Micronutrition : un diplôme non reconnu par l'Ordre des kinésithérapeutes

Le 12.05.2021 par Stéphanie Tamburini
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Femme masseur-kinésithérapeute

Un kinésithérapeute peut-il mentionner sur ses plaques et documents professionnels le diplôme de micronutrition ? C’est à cette question que répond le Conseil d’Etat, dans un arrêt du 19 février 2021.

Sommaire

Un diplôme de "micronutrition" délivré à un kinésithérapeute >
Une absence de lien entre le diplôme et la pratique de masso-kinésithérapie >

Un diplôme de "micronutrition" délivré à un kinésithérapeute

Un masseur-kinésithérapeute demande l'annulation pour excès de pouvoir d’une décision du Conseil national de l’Ordre des masseurs-kinésithérapeutes qui a refusé de reconnaître le diplôme d'université d'études complémentaires en "micronutrition" qui lui a été délivré en 2018 par une université française.

Il invoque notamment les articles R. 4321-122 et R. 4321-123 du Code de la santé publique selon lesquels seuls les diplômes, titres, grades et fonctions reconnus par le Conseil national de l'Ordre peuvent figurer sur les documents professionnels, annuaires et plaques. Pour être reconnu, un diplôme ou titre doit porter sur des connaissances ayant un lien suffisant avec la pratique de la masso-kinésithérapie.

Le kinésithérapeute considère que ces conditions sont bien réunies en l’espèce.

Une absence de lien entre le diplôme et la pratique de masso-kinésithérapie

Le Conseil d’État se prononce par un arrêt du 19 février 2021.

Il constate que le diplôme "micronutrition" sanctionne une formation relative à l'usage de compléments alimentaires dits "micronutriments" et s'adressant indistinctement, selon les termes mêmes de ses documents de présentation, aux "docteurs en pharmacie, docteurs en médecine, infirmières, sages-femmes, diététiciens, kinésithérapeutes, psychothérapeutes".

Cette formation vise donc à ce que ces différents praticiens ajoutent à leurs compétences propres une faculté de conseiller leurs patients sur la "micronutrition". Elle ne présente donc pas un lien suffisant avec l'exercice de la masso-kinésithérapie, définie par l'article R. 4321-1 du Code de la santé publique comme "des actes réalisés de façon manuelle ou instrumentale, notamment à des fins de rééducation, qui ont pour but de prévenir l'altération des capacités fonctionnelles, de concourir à leur maintien et, lorsqu'elles sont altérées, de les rétablir ou d'y suppléer".

Le Conseil d’État considère donc que le Conseil national de l'Ordre a fait une exacte application des dispositions des articles R. 4321-122 et R. 4321-123 du Code de la santé publique en considérant que la mention de ce diplôme ne pouvait figurer sur les annuaires, plaques et documents professionnels.

 

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Stéphanie Tamburini
L’auteur

Stéphanie Tamburini

Titulaire d'un Master 2 en Droit de la santé, Stéphanie Tamburini est spécialiste du droit médical et de la responsabilité professionnelle à la MACSF depuis 26 ans. Après plusieurs années de gestion de sinistres en responsabilité civile professionnelle, notamment les dossiers à hauts enjeux, elle se consacre depuis plus de 10 ans à l’information des professionnels de santé sur leur cadre médico-légal d’exercice, leurs compétences et le monde de la santé.

Les solutions MACSF
RCP-PJ

Indispensable pour vous défendre en cas de mise en cause, le contrat RCP-PJ facilite le règlement de vos litiges d'ordre privé ou professionnel.

Formations

Nos juristes et médecins vous proposent un large choix de formations adaptées à votre situation professionnelle.

Le plus : elles sont illustrées par l'analyse des situations réelles issues de nos dossiers.

La communauté MACSF

Un forum avec des professionnels de santé prêts à échanger sur vos pratiques professionnelles, votre mode d’exercice ou votre matériel…

Solliciter la communauté

L'application MACSF

Accédez à votre espace personnel et toutes ses fonctionnalités sur votre mobile !

Les newsletters

Recevez toute l’actualité sur votre profession/spécialité ainsi que nos offres dédiées.

S'abonner