Infirmière et infirmier, l’évolution d’un métier devenu incontournable

Le 06.05.2021 à 10:40 par L'équipe éditoriale MACSF
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Evolution du metier infirmier

La journée internationale des infirmières a lieu tous les 12 mai, depuis 1965. L’occasion de retracer l’histoire d’un métier et de sa professionnalisation, intervenue au gré des avancées de la médecine et des besoins en santé publique. Nouvelles compétences et responsabilités : les infirmiers sont plus que jamais au cœur de la relation avec le patient.

Sommaire

Infirmier, un peu d’histoire >
L’infirmier, au cœur de la relation avec le patient >
L’infirmier et ses nouvelles prérogatives >

Infirmier, un peu d’histoire

Apparu pendant les grandes épidémies du Moyen Âge, le rôle soignant des infirmiers se limite à l’origine à l’accueil des malades et se confond longtemps avec la charité.

Il faut attendre le XVIIe siècle et la création par Vincent de Paul de la Compagnie des Filles de la Charité, société de vie apostolique féminine, pour voir leurs missions prendre davantage en compte les besoins des malades. Pour mieux soigner, le fondateur incite les sœurs à se former.

Au début du XIXe siècle, la fonction de soignants reste majoritairement occupée par des religieuses-soigneuses. Dans la deuxième partie du siècle, ce sont notamment les soins portés aux malades sur les champs de bataille qui font évoluer les fonctions des infirmières.

La profession d’infirmière commence à se structurer avec l’essor de la Croix-Rouge. La Société de Secours aux Blessés Militaires, créée en 1864, place les femmes au cœur de son activité de secours aux militaires touchés au combat. Dès lors, la nécessité d’un soutien expérimenté au corps médical sur les champs de bataille, mais également dans les hôpitaux se fait de plus en plus sentir.

La professionnalisation du métier doit beaucoup à Florence Nightingale. Cette infirmière anglaise née en 1820 s’illustre au cours de la guerre de Crimée (1853-1856). Elle joue un rôle déterminant dans la lutte contre les maladies infectieuses. Surnommée la « Dame à la lampe », elle œuvre sans relâche pour améliorer l’hygiène et l’état des hôpitaux en plaidant pour la formation des infirmières qu’elle contribue fortement à organiser et structurer en fondant une école, en 1860, au sein de L’hôpital Saint-Thomas de l’École Nightingale.

Le modèle britannique est repris en France et se laïcise sous l’impulsion du docteur Bourneville. L’assistance supplante la charité avec la Loi du 15 juillet 1893 qui instaure l’assistance médicale gratuite et oblige l’Etat à organiser la formation des infirmières dans des écoles professionnelles.

Infirmier au XXe siècle : un métier qui se structure

Les deux premières écoles d’infirmières ouvrent respectivement en 1906 à la Salpêtrière et en 1907 à Bicêtre. Elles dispensent une formation d’un an organisée autour de sept cours théoriques :

  • administration et comptabilité hospitalières 
  • anatomie physiologie 
  • pansements et petite chirurgie 
  • hygiène 
  • soins aux femmes en couches et aux nouveau-nés 
  • cours sur les crèches 
  • pharmacie

La formation scientifique et professionnelle prend définitivement le pas sur le don de soi.

Le métier poursuit sa spécialisation au XXe siècle avec Léonie Chaptal. Elle fonde son école en 1905 et défend la vision d’un métier à part entière, distinct de celui du médecin. Selon elle, la maladie relève de la science du médecin, tandis que la connaissance du malade est de la compétence de l’infirmière.

La circulaire n°7083 du 28 octobre 1902 décrit pour la première fois en France le rôle de l’infirmière qui est « réservée aux soins directs des malades ; c’est la collaboratrice disciplinée, mais intelligente du médecin et du chirurgien (…) elle doit éprouver une légitime fierté d’un état que relèvent à la fois son caractère philanthropique et son caractère scientifique.»

En 1922, les programmes des différentes écoles de formation sont uniformisés, tandis que le premier diplôme d’infirmier voit le jour, apportant ainsi une vraie reconnaissance à cette profession. Il faut attendre 1937 pour que l’exercice de la profession d’infirmier ne soit autorisé qu’aux titulaires d’un diplôme reconnu par l’État.

L’infirmier, au cœur de la relation avec le patient

Véritable pilier de la relation avec le patient, l’infirmier est, parmi les soignants, celui qui passe le plus de temps aux côtés de ce dernier.

Au-delà de la nécessité de détenir des diplômes, la loi du 31 mai 1978 vient reconnaître aux infirmiers un rôle qui leur est propre, en les définissant comme une « personne qui (…) donne habituellement des soins infirmiers sur prescription ou conseil médical, ou bien en application du rôle propre qui lui est dévolu ». 

En plus des soins infirmiers, ce texte définissant la profession cite comme étant partie intégrante du métier les actions relevant de la prévention, de l’éducation de la santé et de la formation ou l’encadrement.

Infirmière ou infirmier, c’est un métier en pleine évolution qui ne cesse de voir ses compétences évoluer pour mieux s’adapter aux exigences des besoins en santé. C’est ce qu’entérine la dernière réforme des études d’infirmières/d’infirmier. Datée de juillet 2009, elle fait entrer la formation dans le cadre du système européen du LMD.

L’infirmier et ses nouvelles prérogatives

La spécialisation et l’élargissement des compétences continuent de se poursuivre.

Professionnels reconnus, les infirmiers voient leur champ d’action s’élargir pour répondre à l’évolution du système de soins et de santé. Différents arrêtés découlant de l’article 51 de la Loi HPST  confèrent de nouvelles responsabilités aux IDE (infirmiers diplômés d’Etat) dans le cadre des protocoles de coopération :

Si la prescription médicale reste la prérogative des seuls médecins, les infirmiers en pratique avancée peuvent renouveler ou modifier les ordonnances établies au préalable par un médecin pour un de leurs patients.

La dernière évolution en date est liée à la crise de la Covid-19 au cœur de laquelle les infirmiers occupent un rôle central dans la délivrance des soins aux victimes.

Depuis le 26 mars 2021, les IDE  de ville ou libéraux sont également autorisés à prescrire et administrer le vaccin anti-Covid 19, devenant ainsi des acteurs majeurs de la campagne vaccinale de lutte contre la pandémie.

 

Pour plus d’informations, vous pouvez vous rendre sur l'espace MACSF dédié aux infirmières, hospitalières et libérales.

 

Espace infirmiers

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

La communauté MACSF

Un forum avec des professionnels de santé prêts à échanger sur vos pratiques professionnelles, votre mode d’exercice ou votre matériel…

Solliciter la communauté

L'application MACSF

Accédez à votre espace personnel et toutes ses fonctionnalités sur votre mobile !

Les newsletters

Recevez toute l’actualité sur votre profession/spécialité ainsi que nos offres dédiées.

S'abonner