Dermatologie et vénérologie

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Les 2 491 dermatologues sociétaires de la MACSF, dont 1 750 libéraux, ont adressé 52 réclamations (70 en 2018) dont 5 sans suite, soit une sinistralité de 2,97 % (3,94 % en 2018). Ces déclarations se répartissent en 6 procédures civiles, 4 plaintes ordinales, 1 procédure pénale, 38 réclamations amiables et 3 saisines d'une CCI.

Sommaire

Diagnostic >
Prise en charge >
Acte esthétique/thérapeutique >
Iatrogénie médicamenteuse >
Divers >

Diagnostic

  • Réclamation concernant un retard de diagnostic et de prise en charge d’un mélanome du dos.

Prise en charge

  • Patient de 57 ans, diabétique et tabagique, pris en charge pour des troubles trophiques des membres inférieurs. Soins locaux et antibiotiques. Gangrène prise en charge à l'hôpital avec revascularisation sans succès. Décès.
  • Réclamation concernant la prise en charge d’un eczéma de la jambe avec impétigo, ayant nécessité plusieurs traitements sans amélioration.  Evolution progressivement favorable après transfert en centre hospitalier.
  • Patiente suivie depuis 2013 pour une lésion achromique de la joue. Proposition d’exérèse chirurgicale en 2015, refusée par la patiente par crainte des séquelles esthétiques. Deux ans plus tard, carcinome baso cellulaire nodulaire, exérèse complète avec large cicatrice.
  • Réclamation concernant une abstention thérapeutique chez une patiente présentant une nécrose cutanée dans les suites d’une chirurgie de varices compliquée d’une fistule artérioveineuse avec embolisation. Hospitalisation ultérieure avec greffe cutanée.

Acte esthétique/thérapeutique

Biopsie/exérèse

  • Survenue d'une ostéomyélite multifocale à SAMS au décours d'une exérèse de deux verrues plantaires. Prise en charge contestée.
  • Mise à plat d’un pseudo kyste mucoïde de l'auriculaire droit, évolution initiale satisfaisante. Récidive du kyste, interventions chirurgicales multiples, complications infectieuses. Raideur séquellaire.
  • Cicatrice disgracieuse et prise en charge alléguée non satisfaisante, d'un carcinome basocellulaire infiltrant et ulcéré de l'aile droite du nez.

Cryothérapie

  • Séance de cryo lipolyse abdominale compliquée par un résultat insuffisant.
  • Traitement de lésions kératosiques par application d’azote. Brûlure nécessitant des soins locaux prolongés et laissant persister une cicatrice (2 cas).

Injection de comblement

Rides

  • Réclamation concernant la survenue d'un œdème temporal et de céphalées après injection de comblement à visée esthétique.

Affaissement des joues

  • Pas de réclamation en 2019.

Cernes périorbitaire

  • Pas de réclamation en 2019.

Injection pour alopécie du sourcil

  • Pas de réclamation en 2019.

Laser

De détatouage

  • Pas de réclamation en 2019.

Pour rides des paupières inférieures

  • Pas de réclamation en 2019.

Epilatoire

  • Séance de laser pour épilation définitive compliquée par : des brûlures du 1er ou du 2nd degré nécessitant des soins prolongés (5 cas), un retentissement psychologique lié à l’orientation malencontreuse du faisceau vers les yeux. (1 cas).

Pour acné

  • Pas de réclamation en 2019.

Pour cicatrice

  • Séance de laser pour cicatrice compliquée par une brûlure localisée du second degré du visage nécessitant des soins prolongés.

Laser vasculaire ou électrocoagulation

  • Séance de laser vasculaire pour traiter des tâches pigmentaires et couperose au niveau du décolleté compliquée par des brûlures laissant persister des cicatrices (2 cas).

Peelings

  • Séances de peeling du visage compliquées par : une réaction inflammatoire laissant persister une zone érythémateuse (1 cas), une brûlure du 2nd degré (1cas).

Puvathérapie

  • Pas de déclaration en 2019.

Iatrogénie médicamenteuse

  • Réclamation concernant la survenue de zones de dépigmentation après application de topiques locaux en préparation magistrale pour troubles de la pilosité.
  • Réclamation de la famille d’un patient traité pour alopécie par finastéride pendant cinq ans. La famille considère que ce médicament est responsable des troubles psychiatriques à l’origine du suicide.
  • Réclamation d’une patiente ayant présenté une zone d'alopécie dans les suites d'une injection de KENACORT® retard 40 mg au niveau de plaques temporales.

Divers

  • Réclamation concernant la survenue d'un abcès sous orbitaire quelques jours après une injection de Botox.
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
La solution MACSF
RCP-PJ

Indispensable pour vous défendre en cas de mise en cause, le contrat RCP-PJ facilite le règlement de vos litiges d'ordre privé ou professionnel.

La communauté MACSF

Un forum avec plus de 500 000 professionnels de santé prêts à échanger sur vos pratiques professionnelles, votre mode d’exercice ou votre matériel…

Solliciter la communauté

L'application MACSF

Accédez à votre espace personnel et toutes ses fonctionnalités sur votre mobile !

Les newsletters

Recevez toute l’actualité sur votre profession/spécialité ainsi que nos offres dédiées.

S'abonner

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×