Radiodiagnostic et imagerie médicale

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Les 3 526 radiologues sociétaires de la MACSF, dont 1 851 libéraux, ont adressé 93 déclarations en 2019 contre 101 en 2018, dont 93 concernent des radiologues libéraux (101 en 2018), soit une sinistralité de 5,02 % (contre 5,48 % en 2018). Ces déclarations se répartissent en 2 plaintes ordinales, 24 procédures civiles, 2 procédures pénales, 43 réclamations amiables et 22 saisines d'une CCI.

Sommaire

Prise en charge >
Erreurs d'interprétation - complications >
Complications >
Mammographie >
Diagnostic anténatal >
Dommage corporel >
Divers >
Médecine nucléaire >

Prise en charge

  • Pas de déclaration en 2019.

Erreurs d'interprétation - complications

Radiographies standard

Radiographies osseuses

  • Deux sociétaires mis en cause pour non-diagnostic d'une fracture du cuboïde. Syndrome douloureux régional complexe.
  • Non diagnostic :
  1. D’une entorse de la métacarpo-phalangienne de l’index droit, d’une fracture de la malléole nécessitant une intervention chirurgicale.
  2. D’une rupture de vis sur ostéosynthèse de fracture de jambe.
  3. D'une tumeur à cellules géantes de l'extrémité inférieure du fémur, fracture pathologique.
  • Deux sociétaires mis en cause pour absence de diagnostic d’une fracture instable du rachis cervical.
  • Deux sociétaires mis en cause concernant le non-diagnostic d’un corps étranger métallique (fragment d’aiguille chirurgicale) laissé en place lors d’une intervention réalisée plusieurs années auparavant.
  • Prothèse totale de hanche pour coxarthrose qui va se compliquer d'une fracture péri prothétique diagnostiquée en centre de rééducation, justifiant une reprise chirurgicale.
  • Méconnaissance d'une luxation du coude à l'occasion d'une fracture du poignet.
  • Erreur et retard de diagnostic de 15 jours, d'une fracture-tassement de L2, avec recul du mur postérieur.

Radiographies pulmonaires

  • Décès dans les jours suivant la réalisation d’une radiographie pulmonaire interprétée comme normale. Dissection aortique avec épanchement péricardique.

Echographie

  • Réclamation concernant l'écoulement de gel au niveau d'un œil lors d'une échographie orbitaire, suites simples.
  • Non diagnostic d'un cancer urothélial du rein gauche, uro-néphrectomie gauche.
  • Réclamation concernant le retard allégué de diagnostic d’un adénocarcinome pancréatique d’un mois. Décès.
  • Deux sociétaires mis en cause pour absence de diagnostic d’une grossesse extra utérine.
  • Echographie pour douleurs abdominales. Diagnostic de lithiase biliaire. Intervention quelques jours plus tard ne retrouvant pas de vésicule.
  • Réclamation concernant un retard de diagnostic d’une tumeur du pancréas.
  • Mauvaise localisation échographique d'un implant contraceptif dont l’ablation par le chirurgien s’est compliquée d’une plaie du nerf médian.

Scanner

  • Décès quelques heures après la réalisation d’un TDM abdomino-pelvien interprété comme normal. Pneumopathie à l’autopsie.
  • Arthroscanner de l’épaule avec infiltration d’une ampoule de DIPROSTENE®. Sepsis nécessitant une intervention chirurgicale.
  • Non diagnostic d’une malformation artérielle sur TDM cérébral avec injection. Rupture d'anévrisme de l'artère carotide interne gauche.
  • Arthroscanner du poignet compliqué d’une arthrite septique.
  • Non diagnostic d'un glioblastome de petite taille sur un scanner cérébral. Diagnostic porté 10 mois après sur une IRM.
  • Erreur d'interprétation d'un scanner abdomino-pelvien affirmant l'intégrité du pancréas. Deux mois plus tard, une IRM mettra en évidence un adénocarcinome de la tête du pancréas.
  • Trois sociétaires mis en cause pour non diagnostic d’un abcès splénique et hépatique rompu dans la cavité pleurale responsable d'un choc septique et d'un arrêt cardiorespiratoire récupéré.
  • Décès d'un enfant de 14 ans, dans les suites d'un AVP (deux roues) ayant provoqué une plaie intestinale, non diagnostiquée sur le scanner initial alors que visible, et non prise en charge chirurgicalement malgré l'aggravation clinique.
  • Scanner localisé au sinus réalisé sans injection pour céphalées chez une patiente de 30 ans retrouvant un minime épaississement muqueux au niveau du sinus maxillaire droit. Trois ans plus tard découverte d'un méningiome sphéno-orbitaire comprimant le nerf optique gauche.
  • Décès d'un patient de 66 ans, hypertendu, diabétique, dans les suites d'une chirurgie de pontage aorto-mésentérique et cœliaque, compliquée d'une péritonite. Erreur d’interprétation du scanner, par le radiologue, occlusion vasculaire visible.

