Médecine générale

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Les 51 799 médecins généralistes sociétaires de la MACSF, dont 34 714 médecins libéraux, ont adressé 405 déclarations (104 sans suite) dont 405 en exercice libéral, soit une sinistralité de 1,17 % (390 déclarations en 2018 dont 390 en libéral). Ces déclarations se répartissent en 21 plaintes pénales, 83 procédures civiles, 50 plaintes ordinales, 12 procédures administratives, 133 réclamations amiables et 106 saisines d'une CCI.

Le Docteur Thierry Houselstein, Directeur Médical, revient en images sur la sinistralité enregistrée par la MACSF en médecine générale en 2019.

Sommaire

Retard diagnostic >
Iatrogénie >
Prise en charge >
Geste >
Non déplacement, non-assistance à personne en péril >
Expertise >
Déontologie >
Divers >
Dommage corporel >
Régulation SAMU >

Retard diagnostic

Tumeurs

Broncho-pulmonaire

  • Deux sociétaires mis en cause pour la découverte d’une asbestose avec demande de consultation auprès d’un pneumologue non honorée. Adénocarcinome pulmonaire traité par chirurgie et chimiothérapie. Décès.
  • Patient alcoolo-tabagique reprochant le retard diagnostique d’un cancer bronchopulmonaire à un stade avancé se révélant inopérable.
  • Retard diagnostique allégué d’un adénocarcinome broncho-pulmonaire d'emblée métastatique au niveau pleural.
  • Réclamation concernant le retard de diagnostic allégué d’un cancer de la plèvre.
  • Découverte fortuite d'une image pulmonaire suspecte sur une radiographie pulmonaire réalisée pour traumatisme. Retard de diagnostic d'un cancer bronchique par défaut de transmission entre l'hôpital et le médecin traitant.

Digestif

  • Diabète devenu insulino-requérant. Huit mois après, apparition de douleurs épigastriques. Diagnostic de cancer pancréatique métastatique. Décès rapide.
  • Adénocarcinome gastrique avec métastases lors du diagnostic. Évolution foudroyante avec décès en un mois.
  • Retard diagnostique d’une tumeur du colon découverte : au stade métastatique (8 cas), au stade de perforation avec péritonite (1 cas).
  • Retard diagnostique d’un cholangiocarcinome conduisant au décès.
  • Patient de 17 ans, asthénie et perte d'appétit, examen dit normal. Le lendemain, hospitalisation en urgence pour coma : encéphalopathie métabolique urémique. Décès.
  • Consultations multiples pour des douleurs épigastriques. Diagnostic un an plus tard d'un angor mésentérique. Péritonite postopératoire, septicémie et décès.
  • Patiente de 66 ans, dysphagie rapidement progressive. Tumeur médiastinale de primitif inconnu mise en évidence au bout de quelques mois, décès rapide.

Sein et gynécologique

  • Réclamation concernant un retard de diagnostic de plusieurs mois d’un cancer du sein (4 cas).
  • Réclamation concernant un retard de diagnostic d’une tumeur de l’ovaire (2 cas).

ORL

  • Pas de déclaration en 2019.

Osseux

  • Retard de diagnostic allégué d’un ostéochondrome.
  • Amputation d’un pied suite au retard diagnostique d'un sarcome.

Prostate

  • Retard allégué au diagnostic d'un cancer de la prostate (5 cas).

Divers

  • Retard de diagnostic allégué d’un léïomyosarcome rénal de grande taille. Douleurs costales mises sur le compte d’un syndrome de Cyriax pendant plusieurs années.
  • Réclamation de la mère d’une patiente concernant l’absence de diagnostic d’un myélome.
  • Céphalées persistantes chez un enfant de moins de deux ans. Examen ophtalmologique rassurant. Hémiplégie en rapport avec une tumeur dermoïde inter optico-carotidienne.
  • Retard allégué de diagnostic d'une leucémie myéloïde monocytaire chronique (1 cas), d’un thymome (1 cas).
  • Réclamation concernant un retard allégué au diagnostic d'une tumeur cérébrale avec compression du chiasma optique nécessitant une intervention chirurgicale.
  • Réclamation concernant le retard diagnostique allégué d’un épendymome ventriculaire dont l’exérèse va laisser de lourdes séquelles neurologiques.

Organisation et pathologie maligne

  • Pas de déclaration en 2019.

