Déconfinement : l’Ordre infirmier émet des recommandations

Le 24.04.2020 par Stéphanie Tamburini, Juriste MACSF
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Déconfinement infirmier

A l'approche du déconfinement, l'Ordre national des infirmiers (ONI) a émis le 22 avril dernier des recommandations pour que cette période, qui va nécessairement s'étendre dans le temps, soit la plus efficace possible. Il rappelle la part importante que doivent y prendre les infirmiers. Pour l’instant, il ne s’agit que de préconisations de l’Ordre qui nécessitent d’éventuelles modifications de la règlementation pour pouvoir être mises en œuvre.

Quel rôle pour l'infirmier dans le dépistage du COVID-19 ?

Après avoir pris une part active dans la lutte contre l'épidémie, les infirmiers seront à nouveau en première ligne pendant toute la période de déconfinement. Si une politique de dépistage de grande ampleur se confirme, les infirmiers devront y prendre part, d’autant plus qu’ils sont largement présents sur tout le territoire.

Aussi, l'ONI recommande :

  • que les infirmiers puissent prescrire, à compter du 11 mai, des tests de dépistage du COVID-19 s'ils constatent des symptômes cliniques chez leurs patients lors des visites à domicile ;
  • que les infirmiers puissent réaliser directement ces tests sans passer par le médecin, le laboratoire ou l'hôpital.

Comment limiter la circulation du virus et les contaminations après le déconfinement ?

La très grande majorité des patients atteints du COVID-19 est traitée en ville. Lorsque la période de déconfinement s’ouvrira, il sera important de prendre des mesures pour éviter au maximum les contaminations.

L’ONI recommande donc :

  • d'inscrire le COVID-19 dans les maladies à déclaration obligatoire, avec un objectif clair : faciliter l'identification des foyers de contamination et les mesures d'isolement à prendre dans les suites ;
  • de permettre aux infirmiers de déclencher la mise en œuvre du télésoin infirmier sans qu'une prescription médicale soit nécessaire pour le suivi des patients COVID+ (pour mémoire, l’arrêté du 19 mars 2020 qui autorise le télésoin le soumet à une prescription médicale préalable) ;
  • de faire participer pleinement les infirmiers au suivi des personnes contaminées qui auraient accepté d'être isolées dans des hôtels pour éviter les foyers familiaux.

Ces dispositifs de ville pourraient être pilotés par les maires, pour une meilleure prise en compte des particularités locales.

Comment assurer le suivi des patients chroniques et des jeunes enfants ?

L’ONI s'inquiète de l'impact important de l'épidémie sur le suivi des patients chroniques et sur la vaccination des jeunes enfants. En effet, on constate une baisse de plus de 40 % des consultations chez les médecins généralistes malgré l’extension de la téléconsultation, justement destinée à faciliter le suivi des patients non atteints du COVID-19.

L’Ordre appelle donc de ses vœux un plan de continuité de reprise des soins pour tous ces patients, en donnant la priorité absolue aux personnes fragiles pour qui le confinement pourrait être prolongé.

Pour les enfants dont la vaccination, pourtant indispensable, risque d'être retardée, l’ONI préconise une organisation du type de celle expérimentée à Mayotte, consistant à permettre aux infirmiers en puériculture de déclencher une téléconsultation et de vacciner les enfants sans prescription médicale préalable.

Comment accompagner la reprise des visites des proches en EHPAD ?

L’ONI soutient la décision du gouvernement d'autoriser à nouveau les visites en EHPAD, de manière sécurisée et encadrée afin de limiter l'impact, notamment psychologique, d'un confinement prolongé des plus fragiles.

Dans le cadre de ces visites, l’infirmier pourrait, là encore, avoir un rôle important à jouer :

  • réception de tout visiteur pour s’assurer qu’il ne présente pas de symptôme clinique du COVID-19 ;
  • intervention facilitée des infirmiers de HAD et des libéraux en EHPAD ;
  • présence d’un infirmier, de jour comme de nuit, dans tous les EHPAD pendant la période du déconfinement.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
La solution MACSF
RCP-PJ

Indispensable pour vous défendre en cas de mise en cause, le contrat RCP-PJ facilite le règlement de vos litiges d'ordre privé ou professionnel.

La communauté MACSF

Un forum avec plus de 500 000 professionnels de santé prêts à échanger sur vos pratiques professionnelles, votre mode d’exercice ou votre matériel…

Solliciter la communauté

L'application MACSF

Accédez à votre espace personnel et toutes ses fonctionnalités sur votre mobile !

Les newsletters

Recevez toute l’actualité sur votre profession/spécialité ainsi que nos offres dédiées.

S'abonner

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×