Sortie du patient après une intervention chirurgicale : le chirurgien doit prendre en compte les antécédents du patient et l’informer des signes d’alerte

Le 05.08.2020 par Stéphanie Tamburini, Juriste MACSF
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
sortie du patient

Après une intervention chirurgicale, le chirurgien ne peut décider d’une sortie qu’après s’être assuré qu’elle n’est pas prématurée, au regard des antécédents de son patient. Il doit aussi garantir un suivi adéquat, une fois le patient rentré à domicile, et l’informer des signes d’alerte qui justifient une consultation.

Une angioplastie suivie de complications

Un patient présente une insuffisance coronarienne et une artériopathie oblitérante des membres inférieurs occasionnant une claudication. Un écho-doppler montre l'existence d'une sténose fémorale superficielle gauche serrée. Après une consultation avec le chirurgien, une indication opératoire est posée, un formulaire de consentement est signé et la consultation de pré-anesthésie a lieu peu de temps après.

L’angioplastie de l'artère fémorale superficielle gauche se déroule sans difficulté particulière, mais les suites sont marquées par la survenue d'un hématome.

Dès le lendemain de l'intervention, le chirurgien autorise la sortie et le patient regagne son domicile. Mais très vite, des douleurs intenses imposent un transfert à l’hôpital par le SAMU. Des examens révèlent l'existence d'un faux anévrisme circulant. Le patient est réopéré le même jour, mais les suites seront marquées par des difficultés importantes à la marche.

Par jugement du 26 mai 2014, le tribunal de grande instance met la clinique hors de cause, mais déclare le chirurgien responsable des conséquences dommageables de la sortie prématurée du patient de la clinique, après l'intervention pratiquée, et le condamne à régler 4 000 € en réparation des souffrances morales endurées.

Une autorisation de sortie prématurée et un manque de précautions

Sur appel du patient, la Cour d’appel se prononce par un arrêt du 17 juin 2016.
Elle valide l’indication de l’intervention et sa réalisation technique. La complication survenue est classique et fréquente.
En revanche, les lourds antécédents du patient (insuffisance coronaire, artériopathie des membres inférieurs, hypertension artérielle, ancien tabagisme) imposaient une surveillance accrue.
En particulier, un angioscanner devait être pratiqué pour vérifier si l'anévrisme était ou non actif, ce qui n’a pas été fait.
Une fois le patient rentré à domicile, l’importance des douleurs et la fréquence des appels à son chirurgien auraient dû inciter ce dernier à prendre des mesures plus actives que de simples paroles d’apaisement.
Le chirurgien a donc fait preuve d’imprudence en autorisant la sortie de son patient dès le lendemain de l'intervention. Cette imprudence est à l’origine de l'aggravation de l'anévrisme et des douleurs et angoisses subies, de la sortie de la clinique jusqu'à l'hospitalisation et la seconde intervention. Il en résulte une perte de chance que la Cour évalue à 50%.
En outre, l'attentisme du médecin, qui n'a proposé ni consultation ni soin et n’a adressé à son patient que des paroles de réconfort pendant 5 jours, est à l'origine pour ce dernier de souffrances physiques importantes et d'une angoisse réelle face au développement spectaculaire de l'hématome associé à des douleurs.

Un manque d’information sur les précautions à prendre

La Cour rappelle que l'information donnée par le médecin à son patient doit être loyale, claire et appropriée et doit être dispensée au cours d'un entretien individuel, sous une forme essentiellement orale.
Le formulaire de consentement éclairé qui a été signé ne suffit pas à exonérer le praticien de son obligation d'information, car il ne contient qu'une formule générale sans personnalisation.
Malgré un temps de réflexion jugé suffisant entre la consultation et l'intervention, la Cour constate que le patient est rentré à son domicile le lendemain de l'intervention sans qu'une information appropriée et personnalisée lui ait été donnée, s'agissant plus particulièrement des suites possibles de l'intervention, et notamment la survenue fréquente d'un faux anévrisme.
Si le patient avait été correctement informé sur cette complication, il n'aurait pas attendu le 5ème jour de diffusion de l'hématome et de souffrances pour consulter en s'adressant à SOS Médecins ; il se serait rendu dans un établissement de santé.
Le non-respect du devoir d’information entraîne un préjudice moral, consistant en une absence de préparation psychologique aux risques encourus, qui justifie l’allocation d’une somme de 2 000 €.

Quels enseignements tirer de cette affaire ?

Cette affaire illustre parfaitement les risques d’une sortie prématurée et insuffisamment préparée. Outre le fait qu’elle ne doit être décidée que lorsque l’état du patient est stabilisé, et après avoir tenu compte de ses antécédents et des éventuelles particularités quant aux conditions du retour à domicile, elle doit aussi être accompagnée des informations nécessaires afin que le patient sache quels sont les signes qui doivent l’alerter et l’amener à consulter.

Dans des recommandations de novembre 2001 intitulées « Préparation de la sortie du patient hospitalisé », certes anciennes mais toujours d’actualité, la HAS (à l’époque dénommée ANAES) soulignait déjà que « Passage d’une forme de dépendance à la responsabilisation du patient dans la prise en charge de sa santé, la sortie doit être entourée de beaucoup de rigueur et de professionnalisme.
La sortie est une période de fragilité pour le malade, qui quitte l’état de patient hospitalisé, pris en charge et entouré par l’équipe médicale et paramédicale. La sortie doit donc être envisagée comme un acte de soins à part entière permettant la continuité de la prise en charge et la mise en place de systèmes d’alerte et de protection. »

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Les solutions MACSF
RCP-PJ

Indispensable pour vous défendre en cas de mise en cause, le contrat RCP-PJ facilite le règlement de vos litiges d'ordre privé ou professionnel.

Formations

Nos juristes et médecins vous proposent un large choix de formations adaptées à votre situation professionnelle.

Le plus : elles sont illustrées par l'analyse des situations réelles issues de nos dossiers.

À lire aussi

information-patient

L'information au patient

Le patient doit recevoir une information loyale, claire et appropriée sur les risques des investigations et des soins qui lui sont proposés...

La communauté MACSF

Un forum avec des professionnels de santé prêts à échanger sur vos pratiques professionnelles, votre mode d’exercice ou votre matériel…

Solliciter la communauté

L'application MACSF

Accédez à votre espace personnel et toutes ses fonctionnalités sur votre mobile !

Les newsletters

Recevez toute l’actualité sur votre profession/spécialité ainsi que nos offres dédiées.

S'abonner