Patient mineur : comment s'exerce le devoir d'information ?

Le 20.08.2021 par Stéphanie Tamburini, Juriste MACSF
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Le devoir d'information et le patient mineur

Chaque professionnel de santé est tenu d'informer son patient sur son état de santé. Quelles sont les règles spécifiques applicables au patient mineur en termes d'information ?

Qui doit être informé ?

L’article L.1111-2 du Code de la santé publique dispose que des mineurs ou des majeurs sous tutelle sont exercés, selon les cas, par les titulaires de l'autorité parentale ou par le tuteur. Ceux-ci reçoivent l'information, sous réserve des dispositions de l'article L. 1111-5.

Les intéressés ont le droit de recevoir eux-mêmes une information et de participer à la prise de décision les concernant, d'une manière adaptée soit à leur degré de maturité s'agissant des mineurs, soit à leurs facultés de discernement s'agissant des majeurs sous tutelle.

Le principe est donc que l’information doit être dispensée aux parents ou au tuteur. Mais le mineur lui-même a le droit de recevoir une information adaptée à sa maturité.

Quand le mineur souhaite garder le secret sur les soins (article L. 1111-5 du Code de la santé publique), il reçoit directement l’information.

A partir de quel âge peut-on considérer qu'un mineur est capable de discernement ?

Les textes ne précisent pas à partir de quel âge une autonomie peut être reconnue (excepté pour les mineurs dont les liens de famille sont rompus et qui bénéficient à titre personnel des remboursements de l'assurance maladie, soit les mineurs de 16 ans et plus).

La maturité et la capacité de discernement sont très variables d'un enfant à un autre. S'il paraît évident qu'un enfant de 3 ou 4 ans ne peut être considéré comme suffisamment mature pour prendre une décision concernant sa santé, à l'inverse d'un adolescent de 16 ans et plus, qu'en est-il des enfants d'un âge intermédiaire compris entre -approximativement- 6 et 11 ans ?

Le référentiel "Enjeux et spécificités de la prise en charge des enfants et des adolescents en établissement de santé" de la HAS de décembre 2011 opère une distinction selon l'âge pour déterminer les conditions d'accueil les plus adaptées : enfants de bas âge (moins de 3 ans), enfants d'âge moyen (3-7 ans), grands enfants (8-11 ans) et préadolescents et adolescents (12-17 ans) dont il est possible de s'inspirer. Mais tout sera alors affaire de circonstances : maturité personnelle du mineur, nature de sa pathologie, etc.

Si la décision est prise d’informer le mineur, il faut prendre garde d’adapter son vocabulaire et de limiter si nécessaire l’étendue de l’information, pour la cantonner à ce qu’il est capable d’entendre et de comprendre. 

A NOTER
S’agissant spécifiquement de la vaccination contre la Covid-19, le mineur de plus de 16 ans peut décider seul de se faire vacciner. L’information sera donc dispensée au seul mineur.
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Les solutions MACSF
RCP-PJ

Indispensable pour vous défendre en cas de mise en cause, le contrat RCP-PJ facilite le règlement de vos litiges d'ordre privé ou professionnel.

Formations

Nos juristes et médecins vous proposent un large choix de formations adaptées à votre situation professionnelle.

Le plus : elles sont illustrées par l'analyse des situations réelles issues de nos dossiers.

À lire aussi

Fillette en consultation

Soins aux mineurs : responsabilité du professionnel de santé

Tout savoir sur la législation et la responsabilité du professionnel de santé dans le cadre de soins aux mineurs : que faire en cas de refus...

La communauté MACSF

Un forum avec des professionnels de santé prêts à échanger sur vos pratiques professionnelles, votre mode d’exercice ou votre matériel…

Solliciter la communauté

L'application MACSF

Accédez à votre espace personnel et toutes ses fonctionnalités sur votre mobile !

Les newsletters

Recevez toute l’actualité sur votre profession/spécialité ainsi que nos offres dédiées.

S'abonner