.
  • Acouphènes et otalgies au décours de la réalisation d’une tympanométrie.
  • Plaie du nerf médian lors d’une infiltration pour syndrome du canal carpien. Déficit moteur du pouce.
  • Décès par fissuration hémorragique d’un volumineux kyste hépatique au cours d’une manipulation ostéopathique.
  • Névralgie cervico-brachiale dans les suites d’une séance d’ostéopathie.

Non déplacement, non-assistance à personne en péril

  • Non déplacement auprès d’un patient hospitalisé en psychiatrie. Décès.

Déontologie

  • Réclamation concernant des honoraires allégués trop élevés.
  • Réclamation concernant une hospitalisation à la demande d’un tiers considérée comme abusive.
  • Mise en cause par le patient dans le cadre d’une procédure de faute inexcusable à l’encontre de l’employeur.

Divers

  • Un patient de 55 ans tue son épouse et se suicide 48 heures après avoir vu en consultation notre sociétaire, médecin généraliste, pour troubles de l’humeur.
  • Réclamation concernant une supposée erreur de rédaction d’un certificat médical d’arrêt de travail à l’origine d’un préjudice financier via des indemnités journalières non versées.

Dommage corporel

  • Réclamation concernant la prescription d’un VSL après chirurgie ambulatoire de cataracte. Chute du fauteuil roulant ayant occasionné une fracture du fémur.
  • Douleurs intercostales au décours d’une séance d’ostéopathie pour cervicalgies. Manipulation inadaptée alléguée.

 

Retour au Rapport annuel sur le risque des professionnels de santé


Découvrez notre dossier thématique consacré aux médecins < 

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Les solutions MACSF
RCP-PJ

Indispensable pour vous défendre en cas de mise en cause, le contrat RCP-PJ facilite le règlement de vos litiges d'ordre privé ou professionnel.

Formations

Nos juristes et médecins vous proposent un large choix de formations adaptées à votre situation professionnelle.

Le plus : elles sont illustrées par l'analyse des situations réelles issues de nos dossiers.

À lire aussi

Décisions de justice et avis CCI

Retrouvez l'analyse des décisions de justice (civiles et pénales) et des avis des commissions de conciliation et d’indemnisation (CCI) rendus...

télémédecine, risques

Télémédecine, téléconsultation, télésoin

Quelle différence entre télémédecine, téléconsultation, télésoin... ? Quelles sont les risques encourus par le professionnel de santé ? Que...

La communauté MACSF

Un forum avec des professionnels de santé prêts à échanger sur vos pratiques professionnelles, votre mode d’exercice ou votre matériel…

Solliciter la communauté

L'application MACSF

Accédez à votre espace personnel et toutes ses fonctionnalités sur votre mobile !

Les newsletters

Recevez toute l’actualité sur votre profession/spécialité ainsi que nos offres dédiées.

S'abonner