Les missions variées d’un cadre de santé

Le 29.06.2020
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Christian Bornet est cadre de santé au CH de Chalon-sur-Saône. Il évoque ses missions, les difficultés auxquelles il fait face dans son quotidien et, aussi, tout ce qu’il apprécie dans son métier.

Quand et comment êtes-vous devenu cadre de santé?

Je suis issu de la filière Infirmier et j’ai obtenu mon diplôme de cadre en 2005. Pour postuler dans un IFCS (Institut de formation des cadres de santé), le prérequis est d’avoir 4 années d'exercice révolu. Le concours d’entrée consiste en une épreuve écrite et un oral de présentation d’un projet professionnel. Une note globale supérieure ou égale à 10 permet d’intégrer l’école. Dans la fonction publique, être diplômé d’un IFCS est indispensable pour avoir une reconnaissance statutaire de cadre de santé (CS). 

En quoi consistent les études dans un IFCS ? 

Le programme se scinde en une partie management et une partie axée pédagogie. La formation dure 10 mois et comporte 4 stages : un 1er dédié à la connaissance du management hors secteur sanitaire, un 2ème en établissement sanitaire ou social, un 3ème en établissement de formation sanitaire et social et, enfin, un dernier stage d’approfondissement soit en établissement sanitaire ou social, soit en établissement de formation, soit en structure de santé publique. De nombreux IFCS sont adossés à des universités et permettent de suivre des doubles parcours. 

En tant que cadre de santé, quel est votre rôle ? 

Dans mon poste actuel, je travaille principalement la nuit : j’occupe une fonction de cadre transversal sur les 3 sites du centre hospitalier. Une de mes missions principales est de favoriser la fluidité de l’organisation des prises en charge et des parcours du patient entre le jour et la nuit, de façon à assurer des soins de qualité. Je gère aussi les relations entre les équipes de jour et de nuit et j’assure un relai institutionnel pour le fonctionnement de l’Etablissement, en étant en lien direct, si besoin, avec l’administrateur de garde. Sur le plan technique et logistique (en cas de problème informatique par exemple), j’analyse le risque a priori et a posteriori en lien avec la continuité des soins et je mets en place les procédures adéquates, avec les astreintes dédiées. 

Plus généralement, quelles sont les missions d’un CS ? 

Elles sont variées. Son cœur de métier est la gestion de projets et le management des équipes. Dans les faits, la gestion des ressources humaines (planning, absentéisme) du quotidien occupent une grande partie de son temps, notamment l’administration de l’organisation du service par une dynamique de compétences. Le CS s’occupe aussi de la gestion des flux patient, de la communication avec les familles, de la gestion de conflits. Les entretiens d’évaluation, l’analyse des besoins de formation et des projets professionnels de ses équipes sont aussi de son ressort. En cas de remontée d'évènements indésirables, il travaille sur leur analyse et sur des audits de bonne pratique. En fait, le CS se trouve au cœur de trois logiques : médicale, administrative et soignante. Il travaille en étroite collaboration avec médecins, infirmières, cadres de santé et cadres supérieurs au sein de son  pôle de référence. 

Pouvez-vous nous citer un exemple de problème que vous avez eu à gérer ? 

La gestion des flux patients est une source récurrente de difficulté. J’ai ainsi été amené, dans un précédent poste, à mettre en place une organisation avec l'équipe médicale, paramédicale, le service social et le secrétariat médical afin d'optimiser la gestion des entrées et sorties des patients du service.

Quelles doivent être les qualités d’un CS ?  

Le cadre de santé doit savoir gérer ses priorités, prendre du recul. Il doit aussi avoir une capacité d'analyse et d’argumentation objectives, ne pas être dans l’émotionnel et pouvoir s’inscrire dans un échange basé sur la collaboration avec ses différents interlocuteurs. Il doit aussi accepter que son service « fonctionne  sans lui » et, pour cela, mettre en place une organisation permettant à ses équipes d’être autonomes. Il est un peu un chef d’orchestre. 

Que préférez-vous dans votre métier ? 

Mon autonomie, ainsi que la gestion de projet, la transversalité. J’aime aussi accompagner mes équipes, dans une dynamique pédagogique et didactique, et donner du sens aux directives et aux situations qu’elles rencontrent. J’ai donc un rôle de relai. Mais je suis aussi source de propositions et je n’hésite pas à donner mon point de vue. 

Les actes pratiques vous manquent-il ? 

Non, car devenir cadre implique de changer de métier.
 

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

La communauté MACSF

Un forum avec plus de 500 000 professionnels de santé prêts à échanger sur vos pratiques professionnelles, votre mode d’exercice ou votre matériel…

Solliciter la communauté

L'application MACSF

Accédez à votre espace personnel et toutes ses fonctionnalités sur votre mobile !

Les newsletters

Recevez toute l’actualité sur votre profession/spécialité ainsi que nos offres dédiées.

S'abonner

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×