Intelligence artificielle et santé : quels changements pour vos pratiques ?

Le 21.12.2020 par MACSF
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
61 % sur 900 professionnels de santé déclarent que l’IA leur a permis de diminuer le temps passé à remplir des dossiers et à écrire des rapports.

L’intelligence artificielle (IA) s’invite aujourd’hui dans tous les secteurs économiques, et tout particulièrement dans le domaine de la santé. Aide au diagnostic, autogestion des pathologies, personnalisation des parcours de soins, les promesses de l’IA en médecine sont ambitieuses. L’objectif de ces innovations technologiques est avant tout de combattre la maladie tout en améliorant la qualité de vie des patients et la pratique du personnel soignant.

IA : une aide au diagnostic, à la prise de décision et à la personnalisation des traitements

Dans le parcours de soins d’un patient, la pose de votre diagnostic est une phase cruciale : c’est elle qui décide de la bonne orientation et du bon suivi du patient. 

L’intelligence artificielle s’appuie sur des algorithmes puissants capables d’analyser toutes les données relatives à un patient : âge, sexe, poids, symptômes, antécédents personnels et familiaux ou encore traitements précédents.

Son utilisation peut s’avérer particulièrement efficace dans l’évaluation de la pathologie à traiter. Elle va alors accompagner les soignants dans l’analyse et l’interprétation de la multitude de données dont ils disposent. Ces informations très détaillées viennent affiner le diagnostic et le traitement à mettre en place. 

Certains programmes d’IA sont désormais capables d’identifier des tumeurs invisibles à l’œil nu. Dans le cas du cancer du sein par exemple, un algorithme présenté dans la revue Radiology a été capable d’identifier sur des radiographies la zone précise où se développerait un cancer 4 ans plus tard. D’autres peuvent détecter la rétinopathie diabétique au premier stade de la maladie, à partir d’une simple photo de la rétine du patient. 

Les programmes d’intelligence artificielle ont l’avantage de conserver en mémoire l’ensemble des anomalies détectées et permettent ainsi d’être plus précis à chaque évaluation du patient. 

Grâce à une solution d’intelligence artificielle bien assistée, la médecine de demain peut gagner en :

  • Personnalisation : elle tiendra compte du profil de chaque individu ;
  • Prévention : elle sera concentrée sur le mieux-être et non sur la maladie ;
  • Prédiction : elle indiquera le traitement le plus adapté pour un patient ;
  • Participation : elle conduira le patient à être plus acteur de sa santé.

Des patients plus impliqués dans la gestion de leur santé grâce à l’IA ?

Le patient peut être amené à jouer un rôle plus important dans la gestion de sa maladie, notamment dans le cas du diabète, de l’hypertension ou encore dans le soin des plaies chroniques.

Il pourra désormais être assisté dans l’autogestion de sa maladie, comme dans la prise de médicament ou le suivi de son activité physique.

Certaines solutions, comme Moovcare dans le cas du cancer du poumon, permettent aux patients d’évaluer leurs différents symptômes ; les données sont alors analysées par des algorithmes qui détectent les risques de dégradation de la pathologie et alertent rapidement le médecin du besoin de réévaluer le traitement.

Il existe, en outre, des « agents virtuels » ou « chatbots » qui donnent la possibilité aux patients de converser de manière textuelle ou orale avec une IA. Cette technologie est déjà présente pour lutter contre la dépression (avec le premier « humain virtuel » créé par le laboratoire Sanpsy à Bordeaux) ou pour améliorer le traitement de l’asthme grâce à l’application Vik Asthme, par exemple.

Ceux-ci sont capables de remonter les informations, de faire des rapports sur l’état de santé du malade et de recommander un plan d’actions. Ces agents virtuels ont également vocation à lutter contre l’isolement, à soutenir les aidants familiaux et à aider le patient à se sentir plus autonome. 

Le robot Nao, déjà présent dans plusieurs Ehpad, est programmé pour faire réaliser des exercices de mémoire à des personnes atteintes d’Alzheimer.

Vers une humanisation de la relation soignant/patient grâce à l’IA ?

L’intelligence artificielle n’a, bien sûr, pas vocation à se substituer au corps médical : elle lui apporte du soutien en facilitant le diagnostic et en optimisant les soins. Le soignant, quant à lui, sera toujours là pour expliquer le traitement, ses conséquences et surtout pour faire preuve d’empathie, ce dont l’IA ne sera vraisemblablement jamais capable.

Dans une étude menée en partenariat avec GE Healthcare, le MIT Technology Review Insights a interrogé plus de 900 professionnels de santé aux États-Unis et au Royaume-Uni à propos des conséquences de l’intégration de l’IA sur leur quotidien :

  • 61 % d’entre eux déclarent que l’IA leur a permis de diminuer le temps passé à remplir des dossiers et à écrire des rapports ;
  • 45 % confirment que cela leur a permis d’avoir plus de temps à consacrer à leurs patients.

En libérant du temps au soignant, l’IA lui permet de se concentrer sur son cœur de métier et sur sa relation avec son patient. Capable de recueillir les symptômes, d’identifier la pathologie, elle ne prendra jamais la place d’un professionnel de santé « humain », en mesure de comprendre la souffrance du patient et d’entendre sa douleur. 

Sources :
https://www.softbankrobotics.com 
https://mittrinsights.s3.amazonaws.com/ai-effect.pdf

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

La communauté MACSF

Un forum avec plus de 500 000 professionnels de santé prêts à échanger sur vos pratiques professionnelles, votre mode d’exercice ou votre matériel…

Solliciter la communauté

L'application MACSF

Accédez à votre espace personnel et toutes ses fonctionnalités sur votre mobile !

Les newsletters

Recevez toute l’actualité sur votre profession/spécialité ainsi que nos offres dédiées.

S'abonner