Point médico-légal sur les reprises de prothèses de hanche en chirurgie orthopédique

Le 15.12.2021 à 09:00 par Dr Nicolas Chanzy
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Les reprises de prothèses de hanche sont devenues des chirurgies fréquentes banalisées avec des hospitalisations courtes. Comme toutes chirurgies fonctionnelles, les patients sont en attente d'un excellent résultat. S'agissant d'une reprise chirurgicale, les résultats attendus sont moins bons que les chirurgies de premières intentions...
Le Dr Nicolas Chanzy nous livre ses conseils sur les précautions à prendre en pré, per et post-opératoire lors d'une reprise de prothèse de hanche.


Transcription de la vidéo du Dr Nicolas Chanzy :

"Point médico-légal sur les reprises de prothèses de hanche"


"Bonjour, Nicolas Chanzy, chirurgien orthopédiste à Paris, médecin conseil à la MACSF. 

Dr Chanzy, pourquoi ce point médico-légal sur les reprises de prothèses de hanche ? 

Les reprises de prothèses de hanche sont devenues des chirurgies fréquentes, banalisées avec des hospitalisations courtes et comme toutes chirurgies fonctionnelles les patients sont en attente d'un résultat fonctionnel excellent. Or, il s'agit d'une reprise chirurgicale donc les résultats attendus sont forcément moins bons que les chirurgies de premières intentions et qui plus est, le patient est en état de vulnérabilité, insatisfait par la première intention, par la chirurgie de première intention, le rendant qui plus est, beaucoup plus exigeant. Donc on se doit, lorsque l'on planifie une reprise de prothèse de hanche à avoir une stratégie médicale bien établie et une prise en charge médico-légale tout à fait parfaite. 

Quelles sont vos recommandations pour éviter les mises en cause ? 

Alors en préopératoire, ce n'est pas une chirurgie de première intention, c'est une chirurgie beaucoup plus compliquée avec beaucoup d'inattendus, donc on doit établir une stratégie médicale, non pas dans son coin, mais cette stratégie médicale doit reposer sur une concertation multidisciplinaire avec des chirurgiens spécialisés, dans la hanche en l'occurrence, ou en se référant auprès d'un centre de référence. Et cette concertation doit aussi s'appuyer avec l'avis des anesthésistes, un avis infectiologique s’il s'impose et tout cela doit naturellement parfaitement tracé. A cela s'ajoute, une nécessité d'information comme tout à l'heure évoquée ou l'on prévient le patient que l'on va faire de son mieux, que l'on va faire en sorte que le résultat soit le plus satisfaisant possible mais que ce n'est pas une chirurgie de première intention donc des séquelles fonctionnelles sont possibles. En per-opératoire, il faudra veiller à faire des prélèvements per-opératoires après avis infectiologiques, pris si nécessaires. Si ces prélèvements ont lieu, faire comme il se doit, comme recommandé par la HAS, cinq prélèvements et dès lors que l'on fait des prélèvements per-opératoires, on doit traiter son patient comme s'il était infecté avec une antibiothérapie à large spectre jusqu'à récupération des résultats. En per-opératoire, toujours penser à l'antibioprophylaxie, le dosage, le type de molécule, après les prélèvements si ces derniers sont réalisés. Tout cela est le fruit de la réflexion préopératoire. En fin d'intervention, la radiographie doit nous interpeler si elle n'est pas satisfaisante. Faire la politique de l'autruche ne nous permet jamais d'avoir un bon résultat. Quand ça va pas, ça va pas. Deux solutions se proposent à nous, une reprise chirurgicale ou savoir tout simplement passer la main, sans oublier pour autant de suivre son patient. Donc la période pré et per-opératoire est très importante mais en post-opératoire, il y a aussi certaines mesures de précaution à observer. 

Avez-vous quelques recommandations après l'intervention ? 

Bien sûr, la période post-opératoire est très importante car là surviennent les éventuelles complications. Donc on doit d'avoir un suivi très attentif. Attention au suivi attentif par voie numérique car souvent pourvoyeur de fausses réassurances. Dès qu'un patient appelle, ne pas hésiter à le reconvoquer. En post-opératoire, il faut penser, en cas de défectuosité du matériel, à faire une déclaration matériovigilance. En post-opératoire, il faut penser aussi, à récupérer les prélèvements bactériologiques qui sont souvent oubliés sur des fax. Donc cette période post-opératoire reste primordiale, avec un suivi clinique, un accompagnement dans la récupération fonctionnelle du patient qui doit rester d'actualité, tous les jours, avant la consultation de contrôle officielle. 

Un mot pour conclure ? 

La réussite d'une reprise de prothèse de hanche allie à la fois de la compétence, une compétence multidisciplinaire, une humilité, à savoir de rester très confraternel sur l'échec du premier chirurgien car, il ne manquera pas de se retourner vers nous en cas de procédure, une sérénité enfin, avec un plateau technique qui soit à disposition pour pouvoir palier toutes les complications attendues et inattendues que l'on peut voir surgir techniquement lors de l'intervention chirurgicale. Je vous remercie."

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
L’auteur

Dr Nicolas Chanzy

Ancien interne des Hôpitaux de Paris, ancien chef de clinique assistant à la Faculté de Paris, le Docteur Nicolas Chanzy est chirurgien orthopédiste en établissement de santé privé, également attaché à l’hôpital Saint Antoine (Paris). Il exerce parallèlement une activité d’expertise médico-légale aux côtés des sociétaires de la MACSF.

La solution MACSF
RCP-PJ

Indispensable pour vous défendre en cas de mise en cause, le contrat RCP-PJ facilite le règlement de vos litiges d'ordre privé ou professionnel.

La communauté MACSF

Un forum avec des professionnels de santé prêts à échanger sur vos pratiques professionnelles, votre mode d’exercice ou votre matériel…

Solliciter la communauté

L'application MACSF

Accédez à votre espace personnel et toutes ses fonctionnalités sur votre mobile !

Les newsletters

Recevez toute l’actualité sur votre profession/spécialité ainsi que nos offres dédiées.

S'abonner