Chirurgie urologique

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

37 déclarations (dont 8 sans suite) ont été enregistrées pour cette spécialité en 2019, contre 34 en 2018 : 2 procédures administratives, 8 procédures civiles, 1 procédure ordinale, 1 procédure pénale, 11 réclamations amiables et 14 saisines d'une CCI.

Le Docteur Jean-Edouard Clotteau, Chirurgien viscéral conseil, revient en images sur la sinistralité enregistrée par la MACSF en chirurgie urologique en 2019.

Sommaire

Prise en charge >
Complications chirurgicales >

Prise en charge

  • Réclamation concernant un défaut de prise en charge allégué et un retard de diagnostic d’une tumeur rénale gauche chez un patient suivi pour un long passé lithiasique urinaire. Néphrectomie partielle par voie sous-costale, tumeur bénigne.
  • Fistule vésico-vaginale au décours d'une hystérectomie réalisée par un autre praticien. Tentatives infructueuses d'assèchement par sondages vésicaux et urétéraux.
  • Homme de 26 ans, présentant des épisodes étiquetés "orchi-épididymites" et traités par antibiothérapies successives. Castration droite pour ischémie testiculaire droite sur torsion.
  • Deux sociétaires mis en cause concernant la prise en charge d’un patient de 54 ans présentant un adénome de la prostate réséqué par un autre praticien, changement de sonde avant le retour à domicile. Rétention urinaire aiguë sur sonde nécessitant un lavage vésical.
  • Cystite chez une femme de 66 ans, prescription d'examens qui ne seront pas réalisés. Pyélonéphrite gauche motivant hospitalisation 6 jours après traitée par antibiothérapie IV avec succès.
  • Plaie urétérale droite lors d'une hystérectomie élargie réalisée par un autre praticien. Néphrostomie puis réimplantation urétéro-vésicale.

Complications chirurgicales

Chirurgie réno-urétérale

  • Cancer du rein gauche opéré sous cœlioscopie compliqué par : une récidive diagnostiquée sur un scanner de contrôle un an après (1 cas), une hémorragie massive conduisant au décès (1 cas), une embolie pulmonaire postopératoire (1 cas).
  • Lithiase rénale traitée par urétéroscopie souple et mise en place de sonde JJ. Arrêt cardiaque récupéré en salle de réveil d'origine indéterminée. Séquelles neurologiques.
  • Incidentalome surrénalien gauche, surrénalectomie sous cœlioscopie. Persistance d'une tumeur rétro-péritonéale gauche qui sera enlevée par une autre équipe.
  • Patient de 73 ans, opéré d'une néphrectomie partielle sous cœlioscopie assistée par robot, sous simple curarisation sans analgésie du fait de l'absence de l'anesthésiste.
  • Pyélonéphrite sur calcul du bas uretère, tentative d'extraction par voie basse puis néphrostomie, hématome extensif justifiant une embolisation. Extraction ultérieure du calcul par fragmentation laser et urétéro-pyélocalicoscopie.
  • Colique néphrétique droite lithiasique. Extraction par urétéroscopie ambulatoire et sonde JJ. Douleurs après ablation de la sonde JJ, liées à des fragments résiduels.

Chirurgie prostatique et vésicale

  • Adénome de la prostate traité par vaporisation laser. Perforation vésicale à l'origine d'une orchi-épididymite et d'une ostéite pubienne de révélation secondaire.
  • Cancer de vessie, cystectomie et entérocystoplastie. Suites compliquées d'infections nécessitant plusieurs reprises chirurgicales qui n'empêcheront pas le décès.
  • Adénomectomie prostatique cœlio-robot assistée. Péritonite par perforation du grêle justifiant une iléostomie. Rétablissement de la continuité digestive 4 mois après.

Chirurgie de prolapsus

  • Prolapsus génital traité par cure chirurgicale avec bandelettes TOT sous cœlioscopie compliquée par : une hémorragie le lendemain nécessitant une reprise et des transfusions de concentrés globulaires (1 cas), un oubli de compresse (1 cas), une extériorisation de la bandelette nécessitant plusieurs reprises chirurgicales (2 cas), une lithiase sur sténose iatrogène de l’uretère par agrafage chirurgical nécessitant une reprise (1 cas), des brûlures urinaires avec lombalgies (1 cas).
  • Incontinence urinaire avec cystocèle traitée par promontofixation. Suites marquées par une péritonite par perforation du grêle. Reprise pour suture, évolution favorable.

Autres

  • Réclamation concernant le caractère incomplet d'une vasectomie, conduisant à un geste de reprise que le patient refuse du fait des frais d’hospitalisation supplémentaires.
  • Phimosis ancien, posthectomie élargie. Carcinome épidermoïde. Pas de traitement complémentaire préconisé par RCP. Métastases ganglionnaires de révélation secondaire et tardive.
  • Hydrocèle bilatérale opérée mais récidivante malgré ponctions ultérieures. Nouvelle résection suivie d'une infection locale.
  • Phimosis serré chez un enfant de 3 ans, posthectomie mais cicatrices gênantes. Un autre urologue corrigera les défauts de cicatrisation sept ans plus tard.

 

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
La solution MACSF
RCP-PJ

Indispensable pour vous défendre en cas de mise en cause, le contrat RCP-PJ facilite le règlement de vos litiges d'ordre privé ou professionnel.

La communauté MACSF

Un forum avec plus de 500 000 professionnels de santé prêts à échanger sur vos pratiques professionnelles, votre mode d’exercice ou votre matériel…

Solliciter la communauté

L'application MACSF

Accédez à votre espace personnel et toutes ses fonctionnalités sur votre mobile !

Les newsletters

Recevez toute l’actualité sur votre profession/spécialité ainsi que nos offres dédiées.

S'abonner

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×