Pathologie cardiovasculaire

  • Douleur thoracique avec irradiation dans le membre supérieur. Électrocardiogramme interprété comme normal. Diagnostic d'œsophagite. Patient décédé le lendemain.
  • Réclamation concernant les conditions de prise en charge d'une ischémie de membre inférieur, chez une patiente aux nombreux facteurs de risque, conduisant à une amputation.
  • Douleurs diffuses évoquant un syndrome grippal, traitement antalgique. 4 jours plus tard, syndrome coronarien aigu avec occlusion de la coronaire droite et BAV complet.
  • Gêne respiratoire, diagnostic de pneumopathie. Quatre jours plus tard, angioscanner écartant une embolie pulmonaire mais confirmant une insuffisance cardiaque. Décès.
  • Douleur thoracique suspecte avec transport par SAMU aux urgences. ECG et biologie interprétés comme normaux. Retour à domicile. Syndrome coronarien, occlusion de l'IVA, angioplastie.
  • Douleur intercostale, traitement symptomatique. Quatre jours après la consultation, décès par rupture d'un anévrisme aortique thoracique.
  • Retard diagnostique d'une thrombose veineuse de membre inférieur suivie d'une embolie pulmonaire dans les suites d'un traumatisme direct de mollet.
  • Réclamation concernant le retard diagnostique d’un syndrome coronarien. Évolution favorable.
  • Patiente âgée de 59 ans, décédée d'un trouble du rythme cardiaque quelques heures après une consultation pour asthénie.
  • Réclamation concernant un retard au diagnostic d'une artériopathie des membres inférieurs conduisant à un pontage fémoro poplité et à une amputation de l’hallux.
  • Examen d’un détenu de 21 ans pour céphalées et vomissements. Consommation de cannabis évoquée. Décès 13 heures plus tard d'une rupture d'anévrisme cérébral.
  • Consultation pour œdème du membre inférieur et induration. Traitement local. Le lendemain, diagnostic d'une phlébite iliaque avec embolie pulmonaire.
  • Non-diagnostic de lésions artérielles des membres inférieurs au cours d’une consultation pour une lésion nécrotique douloureuse du gros orteil.
  • Réclamation concernant le non-diagnostic d’une maladie des emboles de cholestérol à l’origine d’une amputation de l’avant-pied droit.
  • Patient de 69 ans, myocardiopathie ischémique. Échographie de stress positive. Consultation pour douleurs thoraciques, traitement symptomatique. Syndrome coronarien aigu quelques jours plus tard.
  • Patient de 37 ans tabagique présentant une toux évoluant depuis plusieurs jours avec douleurs thoraciques. Diagnostic de bronchite, mort subite quelques heures plus tard.
  • Deux sociétaires mis en cause dans la prise en charge d’un patient de 43 ans, douleurs cervicales, bilan négatif. Syndrome coronarien, arrêt cardiorespiratoire. État végétatif séquellaire.

Pathologie neurologique

  • Admission aux urgences pour céphalées et un déficit transitoire au décours d'un traumatisme cervical.  Patient qui sera admis le lendemain en urgence pour une dissection carotidienne avec hématome cérébral justifiant une craniotomie.
  • Retard de diagnostic allégué d'un AVC du tronc survenu au décours d'une visite motivée par des douleurs de l'épicondyle, un état de fatigue et de stress.
  • Patient examiné à son domicile pour des vertiges. Hospitalisé 4 jours plus tard, pour un AVC ischémique dans le territoire basilaire.
  • Patient de 85 ans, hémiparésie et troubles phasiques au réveil. Visite à domicile, appel du SAMU qui propose une ambulance simple. Accident vasculaire cérébral ischémique multifocal. Décès.
  • Réclamation concernant un hypothétique retard de diagnostic d’une sclérose en plaque.
  • Patiente dépressive présentant une asthénie et des troubles de l'équilibre. Traitement symptomatique. IRM mettant en évidence une malformation d'Arnold Chiari avec syringomyélie.
  • Non diagnostic d’un AVC cérébelleux devant un syndrome vertigineux avec malaises. Hospitalisation quelques heures plus tard, évolution favorable.
  • Réclamation concernant un supposé retard de diagnostic et de prise en charge d'un AVC hémorragique sur angiopathie amyloïde cérébrale.
  • Admission aux urgences pour céphalées d'apparition brutale. Un bilan TDM mettant en évidence une rupture d'anévrysme. Organisation du transfert dans l'unité neurovasculaire de référence. Aggravation de la situation neurologique, transfert en réanimation. Persistance de séquelles neurologiques lourdes.
  • Réclamation concernant le retard diagnostique allégué d’un AVC (2 cas).

Traumatismes

Adultes

  • Non-diagnostic d'une luxation rétro lunaire du carpe. Retard à la prise en charge chirurgicale de 3 mois.
  • Non-diagnostic d’une rupture de la coiffe des rotateurs dans les suites d’un traumatisme de l’épaule.
  • Réclamation concernant la prise en charge d’un patient ayant fait une chute lors d’une course de motocross. Paraplégie.
  • Patient âgé de 75 ans sous XARELT®, douleur sacrée suite à une chute d’une échelle 3 jours plus tôt avec TC sans PC. 14 jours plus tard, intervention en urgence pour un hématome sous dural.
  • Fracture du scaphoïde passée inaperçue, pseudarthrose et syndrome douloureux régional complexe.
  • Prise en charge d'une fracture parcellaire du calcanéum, articulaire, diagnostiquée à deux mois du traumatisme initial.
  • Retard de diagnostic et de prise en charge d'une rupture du tendon quadricipital du genou gauche de quatre semaines. Évolution défavorable avec échec de chirurgie.
  • Retard de 4 semaines d’une fracture du bassin.
  • Non-diagnostic d’une fracture de l’hamatum avec luxation de la base des 4e et 5e métacarpiens. Diagnostic secondaire le lendemain sur scanner.
  • Non-diagnostic d’une fracture luxation du coude dans les suites d’une chute ayant occasionné une fracture de l’extrémité inférieure du radius homolatéral.
  • Réclamation concernant un retard au diagnostic d'une fracture vertébrale post traumatique, un diagnostic initial de lumbago ayant été porté par le stagiaire du médecin traitant.