IRM

  • Réclamation concernant le retard diagnostique allégué d’une sclérose en plaque (2 cas).
  • Réclamation concernant l’interprétation supposée erronée d’une lésion ovarienne.
  • Non diagnostic de la persistance d’une compression radiculaire au décours d’une intervention chirurgicale d’arthrectomie partielle.

Complications

Infiltration / Injection

  • Infiltration épidurale suivie d’une infiltration intra-discale pour lombo-sciatalgies rebelles. Spondylodiscite infectieuse qui nécessitera une arthrodèse.
  • Arthrographie avec infiltration de l'épaule droite pour douleurs. Suites marquées par une arthrite septique de l'épaule à Staphylococcus aureus.

Ponction

  • Pas de déclaration en 2019.

Biopsie

  • Survenue d'un abcès du sein dans les suites d'un bilan sénologique ayant nécessité une intervention chirurgicale et une antibiothérapie prolongée.

Mammographie

  • Bilan sénologique pour suspicion d'adénopathie axillaire droite. Diagnostic d'ébauche graisseuse. Cinq mois plus tard, augmentation de la tuméfaction. Diagnostic d'adénopathies métastatiques d'un mélanome malin.
  • Deux sociétaires mis en cause concernant la survenue d’une plicature d'une prothèse mammaire lors d'une mammographie de contrôle, conduisant au remplacement de la prothèse.
  • Effraction d’un kyste sébacé lors d’une mammographie, infection nécessitant des soins locaux prolongés.
  • Rupture d’une prothèse mammaire imposant une reprise chirurgicale pour son remplacement.
  • Réclamation concernant l’erreur d'interprétation d'une mammographie à l'origine d'un retard au diagnostic et au traitement d'une tumeur du sein (4 cas).
  • Réclamation concernant la survenue d’un hématome à la partie inférieure du sein gauche au décours d’une mammographie.

Diagnostic anténatal

  • Pas de déclaration en 2019.

Dommage corporel

  • Fracture de l'extrémité du gros orteil survenue lors de la réalisation de radiographies du genou.
  • Traumatisme de l'épaule droite dans un cabinet de radiologie, en raison d'un mouvement incontrôlé de la table. Lésion partielle du tendon sus épineux.
  • Décès d’une patiente à son domicile, dans un contexte d'hémorragie intracrânienne suite à une chute de la table d’examen survenue au sein du centre de radiologie.
  • Fractures de plusieurs côtes sur la table de radiologie.
  • Erreur de manipulation de la machine entraînant une fracture déplacée de la métaphyse inférieure du radius nécessitant le même jour une intervention chirurgicale sous anesthésie locale.

Divers

  • Réclamation concernant l'absence de détection de lésions œsophagiennes après ingestion d'un corps étranger.
  • Deux sociétaires mis en cause par le mari d'une patiente décédée, reprochant un manque de soins ainsi qu'un comportement relationnel inexistant et un manque de compassion.
  • Majoration d’une insuffisance rénale chronique sur néphro angiosclérose au décours d'une procédure de pose d'endoprothèse aortique pour anévrisme de l'aorte descendante.
  • Mise en cause de tous les acteurs de la prise en charge d’une patiente ayant subi une néphrectomie pour cancer du rein. Evolution défavorable. Décès.
  • Plaie vaginale lors de la réalisation d'une hystérosalpingographie pour bilan d’une malformation. Nécessité d'une intervention, suites simples.
  • Trois sociétaires mis en cause dans la prise en charge d’un anévrisme de l'aorte thoracique englobant la sous-clavière gauche. Après pontage carotidien, exclusion de l'anévrisme par deux endoprothèses aortiques Cook. Accidents thromboemboliques récidivants avec ischémie de membre inférieur traitée par thrombo-aspiration.

Médecine nucléaire

  • Pas de déclaration en 2019.

 

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
La solution MACSF
RCP-PJ

Indispensable pour vous défendre en cas de mise en cause, le contrat RCP-PJ facilite le règlement de vos litiges d'ordre privé ou professionnel.

La communauté MACSF

Un forum avec plus de 500 000 professionnels de santé prêts à échanger sur vos pratiques professionnelles, votre mode d’exercice ou votre matériel…

Solliciter la communauté

L'application MACSF

Accédez à votre espace personnel et toutes ses fonctionnalités sur votre mobile !

Les newsletters

Recevez toute l’actualité sur votre profession/spécialité ainsi que nos offres dédiées.

S'abonner

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×