Comment allier équilibre alimentaire et rythme hospitalier ?

Le 22.10.2020 par Caroline Bach
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Bien manger est un pilier de la santé. On le sait, mais difficile de se l’appliquer en tant qu’hospitalier. Caroline Bach, diététicienne-nutritionniste, vous livre quelques conseils.

idées repas

 

Les recommandations sur l’équilibre alimentaire ont évolué. Que disent-elles ?

L’idée, c’est de privilégier le “fait-maison”, les produits de saison, les circuits courts et manger moins d’aliments ultra-transformés, trop gras, trop sucrés ou trop salés.

On recommande de consommer chaque jour 3 portions de légumes, 2 de fruits, 2 produits laitiers, 1 petite poignée de fruits à coque non salés (noix, amandes…), des féculents complets à chaque repas (pain, riz, pâtes, quinoa…) et 2 fois par semaine des légumes secs (haricots secs, lentilles…).

On conseille aussi de consommer 1 à 2 fois par jour des protéines : viande, poisson, œufs ou pour les végétariens, une moitié de produits céréaliers (ex : lentilles) et une moitié de légumes secs dans un même repas.

Et puis limiter certains aliments, avec par semaine, pas plus de : 500g de viande, 150g de charcuterie et 1 poisson gras (ils sont riches en métaux lourds).

Enfin, boire au moins 1,5 litres d’eau/jour. C’est compliqué quand on est soignant, mais essentiel. Surtout à l’hôpital, où il fait chaud, où on piétine, etc.

 

Faut-il manger différemment quand on travaille de nuit ?

En fait, il faut essayer de garder une logique de repas proche de celle qu’on a de jour, parce que l’organisme aime la régularité.

Au retour du travail vers 8h du matin, prenez un petit-déjeuner. L’idéal : glucides complexes (pain complet, flocons d’avoine...) + produit laitier + fruit + boisson chaude ou froide.

Au réveil, vers 15h, déjeunez léger : féculents complets + légumes + protéines et c’est tout.

Et vers 20h, avant de partir au travail, un dîner complet et copieux : féculents complexes, pour l’énergie durable + protéines, qui calent + légumes, qui hydratent + un laitage et/ou des fruits. Vous pouvez emmener en plus quelques collations.

 

Avec les contraintes d’un hospitalier, comment faire pour (ré)équilibrer tout ça ?

La clé, c’est d’anticiper : cuisiner les jours de repos pour les 2-3 jours à venir, prévoir une portion en plus à congeler, faire des menus-semaine pour faciliter les courses...

Et y aller progressivement : choisir une chose à modifier, l’installer, et seulement ensuite introduire un deuxième changement. Si on y va trop fort, on risque de se décourager.

 

Besoin d’aide pour mieux manger ?
La mutuelle santé hospitaliers MACSF inclut un service de coaching !

Pour préserver votre santé et retrouver des repères nutritionnels, nous mettons à votre disposition le programme nutritionnel Nutricoach (suivi sur une période de 6 mois et jusqu’à 5 appels).

Ce programme comprend :

  • un bilan (alimentation, activité physique,mode de vie...)
  • un suivi en ligne 
  • des moyens pratiques et des conseils
  • un accompagnement téléphonique tous les mois par une diététicienne-nutritionniste
  • l'accès à un générateur de menus
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
La solution MACSF
Mutuelle santé spécial hospitalier

Une assurance adaptée à vos besoins à un tarif accessible

La communauté MACSF

Un forum avec plus de 500 000 professionnels de santé prêts à échanger sur vos pratiques professionnelles, votre mode d’exercice ou votre matériel…

Solliciter la communauté

L'application MACSF

Accédez à votre espace personnel et toutes ses fonctionnalités sur votre mobile !

Les newsletters

Recevez toute l’actualité sur votre profession/spécialité ainsi que nos offres dédiées.

S'abonner