Expérimentation du cannabis médical : participation des médecins et pharmaciens

Le 11.01.2021 par Sophie Lorieau, Juriste
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
cannabis thérapeutique

La France se lance à son tour dans l’usage médical du cannabis sous la forme de médicaments.

Pris en application de l’article 43 de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2020 (LFSS), le décret du 7 octobre fixe les conditions de mise en œuvre de cette expérimentation. 

Autorisée pour une durée de deux ans, elle concernera 3 000 patients traités et suivis sur l’ensemble du territoire.

La date de prescription au premier patient a été fixée au plus tard au 31 mars 2021.

La liste des indications thérapeutiques ou situations cliniques concernées par l’expérimentation a été précisée par l’arrêté du 16 octobre 2020.

Le patient, pour être éligible, devra être atteint des affections suivantes ou justifier de situations particulières :

  • douleurs neuropathiques réfractaires aux thérapies (médicamenteuses ou non) accessibles,
  • certaines formes d’épilepsie pharmaco-résistantes,
  • certains symptômes rebelles en oncologie liés au cancer ou au traitement anticancéreux,
  • les situations palliatives,
  • la spasticité douloureuse de la sclérose en plaques (SEP) ou des autres pathologies du système nerveux central (SNC).

Le patient traité et suivi sera autorisé, par dérogation, à se procurer les médicaments, à les détenir et les transporter pour son traitement personnel.

En cas d’impossibilité, ses parents, des proches ou des soignants peuvent le faire à sa place. Un document d’information précisant notamment les effets indésirables, les contre-indications lui sera remis au moment de la prescription (décret du 7 octobre 2020).

Les patients seront suivis via un registre national électronique qui devra garantir la protection de leurs données personnelles (cf. arrêté du 29 octobre 2020).

Les médecins et les pharmaciens volontaires participants devront suivre et valider une formation préalable obligatoire pour prescrire et dispenser les médicaments.

Les médecins devront exercer dans des structures de référence prenant en charge les indications thérapeutiques ou situations cliniques visées par l’expérimentation (arrêté du 29 décembre 2020).

C’est une formation gratuite organisée par la direction générale de l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé). Des socles de modules spécifiques selon les professions seront proposés aux professionnels de santé. 

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Les solutions MACSF
RCP-PJ

Indispensable pour vous défendre en cas de mise en cause, le contrat RCP-PJ facilite le règlement de vos litiges d'ordre privé ou professionnel.

Formations

Nos juristes et médecins vous proposent un large choix de formations adaptées à votre situation professionnelle.

Le plus : elles sont illustrées par l'analyse des situations réelles issues de nos dossiers.

À lire aussi

Pharmaciens : dispensation des médicaments en officine

L’arrêté du 28 novembre 2016 fixe les bonnes pratiques en matière de dispensation de médicaments dans les pharmacies d’officine, les pharmacies mutualistes et les pharmacies de secours...

La communauté MACSF

Un forum avec plus de 500 000 professionnels de santé prêts à échanger sur vos pratiques professionnelles, votre mode d’exercice ou votre matériel…

Solliciter la communauté

L'application MACSF

Accédez à votre espace personnel et toutes ses fonctionnalités sur votre mobile !

Les newsletters

Recevez toute l’actualité sur votre profession/spécialité ainsi que nos offres dédiées.

S'abonner