Comment prévenir les troubles musculosquelettiques des soignants ?

Le 09.07.2020
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Prévention santé

Malgré les politiques de prévention, les troubles musculosquelettiques (TMS) restent la 1ère cause d’arrêt de travail et d’inaptitude chez le personnel soignant. Aide-soignants, brancardiers et infirmiers sont les premiers touchés. De quelles pathologies parle-t-on ? Pourquoi la prévention reste-t-elle sans effet ? Quelles pistes suivre pour améliorer les conditions de travail, et donc la santé du personnel soignant ?

Les TMS chez les soignants : des pathologies selon la profession

Tout le personnel soignant n’a pas propension à développer les mêmes TMS. Les troubles dépendent de la fonction exercée, même si la grande majorité souffre de TMS des membres supérieurs et du dos.

Les brancardiers sont considérés comme une population à risque, non seulement pour les TMS supérieurs et du rachis (multiples manutentions de personnes), mais aussi des membres inférieurs. Leur fonction les amène à traverser les services, avancer dans les couloirs, ce qui relève souvent de la course d’obstacles.

Les aide-soignants (AS) et les infirmiers sont également très touchés. Plus de la moitié de leurs TMS concernent le tronc, et plus particulièrement la région lombaire. La plupart sont attribués à des réactions à l’effort et à la répétitivité, non à un mécanisme de blessure.

Les typologies de TMS chez les soignants varient aussi selon le lieu d’exercice de la profession. Ainsi, les salariés travaillant en EHPAD sont particulièrement touchés : 94 % des maladies professionnelles qui y sont reconnues sont liées à des TMS (1).

chiffre clé

95 %

des maladies professionnelles reconnues dans le secteur de l’aide et soins à la personne sont liés à des TMS. (1)

Les politiques de prévention des TMS chez les soignants

On distingue 3 types de politique de prévention des TMS. Certaines sont mises en place dans les établissements de soin, avec plus ou moins de succès.

Le peu de succès de la prévention primaire des TMS - éviter la survenance de TMS - s’explique essentiellement par le manque de personnel, d’aménagements et d’équipements et de temps. Par exemple, une AS en EHPAD va souvent devoir réaliser seule la manutention de personnes grabataires, et elle devra faire vite.

La prévention secondaire des TMS - détection précoce des TMS - est assez peu développée. S’il est conseillé aux établissements de soins d’organiser des réunions/formations à ce sujet ou d’évaluer la pénibilité tout au long de la carrière, dans les faits, peu s’y plient. Pourtant, la sensibilisation pourrait mener à une baisse sensible des TMS.

Enfin, la prévention tertiaire des TMS consiste en la mise en place de mesures ergonomiques qui viennent modifier les situations de travail : adaptation au poste de travail, éducation thérapeutique, etc.

Les TMS sont en fait la conséquence de nombreux problèmes : de santé certes, mais aussi d’organisation, de management et d’équipement.

chiffre clé

2,3 millions de jours de travail

sont perdus du fait des arrêts de travail des salariés touchés dans le secteur de l’aide et soins à la personne. (1)

TMS chez les soignants : quelles solutions pratiques ?

De nombreuses études pointent des gestes « mal exécutés » pour expliquer les TMS des soignants. Si vous êtes débutant, n’hésitez pas à demander conseil auprès d’un collègue plus expérimenté pour tous les gestes de manutention de personne.

Si la personne à déplacer est trop lourde pour vous, il est indispensable de trouver un collègue pour le faire à deux.

Utilisez tous les équipements à votre disposition (lève-personne, verticalisateur, planche de transfert, etc.), même s’ils sont nouveaux et que vous aviez l’habitude de faire sans.

Pratiquer une activité physique adaptée (APA) est aussi une bonne solution pour renforcer les muscles les plus sollicités dans l’exercice de votre profession.

Enfin, un bon échauffement articulaire depuis le cou jusqu’aux chevilles en passant par les poignées, les épaules et le dos, avant de prendre votre poste ou avant une manipulation difficile peut vous éviter des TMS à répétition.

Si vous ressentez une douleur, n’attendez pas et allez consulter.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
La solution MACSF
Mutuelle santé spécial hospitalier

Une assurance adaptée à vos besoins à un tarif accessible

La communauté MACSF

Un forum avec plus de 500 000 professionnels de santé prêts à échanger sur vos pratiques professionnelles, votre mode d’exercice ou votre matériel…

Solliciter la communauté

L'application MACSF

Accédez à votre espace personnel et toutes ses fonctionnalités sur votre mobile !

Les newsletters

Recevez toute l’actualité sur votre profession/spécialité ainsi que nos offres dédiées.

S'abonner

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×