Troubles du comportement rendant impossible le travail en équipe : un anesthésiste suspendu pour insuffisance professionnelle

Le 18.01.2021 par Stéphanie Tamburini, Juriste MACSF
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Un praticien se préparant pour une opération

En cas de doute sérieux sur la compétence professionnelle d’un médecin, le conseil de l’Ordre peut diligenter une expertise. Si une insuffisance professionnelle rendant dangereux l’exercice de la profession est établie, le praticien peut être frappé d’une suspension d’exercice, qui n’est levée qu’après réalisation d’une formation.

Les troubles du comportement peuvent être constitutifs d’une insuffisance professionnelle, quand ils sont de nature à empêcher de travailler en équipe. C’est ce qu’illustre un arrêt du Conseil d’Etat du 3 décembre 2020.

Sommaire

Des difficultés relationnelles qui rendent le travail en équipe au bloc impossible >
Des difficultés relationnelles qui constituent une insuffisance professionnelle >
Que nous enseigne cette décision ? >

Des difficultés relationnelles qui rendent le travail en équipe au bloc impossible

Un médecin anesthésiste-réanimateur présente des troubles du comportement qui rendent difficiles ses relations avec ses confrères au sein de l'établissement dans lequel il exerce.

Par une décision du 21 novembre 2019, le Conseil national de l'Ordre des médecins prononce une suspension du droit d'exercer la médecine pendant une durée de 6 mois, pour insuffisance professionnelle. Il subordonne la reprise de l'activité au suivi d'une formation qualifiante en anesthésie-réanimation au sein d'un service de centre hospitalier universitaire.

Le praticien forme un recours devant le Conseil d'État pour obtenir l'annulation pour excès de pouvoir de la décision du Conseil national de l'Ordre.

Des difficultés relationnelles qui constituent une insuffisance professionnelle

Les experts qui ont procédé à l'expertise du praticien ont conclu que sa formation médicale initiale, son expérience professionnelle et ses connaissances théoriques n’étaient pas en cause et donnaient à penser qu'il était un professionnel compétent.

En revanche, il présente des troubles comportementaux et relationnels importants qui, eux, sont constitutifs d’une insuffisance professionnelle rendant dangereux l’exercice de la profession.

En effet, ces troubles sont de nature à l'empêcher de travailler en équipe, alors pourtant que la dimension relationnelle est inhérente et essentielle à l'exercice de la spécialité d'anesthésie-réanimation.

Au vu de ces éléments, le Conseil d’État confirme, par un arrêt du 3 décembre 2020, la mesure prononcée par le Conseil national.

Que nous enseigne cette décision ?

L’article R. 4124-3-5 du Code de la santé publique prévoit qu'en cas d'insuffisance professionnelle d'un médecin rendant dangereux l'exercice de sa profession, une suspension temporaire totale ou partielle du droit d'exercer peut-être prononcée à son encontre, après expertise.

Elle est alors assortie d'une obligation de formation, qui conditionne la reprise de l’activité.

Ce texte vise le plus souvent les situations dans lesquelles un praticien n'a pas - ou plus - les compétences nécessaires pour exercer sa profession, par exemple du fait d’une formation continue insuffisante. Il peut aussi s’agir du constat de troubles psychologiques ou de situations d’addiction qui rendent l’exercice dangereux pour les patients.

Les critères pour juger d’une insuffisance professionnelle peuvent donc relever :

  • du "savoir-faire"
    Les compétences techniques,
  • du "savoir-être"
    Le comportement.
Dans son rapport d’études "Evaluation des compétences des professionnels de santé et certification des établissements de santé : Revue de la littérature", la HAS a d’ailleurs mentionné les "comportements perturbateurs" (irrespect envers les autres, interactions avec les autres professionnels de santé qui nuisent aux soins) comme pouvant être constitutifs de problèmes de compétence.

Cette affaire en est l’illustration : le praticien disposait bien des compétences (formation initiale et continue) nécessaires à l'exercice de sa profession d’anesthésiste. Mais ses troubles comportementaux, qualifiés d’importants, rendaient le travail en équipe impossible dans un métier où il est pourtant essentiel. Cette absence de concertation au sein de l’équipe pouvait donc être génératrice de risques pour les patients.

Pour en savoir plus sur la procédure concernant l'insuffisance professionnelle

> L'insuffisance professionnelle en 10 questions

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Les solutions MACSF
RCP-PJ

Indispensable pour vous défendre en cas de mise en cause, le contrat RCP-PJ facilite le règlement de vos litiges d'ordre privé ou professionnel.

Formations

Nos juristes et médecins vous proposent un large choix de formations adaptées à votre situation professionnelle.

Le plus : elles sont illustrées par l'analyse des situations réelles issues de nos dossiers.

La communauté MACSF

Un forum avec plus de 500 000 professionnels de santé prêts à échanger sur vos pratiques professionnelles, votre mode d’exercice ou votre matériel…

Solliciter la communauté

L'application MACSF

Accédez à votre espace personnel et toutes ses fonctionnalités sur votre mobile !

Les newsletters

Recevez toute l’actualité sur votre profession/spécialité ainsi que nos offres dédiées.

S'abonner