Enfants

  • Pas de déclaration en 2019.

Urgences abdomino-pelviennes

  • Retard de diagnostic et de prise en charge d'un volvulus du cæcum évoluant vers une péritonite stercorale à l'origine d'un état de choc septique.
  • Deux sociétaires mis en cause pour un retard de diagnostic et de prise en charge d'un syndrome occlusif abdominal.
  • Non-diagnostic d’une occlusion intestinale sur bride, qui sera mise en évidence 5 jours après trois consultations successives auprès de différents praticiens.
  • Non-diagnostic d’une hernie diaphragmatique étranglée. Péritonite nécessitant 2 reprises chirurgicales.
  • Sigmoïdite aiguë chez une femme de 74 ans, échec du traitement médical conduisant à une intervention chirurgicale.
  • Diagnostic de gastroentérite posé devant des vomissements. Retard diagnostique d’une hernie inguinale étranglée avec occlusion, intervention, complications infectieuses imposant une reprise.

Divers chez l'enfant

  • Retard de prise en charge d'une méningo-encéphalite à pneumocoque chez un enfant de 18 mois. Décès.
  • Retard diagnostique d'une pleuropneumopathie, compliquant une varicelle, chez un enfant de 5 ans.
  • Réclamation concernant le retard de diagnostic et de prise en charge d’une semaine d’une épiphysiolyse aiguë de hanche gauche.
  • Enfant pris en charge pour des symptômes évoquant une otite moyenne aiguë. Retard diagnostique d’une appendicite, intervention au stade de pyo appendice.

Autres

Infection

  • Réclamation concernant le retard au diagnostic d'un érysipèle du membre supérieur.

Divers

  • Réclamation concernant les conditions de prise en charge d'une thrombopénie chez une patiente porteuse d'un syndrome des anti phospholipides et présentant finalement deux AVC dont elle conserve des séquelles.
  • Réclamation concernant un retard allégué de diagnostic et de prise en charge d’un diabète de type 2.
  • Réclamation concernant le retard diagnostique allégué d’un volumineux kyste annexiel symptomatique.

Iatrogénie

Anticoagulants

  • Surdosage par défaut d’adaptation de posologie des AVK : hématome du psoas (1 cas), hémorragie digestive conduisant au décès (1 cas).

Autres

  • Quatre sociétaires mis en cause pour une erreur de posologie de PECTFENT® 100 microgrammes avec surdosage à l'origine d'une dépendance. Nécessité d'un sevrage en milieu hospitalier.
  • Patiente traitée au long cours par corticoïdes pour une maladie de Horton et une PPR. Ostéoporose cortisonique à l'origine de plusieurs fractures vertébrales.
  • Renouvellement d'une contraception orale œstro progestative. Trois mois plus tard, arrêt cardiaque sur embolie pulmonaire massive, décès.
  • Addiction à la cocaïne. Traitement substitutif par SUBUTEX®. Il est allégué une prise en charge inadaptée à l'origine d'une dépendance à ce produit.
  • Prise d’AINS pour douleurs musculaires, choc anaphylactique. Décès.
  • Myofasciite à macrophages au décours d'une vaccination : DT Polio (1 cas), Hépatite B (1 cas).
  • Rupture bilatérale des tendons d'Achille, dans les suites d'une corticothérapie orale pour pathologie inflammatoire bronchopulmonaire.
  • Décès par arrêt cardiaque, rattaché par la famille à la prise de RITUXIMAB®, en traitement d’une polyarthrite rhumatoïde.
  • Sclérose en plaque imputée à la vaccination contre l'hépatite B. (2 cas).
  • Rupture du tendon d’Achille après prescription de quinolone pour une infection urinaire.
  • DEPAKINE® prescrit chez une femme enceinte épileptique, naissance d’un enfant présentant de graves malformations.
  • Traitement par ANDROCUR® prescrit durant plusieurs années. Survenue de multiples méningiomes (2 cas).
  • Réclamation concernant le rôle supposé du BI-PROFENID® dans la survenue d’un AVC un mois après la première prise.
  • Prescription de MOLUSDERM® en traitement d’un molluscum contagiosum chez un enfant de 4 ans. Brûlures superficielles.
  • Trois sociétaires mis en cause dans la survenue d’un syndrome de Lyell suite à la prise de LAMICTAL®, laissant persister de lourdes séquelles après un séjour prolongé en réanimation.
  • Hypertension artérielle, remplacement du COOLMETEC® par RENITEC®, vertiges et dyspnée justifiant l’appel du SAMU. 24 heures après, œdème pulmonaire et arrêt anoxique non récupéré.
  • Réclamation concernant une prescription de DUROGESIC® qui aurait conduit à une addiction.
  • Insuffisance surrénalienne avec diabète cortico-induits et myopathie cortisonique après prescription de corticoïdes pour une lombosciatique.
  • Réclamation concernant la survenue d'un syndrome des loges après surdosage en AVK.
  • Prescription téléphonique d’un patch transdermique de DUROGESIC® 100 microgrammes sans examen clinique et sur demande de la mère de la victime. Décès de la patiente constaté quelques heures plus tard.
  • Décès d'un patient de 67 ans, un mois après diagnostic d'adénocarcinome colique, au cours d'une première cure de chimiothérapie, dans les suites d'administration de TRANXENE® 50 mg I.V.
  • Décès d'un patient de 69 ans, diabétique connu, par acidose métabolique après surdosage retrouvé en METFORMINE®.

