Chirurgiens-dentistes : les erreurs d'extraction sont évitables

Le 30.05.2018 par Dr Patrick Marchand, Chirurgien-dentiste conseil, Directeur du comité dentaire MACSF
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Les erreurs d'extraction évitables

Les déclarations pour erreur d'extraction se regroupent en 3 catégories : insuffisance de diagnostic, prescription imprécise, réalisation sans rapport avec la prescription.

Plus nombreuses qu’on ne pense, elles devraient pourtant disparaître du cadre des sinistres en contrepartie de quelques mesures de prudence et de contrôle élémentaires. 

Extraction imputable pour insuffisance de diagnostic (primaire ou différentiel)

Cette erreur est devenue peu fréquente.

Les praticiens disposent de moyens techniques performants notamment en imagerie médicale, et mettent désormais en œuvre des bilans complets (cliniques et radiographiques) qui déterminent les lésions présentes, leur nature exacte, leur gravité et leur degré d’urgence.

Cette approche rationnelle permet de valider ensuite les possibilités thérapeutiques applicables de manière conforme et adaptée, conservatrices ou non, selon la pathologie identifiée.

Nous développerons surtout les deux autres catégories d’erreurs, encore trop fréquentes.

Extraction engendrée par une prescription erronée (erreur de plume) ou imprécise

Ces erreurs sont essentiellement imputables aux orthodontistes, mais également aux praticiens traitants qui sollicitent un référent plus spécialisé en chirurgie buccale.

Elles seraient radicalement évitées par quelques minutes supplémentaires consacrées :

  • à confirmer la pertinence du projet thérapeutique via son actualisation, sa réévaluation éventuelle,
  • à valider la situation buccale et la formule dentaire au jour de la prescription (datée),
  • à numéroter lisiblement, de manière exacte et certaine, les dents à extraire : l’idéal est de mentionner leur référence en la doublant de la désignation (dent 14, première prémolaire supérieure droite ; dent 75, seconde molaire lactéale inférieure gauche, etc.). Ajouter les particularités de certaines demandes : odontomes (à localiser précisément), dents ectopiques, incluses, enclavées…,
  • à relire attentivement et minutieusement, avant signature, la prescription remise au patient.

Mise en oeuvre inadaptée de la prescription reçue par le chirurgien-dentiste

Ces erreurs sont imputables au praticien qui réalise l’extraction demandée par un correspondant.

Ici aussi, des mesures élémentaires simples suffiraient à faire disparaître ce type d'erreurs.

En fonction de la prescription proprement dite

Il faut une concertation parfaite et permanente entre les praticiens impliqués.

  • L’intervenant ne doit jamais interpréter la prescription (si calligraphiée et peu lisible, si erreur de numérotation semblant flagrante), ni l’extrapoler (extractions de dents dégradées supplémentaires, modulation des extractions en fonction de sa perception thérapeutique personnelle, etc.).
  • L‘intervenant ne doit jamais réaliser la phase chirurgicale si une divergence clinique apparaît quant à sa perception du bien-fondé des indications ou quant à sa certitude de suites compliquées, lorsque des séquelles ou des aggravations potentielles sont à craindre en fonction de l’extraction prescrite. Dans cette situation, l’intervenant doit alors surseoir à l’acte et expliciter sa position par dialogue confraternel avec le prescripteur, avant de prendre une décision argumentée quant à la poursuite ou non de la prescription.

En résumé, d’une manière générale, l’intervenant sollicité doit systématiquement contacter le prescripteur avant tout début de mise en œuvre opératoire, au moindre doute :

  • sur la numérotation ou la localisation de la dent,
  • sur l’indication ou la conformité de l’extraction, comme évoqué ci-dessus.

L’intervenant doit obtenir, directement de la part du prescripteur, une réponse à ses interrogations, puis consigner sur sa fiche clinique pourquoi il donne suite (ou non) à l’extraction.

Si intervention pratiquée sous anesthésie générale, les conseils précédents sont identiques, en plus de bien préparer le planning de la journée sans découvrir l’incohérence éventuelle d’une prescription après induction de l’anesthésie.

En fonction de la mise en œuvre chirurgicale

L'intervenant doit évidemment respecter les préconisations de bonne pratique chirurgicale.

Ainsi, il doit réaliser systématiquement un cliché local préopératoire, y compris lorsque cliché panoramique est joint par le prescripteur, de la (des) dent(s) à extraire, sauf si un cliché rétroalvéolaire très récent lui a été communiqué.

Ce cliché doit être réalisé quelle que soit la dent (lactéale ou définitive, mobile ou pas, lésion apicale associée ou pas, etc.).

Le respect de cette préconisation permet de conforter l’indication comme la numérotation, ce qui éviterait les confusions entre dent lactéale (tombée depuis la date de prescription) et dent permanente en évolution, ces erreurs étant trop fréquentes dans les étiologies des déclarations de sinistres.

Conclusion

  • Les erreurs d’extractions ou les extractions s’avérant non indiquées dans ce tableau particulier de délégation de la mise en œuvre clinique à un autre intervenant, résultent esssentiellement du partage thérapeutique qui accroît le risque de mauvaise transcription ou d’interprétation inadéquate.
  • Elles pourraient aisément être évitées par un minimum de temps supplémentaire consacré par chaque praticien à une rédaction actualisée et détaillée de la prescription, à une lecture attentive de celle-ci, puis à un échange systématique pour demande de précision en cas de doute quant à la localisation voire l’indication de l’extraction programmée.
  • Ces notions de bon sens éviteraient séquelles cliniques, fonctionnelles et morales après perte d’une - voire plusieurs - dent(s) saine(s) ou conservable(s). Au-delà des retentissements amiables ou judiciaires engendrés par ces erreurs porteuses de ressenti majeur, elles permettent de préserver la confiance de nos patients et l’excellence de notre pratique.

Pour aller plus loin :
> Congrès virtuel de la Prévention Médicale "Transparence et maintien des compétences, pour une médecine sûre".

 

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Les solutions MACSF
RCP-PJ

Indispensable pour vous défendre en cas de mise en cause, le contrat RCP-PJ facilite le règlement de vos litiges d'ordre privé ou professionnel.

Formations

Nos juristes et médecins vous proposent un large choix de formations adaptées à votre situation professionnelle.

Le plus : elles sont illustrées par l'analyse des situations réelles issues de nos dossiers.

La communauté MACSF

Un forum avec des professionnels de santé prêts à échanger sur vos pratiques professionnelles, votre mode d’exercice ou votre matériel…

Solliciter la communauté

L'application MACSF

Accédez à votre espace personnel et toutes ses fonctionnalités sur votre mobile !

Les newsletters

Recevez toute l’actualité sur votre profession/spécialité ainsi que nos offres dédiées.

S'abonner