Risques psychosociaux : infirmière, un métier à risque

Le 21.01.2019
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Première cause de consultation en pathologie professionnelle, le risque psychosocial touche particulièrement la profession d’infirmière.

Historiquement, les risques auxquels étaient exposés les salariés étaient principalement physiques, dorénavant et notamment en raison de changements intervenus dans le monde du travail depuis les années 90, des risques nouveaux sont apparus:  les risques psychosociaux (ou RPS). Ainsi, et depuis 2007, les consultations pour risque psychosocial sont devenues la première cause de consultation en pathologie professionnelle, selon l’agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail.

La définition du risque psychosocial

On qualifie de « risques psychosociaux » (ou RPS) les éléments qui portent atteinte à l’intégrité physique et à la santé mentale des salariés au sein de leur environnement professionnel.
Les risques psychosociaux correspondent donc à des situations de mal-être au travail (stress, harcèlement moral, violence, souffrance, suicide, dépression, burn-out, addictions, bore-out, etc.).

Au sein de l’Union européenne, près de 25 % des salariés souffrent de stress au travail, alors que 5 % ont subi un harcèlement et 5 % sont victimes de violences physiques.
Le stress est ainsi devenu le problème de santé le plus répandu dans le monde du travail. Et son coût est élevé : en Europe, on l’estime à + de 20 milliards d’euros par an et il coûterait à la France chaque année entre 2 et 3 milliards d'euros.

Les facteurs de risque

Quelles sont les causes du stress au travail ? Quels facteurs conduisent à la souffrance psychique des salariés ?

6 grands facteurs de risques ont été recensés :

  • les exigences du travail (notamment le temps de travail et son intensité, complexité du travail),
  • l’insécurité de l’emploi et du travail
  • les exigences émotionnelles,
  • le manque d’autonomie et de marge de manœuvre,
  • le manque de soutien social et de reconnaissance au travail,
  • les conflits de valeurs.

 

63% des infirmiers se plaignent d'épuisement professionnel

Pour la Haute autorité de santé, les soignants sont une “population à risque historiquement identifiée ».

Confrontation avec la souffrance et la mort, prises en charge lourdes, organisation du travail non optimale…, à bien des égards, le travail des professionnels de santé est pénible.
Et le métier d’infirmière, particulièrement éprouvant sur le plan émotionnel : accompagner des personnes en fin de vie, s’occuper d’enfants gravement malades, intervenir auprès de victimes d’accidents, etc font en effet partie du quotidien.

Les infirmiers représentent d’ailleurs la famille professionnelle la plus exposée aux risques psychosociaux : Selon l'étude menée par l'ONI en mars-avril 2018, près de 60% déclarent régulièrement travailler 12 heures ou plus par jour, tous modes d'exercice confondus; 79,4% des infirmiers en établissement  jugent que le facteur de mal être le plus important est la charge de travail et 57,46% estiment que ce sont les violences et l'agressivité qui affectent le plus les infirmiers puis les aspects financiers puis les choix éthiques et déontologiques. En ce qui concerne les libéraux et en exercice mixte, si la charge de travail arrive en tête des facteurs de mal-être, les aspects financiers passent devant les violences et l'agressivité et les relations avec les organismes de sécurité sociale se placent quasiment au même niveau que les violences.

 

Quel accompagnement ?

42,33% des répondants à l'étude sus-mentionnée déclarent très souvent se sentir à bout au terme de la journée de travail et 42,44% déclarent se sentir fatigués le matin avant d'avoir à affronter une autre journée de travail.

Pour aider les soignants en situation de burn-out, l’association SPS (Soins aux professionnels de santé) a pour vocation d’accompagner les soignants vulnérables par des actions de prévention, d’orientation et de prévention à l’échelle nationale (études, colloques, ressources en ligne). Elle dispose d’une ligne dédiée 24H/24 (08 05 23 23 36).

De son côté, la MACSF accompagne également ses sociétaires face aux situations de risques psychosociaux. La garantie optionnelle assistance psychologique du contrat responsabilité civile professionnelle et protection juridique (RCP-PJ) propose un soutien psychologique par téléphone et des consultations avec un psychologue.

 

Obtenir un tarif RCP-PJ

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Infirmières, vous méritez que l'on prenne soin de vous
Des solutions adaptées à vos besoins

La MACSF vous apporte des solutions concrètes pour vous accompagner dans votre vie professionnelle et votre vie privée

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×