Prise en charge

Prise en charge de cancer

  • Défaut de communication du compte-rendu de mammographie et classement sans suite des résultats de l'examen anatomopathologique des biopsies, révélant un carcinome canalaire infiltrant.
  • Nodule testiculaire, tumorectomie, lésion considérée comme bénigne. Un an plus tard, découverte d’une séminome testiculaire. Castration, néphrectomie, chimiothérapie.
  • Réclamation concernant la survenue de complications radiques au décours du traitement d’un cancer du nasopharynx.
  • Deux sociétaires mis en cause concernant la qualité des soins délivrés au cours de la prise en charge d’un patient porteur d’un glioblastome. Décès.
  • Réclamation pour défaut de soins d’une patiente ayant un cancer du pancréas évolué avec carcinose péritonéale.
  • Phimosis ancien, posthectomie élargie : carcinome épidermoïde. Pas de traitement complémentaire préconisé par RCP. Métastases ganglionnaires de révélation secondaire et tardive.

Prise en charge cardiovasculaire

  • Erreur de prescription d'anticoagulant à l'occasion d'une modification du traitement prescrit sur le conseil du cardiologue traitant. AVC au décours avec perte d'autonomie du patient.
  • Jeune fille de 17 ans ayant présenté un malaise brutal avec arrêt cardio-respiratoire. Échec de la réanimation par SAMU, décès.
  • Retard de prise en charge d'une phlébite évoluant vers une embolie pulmonaire. Arrêt cardiorespiratoire réfractaire défaillance multiviscérale. Décès.
  • Patiente de 71 ans, suivie pour une insuffisance cardiaque ischémique avec dysfonction VG. Hospitalisation organisée, décès à domicile dans l’intervalle.
  • Patiente présentant un état de choc d'allure septique. Transfert au centre hospitalier par SMUR. En fait, syndrome coronarien aigu, décès.
  • Retard de prise en charge d'un AVC chez une patiente de 84 ans. Décès au décours.
  • Réclamation concernant le retard diagnostique d’une décompensation cardiaque, cardiogénique nécessitant une prise en charge en réanimation.
  • Douleurs thoraciques ayant justifié plusieurs consultations. Prise en charge par cardiologue. Mort subite par infarctus du myocarde à domicile la veille d'une coronarographie programmée.
  • Patiente de 54 ans, dysfonction ventriculaire gauche, changement de défibrillateur. Consultation pour des troubles du sommeil. Admission le lendemain pour une tachycardie ventriculaire, défaillance du défibrillateur, décès.
  • Réclamation concernant la gestion d'un traitement AVK au décours d'une embolie pulmonaire, décès du patient.
  • Consultation pour une douleur thoracique, diagnostic de douleur pariétale. Le lendemain, syndrome coronarien aigu traité par angioplastie de la coronaire droite. Dysfonction ventriculaire gauche avec dyspnée d'effort.

Suivi de grossesse

  • Réclamation concernant le défaut de prise en charge d’un suivi de grossesse. La mère émettant des réserves sur le devenir de sa petite fille, née en 2015, actuellement en bonne santé.
  • Trois sociétaires mis en cause dans la prise en charge d’une patiente ayant accouché dans un contexte de pré éclampsie. Naissance d’une petite fille présentant des troubles neurologiques.
  • Non prise en compte d’une protéinurie massive indiquée sur le bilan biologique d’une patiente, montré en fin de consultation. Mort fœtale in utero.
  • Défaut de diagnostic échographique anténatal allégué d’un syndrome de régression caudale découvert à la naissance. Handicap majeur.
  • RCIU de fin de grossesse avec insuffisance placentaire et dopplers anormaux. Hypoglycémies néonatales d'origine imprécise. Enfant infirme moteur cérébral.

Prise en charge en établissement

Hospitalisation / soins de suite

  • Patient de 75 ans, hospitalisé le lendemain de sa sortie du centre de cure thermale. Pneumopathie, évolution défavorable, décès.
  • Suicide par défenestration d'une patiente de 86 ans, hospitalisée pour syndrome confusionnel.
  • Décès par inhalation massive, à J3 d'une laparotomie pour volumineuse tumeur ovarienne rompue avec hémopéritoine compliquée d'un état de choc et d’une acidose métabolique.
  • Deux sociétaires mis en cause dans la prise en charge d’un patient admis en SSR dans les suites du traitement d’une embolie pulmonaire. Thrombopénie à l’héparine non prise en compte, AVC.
  • Patient de 55 ans admis en réanimation médicale pour un tableau de convulsion avec pneumopathie d'inhalation évoluant depuis plusieurs jours. Diagnostic de thrombose du tronc basilaire, sans indication à une revascularisation car trop tardif. Aggravation neurologique et soins palliatifs jusqu'au décès.
  • Réclamation concernant un supposé défaut de soins chez une patiente en HAD pour soins palliatifs, décès rapide.
  • Réclamation concernant les conditions de prise en charge en soins palliatifs d’un patient porteur d’une insuffisance cardiaque et respiratoire sévère. Décès.
  • Insuffisance respiratoire postopératoire après chirurgie de double pontage coronaire mammaire interne liée à une paralysie bilatérale de la coupole diaphragmatique. Impossibilité de sevrage ventilatoire, décès.
  • Décès lors de l'hospitalisation en centre de rééducation dans les suites d'une prothèse de hanche, cause non déterminée.

