Les prélèvements sur les ménages augmenteront de 4,5 milliards en 2018

Le 21.12.2017 par GUILLAUME DE CALIGNON

logo les échos

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

L'Insee a calculé que les hausses et baisses d'impôt du budget 2018 amputeront le pouvoir d'achat des ménages de 4,5 milliards d'euros. Les augmentations d'impôt entreront en vigueur plus tôt dans l'année que les baisses.

C'est une donnée qui ne fait pas les affaires du gouvernement. L'Insee a calculé que les hausses et les baisses de taxes et impôts divers prévues dans le budget 2018 allaient coûter cher aux ménages. L'an prochain, les prélèvements obligatoires sur les ménages devraient augmenter « d'environ 4,5 milliards d'euros, ce qui ôterait - 0,3 point à l'évolution du pouvoir d'achat », écrivent les économistes de l'Institut statistique dans leurs prévisions publiées mardi.

Lire aussi :

> La reprise de l'économie française gagne en vigueur

Ceci s'explique notamment par le fait que certaines mesures n'entrent pas en vigueur au même moment. La hausse de la CSG et celle des taxes sur le tabac et l'énergie seront effectives au 1er janvier tandis qu'il faudra attendre le 1er octobre pour que la suppression des cotisations des salariés pour l'assurance-chômage soit pleinement effective.

En matière de pouvoir d'achat, la politique fiscale du gouvernement sera globalement plus restrictive au premier semestre qu'au deuxième, puisque des baisses d'impôt (comme la première tranche de réduction de la taxe d'habitation) auront une traduction à l'automne.

Les entreprises, gagnantes du budget 2018

Pour les entreprises, en revanche, il en ira différemment. Elles bénéficieront notamment de la baisse de l'impôt sur les sociétés (IS) qui devrait représenter pour elles environ 1 milliard d'euros sur un an. Et elles ne seront plus soumises à la taxe à 3 % sur les dividendes. Ainsi, le taux de prélèvements obligatoires devrait baisser, selon le gouvernement. Il devrait passer de 44,7 % du PIB en 2017 à 44,3 % en 2018.

Reste que, globalement, les ménages seront plus imposés en 2018 alors que Gérald Darmanin, le ministre des Comptes publics, avait promis l'été dernier d'«augmenter le pouvoir d'achat, supprimer des impôts, protéger les plus faibles ». Le ministre semble être allé un peu vite en besogne. L'effet des baisses de cotisations se fera en revanche pleinement ressentir en 2019, ainsi que la deuxième tranche de baisse de la taxe d'habitation.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn

À lire aussi

Le 19.12.2017 par logo les échos

Le nouvel ISF immobilier pourra entraîner une hausse d'impôt pour certains contribuables

L'opposition souligne que l'assiette de l'impôt sur la fortune immobilière (IFI) sera plus large que celle de l'ISF sur l'immobilier. Rares seront cependant les contribuables qui subiront...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×