Risque médical lié aux médicaments : une étude préliminaire de l’utilisation de la plateforme d’intelligence artificielle Synapse

Le 04.11.2019 par Dr L.Létinier, Dr C.Goehrs, Dr C.Gerson, Dr T.Houselstein
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
medicament

Une étude préliminaire de l’utilisation de la plateforme d’intelligence artificielle Synapse a été réalisée à partir d’une série de 34 plaintes pour erreur médicamenteuse adressées à un assureur de responsabilité médicale. Découvrez ci-dessous la synthèse et l’analyse de cette étude.

Dr L.Létinier¹, Dr C.Goehrs¹, Dr C.Gerson², Dr T.Houselstein²

¹ Synapse Medicine, Bordeaux, France
² MACSF, La Défense, France

Objectif de l’étude

Un des objectifs de la stratégie nationale de santé 2018-22 est de réduire le risque médical lié aux prescriptions non pertinentes, car potentiellement délétères pour l’individu et la collectivité.

Le rapport Bégaud-Costaglia (2013) avance un chiffre de 10 000 à 30 000 décès annuels attribuables chaque année à un accident médicamenteux.

Dans le contexte de la judiciarisation des erreurs médicales, Synapse Medicine, en partenariat avec la MACSF a entrepris de mener une étude préliminaire, basée sur une série de cas réels d’erreurs médicamenteuses ayant fait l’objet d’un contentieux.

L’objectif principal de cette étude était donc d’évaluer la proportion de ces erreurs qui pourraient être théoriquement évitables en utilisant la plateforme Synapse.

Méthode

La solution développée par Synapse Médecine se présente sous la forme d’une plateforme permettant de guider un professionnel de santé dans l’utilisation des médicaments.

Cette aide est pour l’instant accomplie par deux fonctionnalités principales : un assistant virtuel et une analyse d’ordonnance. Un échantillon de 34 cas d’erreurs médicamenteuses mettant en cause la responsabilité de médecins sociétaires de la MACSF a été sélectionné par le Comité Médical MACSF.

Ces cas ont été anonymisés et synthétisés, afin de présenter les principaux éléments cliniques disponibles dans le dossier. Il a ainsi été étudié pour chaque cas si le module d’assistant virtuel aurait pu donner une information permettant d’éviter l’erreur et si le module d’analyse d’ordonnance aurait envoyé un message d’alerte permettant d’éviter l’erreur.

Au final, pour chaque cas, un critère d’évitabilité à 4 modalités : non évitable, faible, modérée ou forte, a été attribué après analyse indépendante puis concertation des experts.

Résultat

Les erreurs de posologie étaient les plus présentes (32 % des cas), suivies des erreurs de surveillance (absence de suivi biologique, absence de consultation de suivi...) (21 % des cas), puis des allergies (15 %), des contre-indications (12 %) et des interactions médicamenteuses (12 %).

Parmi les 34 cas étudiés, 30 (88 %) ont été jugés comme évitables par une utilisation de la plateforme., et 5 (12 %) non évitables. Sur ces 30 erreurs 6 (20 %) ont été jugées avec un critère d’évitabilité fort, 17 (57 %) modéré et 7 (23 %) faible.

Conclusion

Cette étude préliminaire, bien que rétrospective et portant sur un faible échantillon de ca,s montre cependant une évitabilité importante rendue possible par l’utilisation de l’ASSISTANT SYNAPSE. Elle vient ainsi réaffirmer les premiers résultats des études cliniques en cours dont l’objectif est d’évaluer de manière prospective l’aide que peut apporter cet outil pour diminuer les erreurs médicamenteuses.

De l’avis de l’assureur, comme le démontre cette série, un certain nombre de plaintes récurrentes chaque année pour erreur de prescription médicamenteuse pourraient être effectivement évitées.

Il s'agit de plaintes liées à l’inattention de certains praticiens lors d’une prescription hâtive où ne s’accompagnant pas des précautions nécessaires, en particulier pour des médicaments de spécialité différente de la leur et/ou liée à l’absence de vigilance des pharmaciens qui les délivrent.

Ces erreurs emportent systématiquement la responsabilité des praticiens lorsqu’une plainte survient. L’utilisation systématique en pratique quotidienne d’un « verrou de sécurité » comme SYNAPSE permettrait donc de diminuer le risque de mise en cause.

Contact : Sophia Soulé, responsable des opérations
 sophia@synapse-medicine.com -  06 87 26 80 58

Consulter l'intégralité de l'étude

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Les solutions MACSF
RCP-PJ

Indispensable pour vous défendre en cas de mise en cause, le contrat RCP-PJ facilite le règlement de vos litiges d'ordre privé ou professionnel.

Formations

Nos juristes et médecins vous proposent un large choix de formations adaptées à votre situation professionnelle.

Le plus : elles sont illustrées par l'analyse des situations réelles issues de nos dossiers.

La communauté MACSF

Un forum avec plus de 500 000 professionnels de santé prêts à échanger sur vos pratiques professionnelles, votre mode d’exercice ou votre matériel…

Solliciter la communauté

L'application MACSF

Accédez à votre espace personnel et toutes ses fonctionnalités sur votre mobile !

Les newsletters

Recevez toute l’actualité sur votre profession/spécialité ainsi que nos offres dédiées.

S'abonner