En EHPAD

  • Non transmission d'un antécédent de valve mécanique lors de l’entrée en EHPAD, à l'origine d'une mauvaise gestion des anticoagulants. AVC ischémique massif. Décès.
  • Réclamation concernant les conditions de fin de vie d’un patient âgé de 91 ans, atteint de nombreuses comorbidités et d’une démence évoluée.
  • Patiente polypathologique prise en charge pour une fausse route. Traitement antibiotique et kinésithérapie respiratoire. Évolution défavorable, décès.
  • Réclamation concernant les conditions de prise en charge d'un traumatisme oculaire ayant conduit à une baisse d'acuité visuelle.
  • Réclamation concernant les soins délivrés à une patiente de 87 ans démente présentant un syndrome de glissement.
  • Réclamation concernant les conditions de prise en charge d’un patient de 87 ans polypathologique pour une pneumopathie d’évolution défavorable.
  • Deux sociétaires mis en cause concernant la qualité des soins palliatifs prodigués lors de l’accompagnement d’une patiente polypathologique, grabataire, décès.
  • Réclamation concernant la prise en charge d’une patiente de 90 ans, chutes à répétition, décès.

Infections diverses chez l'adulte

  • Réclamation concernant la prise en charge d’un patient examiné une seule fois pour un tableau de bronchite, décédé deux mois plus tard.
  • Patient de 86 ans, aux lourds antécédents, hospitalisé pour suspicion de pneumopathie. Sortie après évolution considérée comme favorable. Cholécystite gangréneuse, simple drainage cœlioscopique. Décès.
  • Prise en charge aux urgences d’une méningo encéphalite. Décès.
  • Patiente de 34 ans suivie pour une petite communication interventriculaire. Accouchement par voie basse avec épisiotomie. Endocardite, nécessitant un double remplacement valvulaire.
  • Tableau de bronchopneumopathie traînante d’évolution défavorable. Décès (2 cas).
  • Survenue d'une pyélonéphrite aiguë obstructive, nécessitant une pose de sonde JJ puis l'ablation du calcul 15 jours après la prise en charge de notre sociétaire pour cystite.
  • Décès d'une patiente de 93 ans, démente, d'un choc septique sur surinfection de plaie de jambe.
  • Décès après pneumopathie à pneumocoque avec tableau de choc septique et défaillance multiviscérale. Il est reproché un retard à l'hospitalisation.
  • Phlegmon du pouce droit, non diagnostiqué. La prise en charge chirurgicale n'interviendra que 36 heures plus tard et aboutira à l'amputation de P2.
  • Syndrome douloureux abdominal et lombaire 48 heures après la sortie de la maternité suite à un accouchement. Diagnostic de lombalgies mécaniques conduisant à un traitement symptomatique. Décès 72 heures plus tard d'un choc septique à Streptocoque A.
  • Syndrome fébrile, douleurs laryngées avec irritation et fièvre. Diagnostic de laryngite et bronchite. Prescription d'amoxicilline et Doliprane®. Le lendemain, patient retrouvé décédé.
  • Douleurs dentaires 48 heures après l’extraction d’une dent, orientation vers le chirurgien-dentiste. Mise en route d’un traitement antibiotique inefficace, hospitalisation.
  • Réclamation concernant un retard au diagnostic d'une pleurésie séro-fibrineuse chez une patiente traitée pour infection pulmonaire.
  • Réclamation concernant un retard supposé de prise en charge d’une spondylodiscite ayant évolué vers une épidurite. Persistance de séquelles neurologiques.
  • Réclamation concernant le non-diagnostic d’une infection à pneumocoque ayant conduit à un choc septique avec tamponnade.
  • Patiente de 40 ans, angine fébrile, traitement symptomatique. Choc septique à streptocoque, amputation des deux membres inférieurs et des phalanges distales de la main droite et des 5 doigts de la main gauche. Deux sociétaires mis en cause.
  • Réclamation concernant un supposé retard de prise en charge d’une pneumopathie. Évolution favorable.
  • Patient âgé de 87 ans, diabétique, polyvasculaire pris en charge pour un ongle incarné. Évolution défavorable, amputation.
  • Syndrome méningé probable, indication d’hospitalisation sans en organiser le transport. Quelques heures plus tard, admission en urgence pour un AVC cérébelleux sur thrombose vertébrale, décès.
  • Douleur de l'épaule droite dans les suites de travaux de jardinage, diagnostic initial de tendinite puis de claquage. Finalement, abcès sous pectoral droit, avec diffusion au médiastin.
  • Réclamation concernant le retard diagnostique d'une appendicite de 72 heures conduisant à une intervention au stade d'une péritonite, chez une patiente obèse et diabétique.
  • Patient consultant au décours de l’exérèse d’un kyste sébacé dorsal pour douleurs lombaires, prescription d’AINS. Décès quatre jours plus tard en réanimation dans un contexte de choc septique.
  • Retard de diagnostic et de prise en charge d'une méningo-encéphalite.

