Rédiger un testament : nos conseils pour garantir sa validité

Le 02.02.2017

logo les échos

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Un testament permet de transmettre librement son patrimoine, à l’exclusion de la part due aux héritiers dits « réservataires » qui ne peuvent être exclus de la succession. Pour être valable, il doit respecter certaines conditions, selon s’il passe ou non devant notaire.

Le testament olographe, rédigé seul(e)

Une personne peut rédiger seule son propre testament. Ce choix est le plus fréquent en France. Il présente l’avantage d’être économique et simple. Il nécessite toutefois une grande vigilance lors de sa rédaction. Trois précautions s’imposent pour garantir sa validité.
Tout d’abord, le testament olographe doit être entièrement écrit à la main par le testateur. Ainsi, les enregistrements audio ou vidéo ne sont pas admis. Les documents tapés à l’ordinateur ou sur une machine à écrire ne sont pas tolérés non plus, même si l’auteur a signé chacune des pages.
Ensuite, le testateur doit prendre soin de dater le document. Cette information ne sert pas seulement en cas de contestation, à s’assurer que l’auteur disposait bien de toutes ses capacités intellectuelles au moment de la signature. Préciser le jour, le mois et l’année est aussi le moyen, si plusieurs testaments ont été rédigés, d’arbitrer entre les différentes versions.
Enfin, le testateur devra signer distinctement son testament. A cet égard, rappelons que cet acte juridique ne peut être rédigé à deux, avec son conjoint par exemple. Chacun est tenu d’établir son propre testament.
Au-delà de ces conditions de validité, une attention particulière devra être portée à la formulation du testament pour prévenir tout risque de différend. Il est ainsi conseillé de commencer en écrivant noir sur blanc « ceci est mon testament ». De même, il convient d’éviter toute formulation ambigüe, qui laisserait place à la moindre interprétation. La nature des biens légués et l’identité des héritiers devront être exprimées aussi clairement que possible. Chaque page doit être numérotée et paraphée. Pour limiter toute erreur de fond ou de forme, il est recommandé de faire relire son testament par un professionnel du droit.

Le testament authentique, établi avec l’aide d’un notaire

Un testament olographe peut être facilement détruit, perdu ou encore ne pas être connu des héritiers au moment de la succession. Par sécurité, le testateur peut donc confier son document à un notaire. Celui-ci procèdera à l’inscription du testament au fichier central des dernières volontés. 

Autre possibilité : le testateur peut rédiger son testament directement avec l’aide d’un notaire. Il lui dicte alors ses volontés, en présence de deux témoins ou d’un second notaire, avant de signer le testament dit « authentique ».

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

Découvrez les articles sur le même sujet

Le 06.11.2017 par logo les échos

Banque : les frais de succession en forte progression

Les frais de succession ont pris 21% en 5 ans. Certaines banques pratiquent une tarification plus lourde si les héritiers sont dans une banque différente de celle du défunt.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×