COVID-19 : soignant, mieux comprendre et bien réagir face aux "fake news"

Le 29.04.2020 par MACSF
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
fake-news covid

Le contexte épidémique actuel, le manque de connaissances sur le COVID-19 et le confinement d’une majorité de la population constituent un terrain propice à l’émergence de "fake news" largement relayées et alimentées par les réseaux sociaux.
Parce qu’elles influent fortement sur les comportements, ces fausses informations ne sont pas sans incidence sur le domaine de la santé et sur votre quotidien en tant que soignant.

Les biais cognitifs et autres causes qui induisent ce type de comportements apportent un éclairage vous permettant de mieux les appréhender et d’y répondre.

L’émergence de "fake news" nuisibles au secteur médical

Le manque de connaissances scientifiques sur le nouveau virus du COVID-19, les incertitudes sur l’avenir proche couplées aux angoisses que cette situation génère au sein d’une population confinée, constituent un terrain favorable à l’émergence de rumeurs auxquelles vous êtes particulièrement exposés en tant que soignant.

La croyance en ces fausses informations tient notamment à des réflexes de pensées illogiques, systématiques et inconscients appelés biais cognitifs

Dans un contexte anxiogène, on a inconsciemment tendance à croire ce qui nous arrange. Le biais cognitif de confirmation nous incite à adhérer à une théorie venant confirmer ce qu’on pense ou ce à quoi on a envie de croire.

C’est ce qui explique qu’aujourd’hui, certains jeunes adoptent l’idée que le virus n’affecte que les personnes âgées, que d’autres personnes croient que le vaccin contre la grippe protège du COVID, que les antibiotiques auraient un effet bénéfique ou qu’il convient à tout prix d’éviter de consulter quitte à reporter des traitements vitaux…

Les exemples ne manquent pas et véhiculent autant de comportements problématiques.

La défiance face aux autorités nourrit les croyances irrationnelles

L’émergence des fausses nouvelles (et l’adhésion du public à ces thèses) tient aussi à une perte de confiance dans les équipes dirigeantes. En temps de crise, la remise en cause des décisions gouvernementales est courante. Elle est due à plusieurs facteurs et, en premier lieu, aux inévitables erreurs de gestion et de communication, commises face à l’émergence d’un virus jusqu’ici inconnu. C’est ce qu’illustre par exemple la question du recours aux masques.

Le manque de confiance est également renforcé par l’effet de divers autres biais cognitifs liés à la surréaction, à l’assimilation à un groupe, à l’excès de confiance, à l’impatience irrationnelle. Pour beaucoup, le début de la crise du COVID s’est accompagné d’une difficulté à appréhender à sa juste valeur le phénomène de croissance exponentielle de ce virus. Lorsque le COVID causait moins de 5 morts par jour, l’opinion estimait que les mesures prises par les autorités étaient disproportionnées par rapport à la réalité de la situation.

Avec l’augmentation du nombre de morts et de personnes hospitalisées, les esprits ont évolué adhérant parfois à des démonstrations peu rationnelles en raison de la frustration liée au délai incompressible entre le moment auquel une décision est prise - comme le confinement - et l’apparition de ses effets. Enfin, une fois la crise passée, l’analyse a posteriori des décisions gouvernementales, qui induit un biais rétrospectif, fausse également le jugement sur l’action du gouvernement.

Soignants et COVID, quelles réponses face aux "fake news" ?

Soignant, vous vous demandez comment réagir face aux rumeurs et fausses informations qui mettent à mal le savoir médical comme les gestes mis en place pour lutter contre l’épidémie. Mieux comprendre les causes et systèmes de pensée dont sont issues ces croyances constitue une première approche qui peut vous aider.

Face à ceux qui défendent des positions erronées, la meilleure des réponses consiste à les inciter à ne pas raisonner par analogies, mais à s’appuyer sur des faits.

Votre statut de soignant peut vous aider à faire entendre raison à vos interlocuteurs sur des questions relevant du domaine médical.

S’en tenir aux faits reste, en effet, l’attitude la plus appropriée tant les analogies entre la crise actuelle et les précédentes - SARS, grippe espagnole - ou entre la situation dans différents pays peut conduire à tirer des conclusions trompeuses.

En tant que soignant, vous êtes quotidiennement confronté à l’incertitude que vous avez appris à gérer. Ce n’est pas le cas de la majorité de la population.

Aider les autres à mieux appréhender l’inconnu, tout en les incitant à se fier à des sources fiables, est une autre clef pouvant vous permettre de lutter contre la propagation des "fake news" naissant bien souvent d’une incapacité à accepter l’incertitude.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn
Les solutions MACSF
RCP-PJ

Indispensable pour vous défendre en cas de mise en cause, le contrat RCP-PJ facilite le règlement de vos litiges d'ordre privé ou professionnel.

Assistance psychologique

Un accompagnement téléphonique pour surmonter vos souffrances au travail.

À lire aussi

e-réputation

Dossier : L'e-réputation du professionnel de santé

L’e-réputation (appelée aussi web-réputation ou cyber-réputation) est l’ensemble des informations et des images que l’on peut avoir de vous, professionnel de santé, sur internet. Version...

La communauté MACSF

Un forum avec plus de 500 000 professionnels de santé prêts à échanger sur vos pratiques professionnelles, votre mode d’exercice ou votre matériel…

Solliciter la communauté

L'application MACSF

Accédez à votre espace personnel et toutes ses fonctionnalités sur votre mobile !

Les newsletters

Recevez toute l’actualité sur votre profession/spécialité ainsi que nos offres dédiées.

S'abonner

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une navigation optimale et bénéficier de contenus et services adaptés.

×