Infections chez l'enfant

  • Décès d'une jeune patiente examinée à domicile pour gastroentérite aiguë. Quelques heures plus tard, arrêt cardiorespiratoire réfractaire sur méningite à méningocoque C.
  • Décès après retour à domicile d'un nourrisson de 7 mois examiné quelques heures plus tôt pour une bronchiolite.
  • Enfant de 11 ans, céphalées frontales. Examen clinique rassurant, apyrexie, traitement antalgique et anti-inflammatoire. Évolution vers un empyème cérébral qui nécessitera une évacuation chirurgicale. Évolution favorable.
  • Prise en charge d’une petite fille présentant une toxi infection grave à Escherichia coli avec syndrome hémolytique urémique suite à l’ingestion d’un fromage contaminé. Séquelles neurologiques.
  • Réclamation concernant le décès d’une fille de 13 ans porteuse d’une neutropénie dans un contexte de fièvre.

Prise en charge neurologique

  • Patient présentant des céphalées. Rupture d’une malformation artérielle cérébrale mise sur le compte d’une sinusite. Décès.
  • Réclamation concernant un retard à la prise en charge d'un AVC (2 cas).
  • Réclamation concernant un défaut de prise en charge allégué d’une patiente atteinte d’une maladie d’Alzheimer.

Prise en charge ophtalmologique

  • Pas de déclaration en 2019.

Prise en charge ORL

  • Pas de déclaration en 2019.

Prise en charge postopératoire

  • Prothèse totale de hanche compliquée d’un sepsis nécessitant une reprise chirurgicale avec changement de prothèse. Mise en cause du médecin traitant pour un potentiel retard de prise en charge.
  • Retard de prise en charge allégué dans les suites d’un pontage fémoro-poplité compliqué par une infection du site opératoire avec endocardite mitrale puis d'un accident vasculaire cérébral ischémique. Amputation de cuisse gauche.
  • Deux sociétaires mis en cause concernant l’arrêt, en préopératoire d’une cure de hernie inguinale et non repris en postopératoire, du XARELTO® prescrit pour une ACFA. AVC thrombo embolique laissant d’importantes séquelles.
  • Douleurs abdominales et épisodes de vomissements 3 mois après une Sleeve gastrectomie. Bilan biologique et échographique réputés normaux. Fistule de l’anastomose.
  • Cure de hernie discale cervicale, suites marquées par une compression médullaire passée inaperçue. Tétraparésie.
  • Méniscectomie compliquée par une arthrite septique s'étant déclarée quelques jours après une consultation unique pour sinusite.
  • Traitement chirurgical par blocage d'une fracture maxillaire. Lésions cutanées infectieuses nécessitant des soins prolongés.
  • Arthrite septique de l’épaule au décours de la mise en place d’une prothèse totale. Évolution défavorable. Décès.
  • Trois sociétaires mis en cause dans la prise en charge d’une patiente ayant bénéficié d’une sleeve gastrectomie pour obésité morbide. Encéphalopathie de Gayet-Wernicke laissant persister une tétraparésie séquellaire.
  • Prothèse totale de genou compliquée d’une arthrite septique d’évolution défavorable en dépit de plusieurs reprises chirurgicales. Amputation transfémorale.
  • Patiente ayant bénéficié d’une sleeve gastrectomie pour obésité morbide. Douleurs scapulaires et fièvre traitées par antibiotiques. Fistule gastro-pulmonaire, DRESS syndrome. Multiples interventions, évolution favorable.
  • Réclamation concernant la survenue d’une thrombose veineuse profonde deux mois après la mise en place d’une prothèse totale de hanche.
  • Infection du site opératoire au décours d’une chirurgie de canal lombaire étroit. Puis complications thromboemboliques et décès à trois mois de la chirurgie.
  • Réclamation concernant la survenue de difficultés de cicatrisation au décours de la pose d’une PTH. Antibiothérapie per os, évolution défavorable imposant un changement de prothèse.
  • Patient pris en charge pour une colectomie pour cancer, iléus sur anastomose, puis syndrome occlusif du grêle sur éviscération pariétale. État de choc, décès.
  • Décès au décours d’une CPRE par perforation duodénale à l’origine d’une péritonite puis d’un choc septique avec défaillance multiviscérale.
  • Réclamation concernant la découverte tardive d’un cancer de l’estomac chez un patient ayant bénéficié d’une sleeve gastrectomie puis d’un By pass pour obésité morbide.
  • Accouchement par césarienne, suites marquées par des abcès de paroi ayant nécessité plusieurs reprises chirurgicales.

Pris en charge rhumatologique

  • Patient pris en charge pour une lombosciatique L5 gauche. Traitement symptomatique puis cure de hernie discale L5, déficit distal du membre inférieur gauche persistant.
  • Déficit moteur d'un membre inférieur gauche. Traitement symptomatique. A distance, diagnostic de hernie discale compressive récusée par un chirurgien pour une intervention.
  • Patiente alléguant une prise en charge inadaptée d’une pathologie de l’épaule dans un contexte d’accident du travail.
  • Réclamation concernant le défaut de prise en charge d’une sciatique paralysante laissant persister un déficit neurologique (3 cas).
  • Traitement antalgique pour lombalgies, avis rhumatologique majorant le traitement. Arrêt cardiorespiratoire non récupéré sur probable embolie pulmonaire.

