L’erreur de diagnostic ne constitue pas une non-assistance à personne en péril

Le 22.10.2020 par Stéphanie Tamburini, Juriste MACSF
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
IRM du cerveau

Une erreur diagnostique ne peut être qualifiée pénalement de non-assistance à personne en péril, puisqu’elle ne caractérise pas une abstention volontaire.

C’est une solution classique que rappelle la chambre criminelle de la Cour de cassation, dans un arrêt du 17 décembre 2019.

Sommaire

Mise en cause pour erreur diagnostique : une ordonnance de non-lieu contestée >
L'erreur de diagnostic ne caractérise pas une abstention volontaire >
Une solution conforme aux textes en matière de non-assistance à personne en péril >

Mise en cause pour erreur diagnostique : une ordonnance de non-lieu contestée

Un homme subit de multiples fractures et traumatismes, notamment crâniens, entraînant de graves séquelles neurologiques après s'être défenestré du troisième étage d'un immeuble à Florence, en Italie.

Il est hospitalisé sur place pendant trois semaines, puis est transféré par avion en France pour la suite de sa prise en charge.

Un abcès cérébral est tardivement diagnostiqué et une intervention chirurgicale est effectuée après l'apparition d'un abcès dû à une otite purulente. L’état du patient se dégrade, jusqu’à aboutir à un état végétatif.

La mère du patient dépose plainte pour blessures involontaires contre les médecins français qui ont pris en charge son fils après son rapatriement.

Les juges d'instruction rendent une ordonnance de refus de mesures d'instruction et de non-lieu. En particulier, ils refusent de requalifier l’éventuelle erreur de diagnostic résultant d’une mauvaise appréciation de l’état du patient en non-assistance à personne en péril.

La mère de la victime relève appel. Le non-lieu est confirmé par la chambre de l’instruction de la Cour d’appel. La mère se pourvoit alors en cassation.

L'erreur de diagnostic ne caractérise pas une abstention volontaire

Il ressort des expertises réalisées dans le cadre de l’instruction pénale qu’une erreur de diagnostic a été commise lors de la prise en charge du patient en France, consistant en une mauvaise appréciation de son état. Cependant, les juges ont refusé de requalifier cette erreur en non-assistance à personne en péril.

La Cour de cassation, par un arrêt du 17 décembre 2020, confirme l'ordonnance de non-lieu.

Elle rappelle que le délit de non-assistance à personne en péril suppose une abstention volontaire. Or, en l'espèce, même si les médecins ont mal apprécié l’état de santé du patient, il n’y a pas eu de volonté de ne pas le secourir et lui apporter des soins.

L’élément intentionnel du délit, qui doit consister en une abstention volontaire et non en une simple négligence, n’est donc pas constitué en présence d’une erreur de diagnostic.

Le pourvoi est rejeté, et le non-lieu confirmé.

Une solution conforme aux textes en matière de non-assistance à personne en péril

Cette décision de la Cour de cassation est conforme à l’article 223-6 du code pénal qui réprime la non-assistance à personne en péril.  

L’abstention volontaire suppose une absence d’intervention alors qu’on a pourtant conscience qu’il existe un péril.

Tel n’est pas le cas quand le professionnel de santé s’abstient d’une action, non volontairement mais parce qu’il a commis une erreur de diagnostic, et que cette erreur ne lui permet pas d’être conscient du péril encouru par son patient. L’élément constitutif de l’infraction de non-assistance à personne en péril fait alors défaut.

Mais attention : par erreur de diagnostic, il faut entendre une erreur commise alors que toutes les démarches qui étaient, de façon évidente, nécessaires à l’établissement dudit diagnostic (prescription d’examen, prise en compte de certains symptômes, etc.) ont bien été menées.

Un professionnel négligent qui aurait omis de mener toute investigation pourrait donc se voir reprocher le délit de non-assistance, car il ne se serait alors pas donné les moyens d’avoir conscience du péril. 

> Pour aller plus loin : "Tout savoir sur la non-assistance à personne en péril"

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Les solutions MACSF
RCP-PJ

Indispensable pour vous défendre en cas de mise en cause, le contrat RCP-PJ facilite le règlement de vos litiges d'ordre privé ou professionnel.

Formations

Nos juristes et médecins vous proposent un large choix de formations adaptées à votre situation professionnelle.

Le plus : elles sont illustrées par l'analyse des situations réelles issues de nos dossiers.

À lire aussi

Stéthoscope cassé

Erreur ou retard de diagnostic médical

Le diagnostic médical peut être très difficile dans certaines situations. Le professionnel de santé peut alors se retrouver face à une erreur...

Responsabilité du médecin

Responsabilité civile professionnelle du médecin

Tout savoir sur la responsabilité civile professionnelle du médecin. Que vous soyez médecin libéral en cabinet de ville, hospitalier ou salarié,...

La communauté MACSF

Un forum avec plus de 500 000 professionnels de santé prêts à échanger sur vos pratiques professionnelles, votre mode d’exercice ou votre matériel…

Solliciter la communauté

L'application MACSF

Accédez à votre espace personnel et toutes ses fonctionnalités sur votre mobile !

Les newsletters

Recevez toute l’actualité sur votre profession/spécialité ainsi que nos offres dédiées.

S'abonner