Pourquoi et comment former des étudiants dans votre MSP

Le 26.12.2019 par Jean-Jacques Cristofari
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Accueillir des étudiants en MSP

Dans le contexte de la désertification médicale et de la pénurie de médecins généralistes, les groupes médicaux, les centres de santé et les maisons de santé pluriprofessionnelles accueillent volontiers de jeunes étudiants en médecine en formation. Ce recrutement leur permet de constituer un vivier utile à leur pérennisation.

Trouver un successeur pour un groupe médical ou une MSP où les plus anciens veulent partir à la retraite s'avère souvent un casse-tête pour les professionnels de santé. Car la concurrence bat aujourd'hui son plein dans un contexte où la pénurie de jeunes médecins est et sera encore la règle pour quelques années.

Rappelons que la condition de constitution d'une MSP suppose la rédaction d'un projet professionnel avec l'obligation d'accueillir et de former des étudiants. Ce projet déclinera les mesures prises pour assurer la formation d’étudiants à l’exercice pluri-professionnel, notamment en termes de maîtrise de stage que d'hébergement des stagiaires. Sachez que votre mairie, souvent soucieuse de maintenir, sinon de sauver sur la commune une structure médicale peut vous aider à héberger un ou plusieurs étudiants. Cet accueil des étudiants dans votre MSP est aussi une condition sine qua non pour obtenir un financement de la MSP par l'Agence Régionale de Santé et ainsi accéder aux Nouveaux modes de rémunération (NMR).

Passer par la case maître de stage

Aussi le recours à la maîtrise de stage s'avère-t-elle indispensable pour accueillir les jeunes étudiants en formation qui doivent valider leurs stages de médecine générale et leur Stage Ambulatoire en Soins Primaires en Autonomie et Supervisé (SASPAS) d’une durée de 6 mois. Encore faut-il avoir reçu une formation spécifique de maître de stage universitaire (MSU), en postulant au préalable auprès du département de médecine générale de l’université du territoire de votre cabinet, groupe médical ou MSP. Cette formation vous engage à suivre un séminaire de deux jours chaque année, ce qui n’est pas trop contraignant. Reste bien sûr la charge que suppose la supervision du travail de l’interne que vous accueillez et supervisez.

Pour être MSU, il faut :

  • Exercer en médecine générale ambulatoire depuis plus de 3 ans.
  • Remplir le dossier de recrutement (lettre de motivation, fiche de présentation).
  • Répondre aux obligations de la charte des MSU et la signer.
  • Participer à des actions de formation continue.
  • Posséder une documentation à jour, à la disposition de l’interne. 
  • Avoir un cabinet qui réponde aux exigences de l’exercice de l’interne. 
  • Réaliser un nombre d’actes compris entre 2500 et 7000 actes par an.
  • Avoir suivi une formation au SASPAS (formations locales et séminaires de formation du Collège National des Généraliste Enseignants ou (CNGE).
  • Prévenir son assurance responsabilité civile de sa fonction de MSU SASPAS.

Former en MSP : la voie royale du recrutement ultérieur

L’accueil de jeunes étudiant(e)s en formation, malgré les contraintes qu’il suppose, est dans tous les cas la voie royale pour un recrutement futur de médecins de plein exercice.

Dans le Nord de l’Aveyron, en Aubrac, la recette a fonctionné à plein pour le Dr Philippe Nekrouf, médecin généraliste dans la MSP Aubrac Laguiole, installé dans la capitale du couteau du même nom et membre d’un réseau de santé comprenant trois MSP et d’un pôle de santé pluriprofessionel (PSP) couvrant quatre cantons. « Le recrutement de nos internes se fait d’autant plus aisément que le Département universitaire de médecine générale (DUMG) de la faculté de Toulouse, dirigé par le Pr. Stéphane Oustric, a mis les besoins en adéquation avec l’offre : il y a autant de stages que d’internes dans la région », résume le Dr Nekrouf.

Résultat de cette démarche : les étudiants choisissent volontiers une région qui se situe en « zone blanche », s’y forment auprès des médecins généralistes des 3 MSP et souvent s’y installent. La clé du succès est une volonté manifeste de praticiens de l’Aubrac de bien accueillir les étudiants et de leur donner toutes les clés pour accéder dans les meilleures conditions à leur futur métier. En 10 ans, une quarantaine d’internes sont passés par le Nord de l’Aveyron. Sur ce nombre, 9 y sont restés et se sont installés sur les différentes communes du territoire.

> L’arrêté du 18 octobre 2017, pour plus d’infos sur les MSPU

 
Découvrez les témoignages de professionnels de santé

  
Vous avez des questions sur le sujet ? Venez échanger dans la communauté MACSF avec d’autres pros de santé.
 

  

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

La communauté MACSF

Un forum avec plus de 500 000 professionnels de santé prêts à échanger sur vos pratiques professionnelles, votre mode d’exercice ou votre matériel…

Solliciter la communauté

L'application MACSF

Accédez à votre espace personnel et toutes ses fonctionnalités sur votre mobile !

Les newsletters

Recevez toute l’actualité sur votre profession/spécialité ainsi que nos offres dédiées.

S'abonner

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×