Traumatisme

  • Réclamation concernant les conditions de prise en charge d'une fracture du poignet, traitée par immobilisation plâtrée et qui nécessitera par la suite une intervention.
  • Deux sociétaires mis en cause pour le retard diagnostique d’un hématome sous-dural chez un patient consultant pour des céphalées dans un contexte de chute.  Décès du patient dans le contexte de surdosage en AVK.
  • Réclamation concernant la prise en charge d’une fracture de la malléole externe traitée de façon orthopédique. Mauvais résultat fonctionnel allégué.
  • Traumatisme sur gravillons au niveau du membre supérieur droit, soins locaux. Infection nécessitant une intervention chirurgicale pour extraire les corps étrangers.
  • Ablation de points de suture. Deux mois plus tard, hospitalisation en urgence pour endocardite aortique à staphylocoque aureus justifiant un remplacement valvulaire.
  • Morsure de chien, intervention chirurgicale proposée sans délai. Refus. Amputation au niveau de P2 du 2e rayon de la main droite qui avait été mordue.
  • Entorse du genou après accident de ski, décès trois jours plus tard d’une embolie pulmonaire massive. Il est reproché l’absence de prescription d’une thrombo prophylaxie.
  • Traumatisme cervical à l’origine d’une NCB. Traitement symptomatique. Fracture de l'arc postérieur de C7, arthrodèse.
  • Patient victime d’une chute de sa hauteur, lombalgies. Diagnostic de contractures. Fracture de L1, traitement orthopédique.
  • Réclamation concernant le retard diagnostique de lésions ligamentaires de la main après traumatisme de 2 doigts de la main droite, bilan radiologique négatif.
  • Décès d'un patient d’une probable embolie pulmonaire sur thrombose veineuse après lésion musculaire du jumeau interne.
  • Retard diagnostique par le service des urgences d’une fracture/luxation cervicale. Tétraparésie.
  • Méconnaissance d’une fracture de la tête humérale suite à une chute de cheval. Raideur.

Divers

  • Réclamation d’un patient atteint d’une psychose maniaco-dépressive alléguant une prise en charge inadaptée de ses problèmes médicaux.
  • Trois sociétaires mis en cause dans la prise en charge d’une patiente présentant des problèmes dépressifs, avec tentatives de suicide médicamenteuses et nécessité d'hospitalisation en milieu spécialisé psychiatrique.
  • Prescription de médicaments psychotropes à une patiente dépressive, vue à une seule reprise, prescription estimée inappropriée par la patiente.
  • Patiente handicapée mentale, décédée brutalement le lendemain d'une consultation pour douleurs abdominales.
  • Réclamation concernant une chute avec fracture de tête radiale droite compliquée d'une paralysie radiale, alléguée en lien avec une association SERESTA® et DULOXETINE®.
  • Réclamation d’une famille alléguant la mauvaise prise en charge d'un diabète et d'une insuffisance rénale chronique, ayant conduit au décès.
  • Décès par choc septique sur perforation sigmoïdienne d'une patiente de 72 ans. L'examen abdominal réalisé par le médecin traitant 24 heures avant était considéré normal.
  • Consultation à 43 reprises en 3 mois d’une patiente délirante. Hospitalisation en psychiatrie. Décès un mois plus tard.
  • Réclamation concernant le retard de prise en charge pour une hernie étranglée, ayant conduit au décès du patient.
  • Réclamation concernant les conditions de prise en charge d’une poussée d’asthme sévère. Arrêt cardiorespiratoire, décès.
  • Réclamation concernant un supposé défaut de prise en charge des douleurs chez un patient psychiatrique.
  • Réclamation concernant les conditions de prise en charge d'une morsure par chien.
  • Découverte fortuite d'une insuffisance rénale terminale chez une patiente de 26 ans suivie par un autre praticien. Interprétation erronée des bilan biologiques. Maladie de Berger, transplantation rénale.
  • Réclamation concernant le retard allégué de prise en charge d’une patiente polypathologique à l’origine de son décès.

Geste

Esthétique

  • Séance de laser pour épilation compliquée par : une brûlure des organes génitaux externe et du pubis (1 cas), une brûlure des jambes nécessitant des soins locaux prolongés (2 cas), une brûlure du visage (1 cas).
  • Réclamation concernant le nombre de greffons réalisés pour une calvitie. Considéré comme insuffisant par rapport au devis.
  • Réclamation concernant un érythème du visage au décours d'une séance de radiofréquence à visée esthétique.
  • Micro-injections de corticoïdes pour des cicatrices post traumatiques. Lésions inflammatoires au niveau des pommettes.
  • Séances de laser vasculaire en traitement d’une couperose au niveau des joues et du nez, réaction inflammatoire locale importante. Soins prolongés.
  • Patiente ayant présenté un granulome inflammatoire au décours d'injections d'acide hyaluronique d’un sillon nasogénien.
  • Réclamation concernant les suites d'une séance laser avec mésothérapie pour traiter des zones de vergetures abdominales.

Divers

  • Séance de mésothérapie au niveau du poignet droit compliquée par un syndrome douloureux régional complexe laissant persister une impotence fonctionnelle.
  • Aspiration d’un bouchon de cérumen de l'oreille gauche avec mouche bébé. Perforation tympanique.
  • Implant contraceptif placé au niveau du bras en position intramusculaire, nécessitant une ablation chirurgicale (2 cas).
  • Pose d’un stérilet en postpartum, perforation utérine. Migration du DIU en position intra-abdominale nécessitant une ablation sous cœlioscopie.
  • Ablation d’un plâtre de l’avant-bras à la scie vibrante compliquée d’une brûlure cutanée.
  • Incontinence d'une saphène externe. Sclérothérapie à la mousse. Survenue 8 jours après d'une embolie pulmonaire. Arrêt anoxique et hémiplégie droite.
  • Visco-supplémentation du genou pour arthrose. Infection justifiant d'un lavage arthroscopique et d'une antibiothérapie prolongée.
  • Infiltration pour tendinite de l’épaule gauche réalisée au cabinet. Arthrite septique à Streptococcus pyogènes. Évolution favorable.
  • Suture d’une plaie du poignet, méconnaissance d’une lésion du nerf médian. Reprise chirurgicale un mois plus tard.
  • Hématome de paroi infecté au décours d’une séance de mésothérapie.
  • Désensibilisation aux graminées et acariens, compliquée de réactions cutanées inflammatoires aux points d’injection ne disparaissant pas. Le laboratoire a dû procéder au rappel de certains lots du fait de cas de contaminations microbiennes.
  • Patiente présentant des vertiges paroxystiques, manœuvre de SEMONT qui aurait occasionné une fracture de côte découverte une semaine plus tard.
  • Réclamation concernant des douleurs du coccyx après examen clinique.

Non déplacement, non-assistance à personne en péril

  • Plainte ordinale pour refus de visite de notre sociétaire dans le cadre du suivi d'une plaie, chez une patiente diabétique.

Expertise

  • Pathologie dégénérative d'une épaule non dominante, opérée dans le cadre d'un accident de travail. Évolution défavorable alléguée secondaire à la reprise de travail validée par notre sociétaire.

Déontologie

  • Réclamation de la part d'une patiente, soutenue par une association, alléguant un refus de soins, sous prétexte qu'elle bénéficiait, ainsi que ses deux enfants, de la CMU.

Divers

  • Médecin miliaire faisant l'objet d'une procédure pénale, pour contestation d’une décision d'inaptitude, le plaignant évoquant le motif de faux et usage de faux.
  • Réclamation concernant la prise en charge d’une patiente psychiatrique mettant en cause tous les intervenants pour défaut de soins.
  • Deux sociétaires mis en cause dans la prescription de TOPALGIC® pour des douleurs en rapport avec un cancer du sein évolué.  Décès. Il aurait été mis en évidence au décours de l’autopsie une concentration sérique de TRAMADOL® potentiellement mortelle.
  • Décès d'une patiente d'un trouble du rythme paroxystique lors d'une anesthésie pour chirurgie bariatrique.
  • Réclamation pour aggravation des acouphènes suite à l'utilisation d'un appareil pour syndrome d'apnées du sommeil.
  • Réclamation concernant l’aggravation d’une escarre fessière après prescription de soins locaux.

Dommage corporel

  • Chute de la table d’examen à l’origine d’une fracture des os propres du nez.
  • Chute par malaise vagal au cours de soins à l’origine de lésions dentaires.
  • Chute de la table d’examen, fracture de l'extrémité inférieure du radius droit chez une patiente de 75 ans, ostéosynthèse.
  • Tendinopathie de la coiffe des rotateurs bilatérale alléguée dans les suites d'un test dynamique posturographique chez une femme de 59 ans.

Régulation SAMU

  • Appel du centre 15 pour douleur thoracique, consignes de prise d’antalgiques. Syndrome coronarien aigu. Décès.
  • Décès d'un patient de 24 ans par intoxication aux amphétamines. Le médecin régulateur avait décidé d'un transport par ambulance vers le service d'urgence.
  • Décès au 6e jour d'évolution d’un tableau évoquant un syndrome grippal. Appel au centre 15 la veille pour survenue de vomissements et diarrhées, sans signe de gravité. Pneumopathie invasive nécrosante à streptocoque pyogène.
  • Réclamation concernant les conseils inadaptés, prodigués lors d’un appel d’une parturiente présentant des symptômes évocateurs d’une pré éclampsie sévère. Hémorragie méningée dans le post partum précoce.
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
La solution MACSF
RCP-PJ

Indispensable pour vous défendre en cas de mise en cause, le contrat RCP-PJ facilite le règlement de vos litiges d'ordre privé ou professionnel.

À lire aussi

Responsabilité du médecin

Dossier : Responsabilité civile professionnelle du médecin

Tout savoir sur la responsabilité civile professionnelle du médecin. Que vous soyez médecin libéral en cabinet de ville, hospitalier ou salarié, votre responsabilité professionnelle peut...

La communauté MACSF

Un forum avec plus de 500 000 professionnels de santé prêts à échanger sur vos pratiques professionnelles, votre mode d’exercice ou votre matériel…

Solliciter la communauté

L'application MACSF

Accédez à votre espace personnel et toutes ses fonctionnalités sur votre mobile !

Les newsletters

Recevez toute l’actualité sur votre profession/spécialité ainsi que nos offres dédiées.

S'abonner

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×